Accueil Afrique Guinée-Bissau : des coups de feu sont entendus au palais présidentiel

Guinée-Bissau : des coups de feu sont entendus au palais présidentiel

PARTAGER
Guinée-Bissau : des coups de feu sont entendus au palais présidentiel

Selon des informations en provenance de Bissau, la capitale de la Guinée-Bissau, pays d’Afrique de l’Ouest, des coups de feu sont tirés à proximité du palais présidentiel.

Des rapports non confirmés indiquent que des soldats ont encerclé le bâtiment où le président Umaro Sissoco Embaló et le Premier ministre Nuno Gomes Nabiam étaient en réunion.

Un témoin en Guinée-Bissau a déclaré à BBC Focus on Africa que des hommes armés en civil ont ouvert le feu sur le palais ministériel de la capitale, Bissau, où le président et le premier ministre tenaient une réunion.

On ignore où se trouvent actuellement le président Umaro Sissoco Embaló et le premier ministre Nuno Gomes Nabiam, précise la source.

Selon le témoin, les militaires et les policiers se sont rendus sur les lieux où les hommes armés tiraient, à la suite de quoi un policier a été abattu.

Des soldats patrouillent dans les rues de Bissau à bord de véhicules militaires et un certain calme est revenu.

La Guinée-Bissau a une longue histoire d’instabilité politique et de coups d’État militaires, dont le dernier remonte à 2012.

L’AFP avait précédemment signalé que des personnes avaient été vues fuyant la zone proche du palais présidentiel, que les marchés locaux étaient fermés et que les banques avaient fermé leurs portes.

De nombreux mouvements militaires sont en cours dans la capitale de la Guinée-Bissau. Des militaires ont été déployés autour de certains bâtiments officiels.

L’ancien premier ministre bissau-guinéen Umaro Cissoko Embalo a été élu président début 2020 après avoir remporté un second tour de scrutin contre un autre ex-premier ministre.

M. Embalo a déclaré vouloir résoudre les tensions politiques dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, qui a connu neuf coups ou tentatives de coup d’État depuis 1974. Il a également promis de moderniser l’une des nations les plus pauvres du monde, qui compte quelque 1,6 million d’habitants.

BBC