Accueil ETATS-UNIE Rapport annuel du département d’Etat américain: la Mauritanie épinglée

Rapport annuel du département d’Etat américain: la Mauritanie épinglée

3799
0
PARTAGER
Rapport annuel du département d’Etat américain: la Mauritanie épinglée

Le département d’Etat américain a publié son traditionnel rapport annuel sur les droits de l’homme en Mauritanie et à travers le Monde, en 2020. Lors de son allocution le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, a déploré une situation des droits humains qui “continue d’aller dans la mauvaise direction“, tout en promettant de défendre ces droits partout dans le monde, y compris chez les partenaires des États Unis.

Sur ce rapport des Etats-Unis, il est reproché à la Mauritanie de ne pas respecter les droits humains. Les autorités ne respectent pas les decisions des tribunaux et la plupart des juges sont corrompus et non qualifiés.

Toujours dans le rapport “La propriété foncière dans les régions du sud est controversée depuis que le gouvernement a expulsé des dizaines de milliers de subsahariens non arabes des communautés situées le long de la vallée du fleuve Sénégal (Halpulaar, Soninke et Wolof) entre 1989 et 1991 dans un contexte de tensions avec le Sénégal voisin. De nombreux non-Arabes ont été dépossédés de leurs terres, que les autorités régionales ont ensuite vendues ou cédées à Beydane, également appelées «arabo-berbères» et «maures blanches». Bien que le gouvernement ait continué à faire des efforts modestes pour indemniser les expulsés de retour, il n’a pas entièrement rétabli leurs droits de propriété. Le gouvernement a remboursé certains dépossédés en espèces et a fourni des emplois à d’autres.”

Les groupes ethniques Haratine et subsahariens ont été victimes de discrimination gouvernementale, tandis que le groupe ethnique Beydane a reçu la préférence du gouvernement. Par exemple, les personnes vivant au Sahara occidental (qui sont de l’ethnie Beydane) ont facilement obtenu les cartes d’identité nationales requises pour voter, même si elles n’étaient pas légalement qualifiées pour le faire parce qu’elles n’étaient pas citoyens. Pendant ce temps, les citoyens Haratines (descendants d’esclaves arabes) et subsahariens (non arabes) ont souvent de grandes difficultés à obtenir des documents d’identité nationaux.” cite le rapport.

Le rapport encore somme la repression de la liberté de la presse, des individus et des groupes. “Le gouvernement a parfois utilisé des dispositions contre des opposants politiques, les accusant de «racisme» ou de «promotion de la désunion nationale» pour dénoncer l’extrême sous-représentation au gouvernement des populations défavorisées, à savoir les Haratins et les Africains subsahariens“.

Vous pouvez lire l’intégralité du rapport sur la Mauritanie Ici

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here