Accueil Afrique Crise malienne : Nouakchott et Dakar font partie de la solution?

Crise malienne : Nouakchott et Dakar font partie de la solution?

PARTAGER
Colonel Assimi Goita,

Les autorités maliennes dominées par les militaires ont fait savoir mercredi 9 février qu’elles étaient en discussion avec la communauté des États ouest-africains et d’autres partenaires pour trouver un «compromis» sur les échéances pour un retour des civils au pouvoir.

Le ministère de l’Administration territoriale a indiqué dans un communiqué qu’un «groupe de dialogue» s’était réuni le 31 janvier au niveau ministériel. Ce groupe vise «à un rapprochement de positions et à la recherche de compromis», dit-il.

Il est constitué de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), de l’Union africaine, des Nations unies et d’un certain nombre de pays, dont le Ghana, qui assure la présidence de la Cédéao, le Sénégal, qui exerce celle de l’UA, ou encore la Mauritanie, voisine du Mali.

La junte arrivée au pouvoir par un putsch en août 2020 et confortée par un second coup d’État en mai 2021, est en plein bras de fer avec la Cédéao, appuyée par l’Union africaine et une partie de la communauté internationale, depuis qu’elle est revenue sur son engagement initial d’organiser en février 2022 des élections qui auraient ramené les civils à la tête du pays.

Elle a dit son intention de se maintenir au maintenir jusqu’à cinq années supplémentaires en invoquant la nécessité de profondes réformes pour rétablir la stabilité dans un pays en pleine tourmente depuis le déclenchement d’insurrections indépendantiste et jihadiste en 2012.

AFP