Accueil Culture Des marées humaines à Touba pour le pélerinage annuel

Des marées humaines à Touba pour le pélerinage annuel

PARTAGER
Des marées humaines à Touba pour le pélerinage annuel

Ce rendez-vous incontournable au Sénégal attire généralement des centaines de milliers de pèlerins qui célèbrent la mémoire de Bamba en récitant ses poèmes en priant sur sa tombe.

Les mourides, d’obédience soufie (sunnite), forment l’une des quatre principales confréries qui continuent à jouer un rôle prépondérant dans la vie quotidienne des Sénégalais, dont plus de 90% sont musulmans. Leurs chefs sont des figures éminemment respectées, écoutées des politiques, dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.
Télécharger l'app

L’année dernière, il y avait la pandémie, il n’y avait pas eu trop de monde, mais cette année (…) l’affluence est énorme“, constate Cheikh Abdoul Ahad Mbacké, un responsable de l’organisation.

Le Covid ne nous empêche pas de faire le Magal parce que c’est Serigne Touba qu’on voit dans tout ce qu’on fait“, explique à l’AFP Pape Amadou Latyr Faye, un fidèle mouride, il “nous a demandé de tout faire pour être un bon musulman, d’aider son prochain“.

Nous, cette vision que nous avons, ce n’est pas d’avoir peur“, ajoute-t-il.

Les confréries soufies avaient initialement annulé des rassemblements en mars 2020, quand la pandémie de Covid-19 avait touché le pays de 16 millions d’habitants.

Mais les mourides avaient maintenu le Magal en octobre suivant, tout en obligeant les fidèles à porter le masque et à respecter les distanciations physiques.

Cette année, “nous avons constaté un relâchement des gestes barrières de la part des pèlerins“, déplore Pape Ndiaye, membre du comité d’organisation.

Nombreux sont ceux qui viennent jusqu’ici sans avoir un masque avec eux. Les gens se disent que la pandémie est derrière nous, avec cette baisse des contaminations. Nous prions pour que ça soit le cas mais nous devons continuer à garder nos masques“, ajoute-t-il, précisant que son port est exigé dans la mosquée et que du gel antiseptique est distribué à l’entrée.

Cheikh Amadou Bamba a fondé la ville sainte de Touba en 1888. Désormais forte de 1,5 millions d’habitants, elle est devenue la deuxième ville la plus peuplée du Sénégal après Dakar, la capitale.

Outre son caractère religieux, le Magal a aussi une dimension politique, des hommes politiques de premier plan s’y montrant, et économique.

Le Sénégal a enregistré plus de 73.000 contaminations par le Covid-19, dont 1.855 décès.

lexpress.fr