Accueil MAURITANIE Politiquement illégal : Des Généraux cités dans la cartographie préélectorale

Politiquement illégal : Des Généraux cités dans la cartographie préélectorale

PARTAGER

 Le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation a inséré les noms de responsables militaires et sécuritaires dans le document élaboré par ses services sur la carte des forces politiques présentes en Mauritanie, révèle le confrère Alakhbar, qui a publié hier mercredi 18 mai courant, le très controversé papier, dont les officiels ont catégoriquement nié toute implication dans la réalisation.

L évocation des noms de chefs militaires et sécuritaires aux premières loges des courants et des mouvements politiques à l’intérieur du pays a suscité une vague d’interrogations et de concertation, puisque la loi est sans équivoque quant à l’interdiction absolue faite aux hommes en uniforme d’exercer directement ou indirectement la politique.

Quatre noms des Chefs militaires et sécuritaires au moins ont été cités dans ledit document qui continue de faire l’objet d’une vive polémique dans les cercles politiques mauritaniens.

Le dossier contesté établi sur la base d’une lettre adressée par l’ex ministre de l’Intérieur et de la décentralisation Mohamed Salem Ould Merzoug, désormais Chef de la diplomatie mauritanienne cite ainsi :

  • L’actuel Directeur Général de la Sûreté Nationale (DGSN), le Général de division Mesgharou Ould Sidi, présenté comme étant l’un des acteurs politiques de la wilaya du Hodh El Gharbi,
  •  Le DGSN adjoint, le commissaire contrôleur de police  Mohamed Vall Ould Taleb, qui se présente comme étant un poids politique lourd dans la moughataa de Guerrou dans la wilaya de l’Assaba,
  • Le directeur du BED (Bureau d’Etudes et de Documentation- renseignement extérieur), relevant de la présidence, le Général de division Hanena Ould Henoune,
  • l.e Général Ely Zayed, cité comme étant un acteur politique incontournable de Néma, la capitale du Hodh El Charghi au sein d’une coalition politique qui comprend à ses côtés le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’aménagement du territoire, Sidi Ahmed Ould Ahmed.

 Les noms d’autres officiers de grades inférieurs dont des éléments des douanes nationales, ont été également mentionnés par le document.

De hauts responsables militaires à la retraite sont cités aussi parmi les acteurs politiques de leurs moughataas et wilayas, tels que l’actuel ministre de la Défense, Hanena Ould Sidi à Bassiknou, l’ancien chef d’état-major, Mohamed Ould Meguett au Brakna et le général Mohamed Ould Hadi dans la wilaya de l’Adrar…etc.

Le nombre total de personnalités révélées par nom et par fonction (actuelle ou ancienne) , dans le document est de 1 111, réparties suivant les wilayas

La publication controversée continue d’enflammer les réseaux mauritaniens sur fond de crainte d’un nouveau retour au régime militaire par procuration avec ces hauts gradés qui façonnent à leur guise à travers des mains invisibles le paysage mauritanien et prennent par conséquent en otage le pluralisme et l’Etat de droit, exposant le pays au péril face à l’impossibilité de repanser ses plaies béantes, de se réconcilier et de rebondir

Le porte-parole du gouvernement Mohamed Melainine Ould Eyih s’est abstenu hier, au cours de la conférence de presse animée par des membres du gouvernement d’authentifier ledit document, qui dira-t-il, n’exprime pas l’opinion ou la position du ministère de l’Intérieur, ni du gouvernement, rappelle-t-on.