Accueil MONDE Retombées du sommet de Paris : 100 milliards de financement pour les...

Retombées du sommet de Paris : 100 milliards de financement pour les économies africaines

593
0
PARTAGER
French President Emmanuel Macron (2nd R), International Monetary Fund (IMF) Managing Director Kristalina Georgieva (L), Senegal's President Macky Sall (R) and African Union President and President of Congo Democratic Republic Felix Tshisekedi (2nd L) gather after they held a joint press conderence at the end of the Summit on the Financing of African Economies in Paris on May 18, 2021. (Photo by Ludovic MARIN / POOL / AFP)

Au sommet de paris, 100 milliards de dollars américains au profit des économies  africaines, c’est le  premier résultat du ” New Deal” entre l’Afrique et ses partenaires traditionnels.

L’annonce a été faite le 18 mai par  le président Emmanuel Macron, initiateur  de ce sommet, au cours de la conférence  de presse de clôture qu’il a co-animée avec le président et le vice-président de l’Union africaine  Felix Antoine Tshisekedi et  Macky Sall ainsi que  la directrice générale  du FMI,  Georgevia.

Ce montant  est en fait le résultat  de l’allègement des  conditions  des droits de tirage speciaux ( DTS)  qui feront passer  l’enveloppe  africaine  de 33 à  100 milliards de dollars. ” Tous les problèmes ne trouveront pas de solution en un jour, mais il s’agit d’un changement  de paradigme “, a précisé le président Macron qui a rappelé que  les besoins en financement  pour l’Afrique  de 2021 à  2025 sont estimés  à  385 milliards de dollars.

Au-delà des contributions financières, il a également été question de la levée des brevets pour permettre à l’Afrique de produire ses propres vaccins. « Nous soutenons les transferts de technologie et un travail qui a été demandé à l’Organisation mondiale de la santé, l’Organisation mondiale du commerce et au Medicines Patent Pool (appuyé par l’ONU) de lever toutes les contraintes en termes de propriété intellectuelle qui bloquent la production de quelque type de vaccins que ce soit », a déclaré le président français, Emmanuel Macron, au cours de la conférence de presse de clôture de l’événement.

Il défend, par ailleurs, « l’idée que les pays aisés puissent réallouer leurs DTS (réserves du FMI) pour qu’ils aillent vers les pays pauvres, en particulier l’Afrique, pour que les 33 milliards d’aujourd’hui deviennent 100 milliards ». Tout en saluant  ce premier pas, le  président de la République démocratique du Congo, Felix Antoine Tshisekedi, a toutefois reconnu que cet objectif serait clairement insuffisant.

Pour le président sénégalais, Macky Sall, cet objectif fixe « un nouveau départ, un nouvel accord pour l’Afrique ». Emmanuel Macron a, néanmoins, mis en garde sur le fait qu’une partie des fonds devra être affectée à la lutte contre le terrorisme qui touche toujours le Sahel. Il a estimé qu’outre la pandémie, une « charge de sécurité repose sur l’Afrique » et qu’il est « impérieux d’actualiser les règles financières en prenant en compte » cette problématique majeure.

Pour rappel, une vingtaine de chefs d’Etat africains et des dirigeants européens étaient réunis à  Paris pour participer à ce sommet de financement des économies africaines. Plusieurs organisations ont été représentées par leurs directeurs, comme le FMI (Fonds monétaire international), la Banque mondiale, ou encore la Banque africaine de développement

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here