Accueil Economie Mauritanie : un nouvel investisseur émirati sensible aux opportunités

Mauritanie : un nouvel investisseur émirati sensible aux opportunités

327
PARTAGER
Mauritanie : un nouvel investisseur émirati sensible aux opportunités

Talk Investments, l’une des plus grandes sociétés d’investissements des Émirats arabes unis, opérant en Afrique et en Amérique latine, a manifesté son grand intérêt pour les grandes opportunités d’investissement offertes par la Mauritanie.

Ce sont surtout les secteurs productifs tels que l’hôtellerie, les centres commerciaux et les ports, notamment du port de Tanit qui ont séduit cette société de renommée internationale.

C’est à l’occasion d’un tête-à-tête tenu, hier mercredi 15 septembre courant à Abu Dhabi,  entre son directeur général, M. Suhail Al Utayba et le ministre mauritanien des Affaires économiques et de la Promotion des Secteurs productifs, M. Ousmane Mamoudou Kane, que Talk Investments a rassuré son interlocuteur de son souhait de placer certains de ses capitaux en Mauritanie.

Les deux parties avaient passé en revue au cours de cette réunion les opportunités d’investissement en Mauritanie et la possibilité de promouvoir et de développer les investissements de cette entreprise.

Talk Investments s’est illustrée à travers le monde par ses investissements gigantesques dans les secteurs de l’hôtellerie et de la logistique des ports maritimes, des aéroports, de la technologie, de l’énergie, de l’agriculture et des services financiers.

Un autre investisseur de taille qui n’est pas resté insensible devant la plaidoirie béton défendue par Monsieur Economie Ousmane Kane, pour mettre en exergue, les conditions optimales garanties par le gouvernement de Nouakchott pour sécuriser et fructifier l’investissement tout en déclenchant de manière simultanée et irréversible un processus permettant aux secteurs productifs nationaux de décoller, de prospérer et de contribuer efficacement au développement.

Talk Investments dispose de plusieurs succursales dans le monde dont la société Afroport, rappelle-t-on.