Accueil MAURITANIE Biram qualifie la création d’un comité ministériel chargé des élections d’illégale!

Biram qualifie la création d’un comité ministériel chargé des élections d’illégale!

PARTAGER

La mise en place du gouvernement d’un comité ministériel présidé par le Premier ministre pour préparer les élections constitue une violation des lois en vigueur et un retour du pays aux années obscures, a affirmé le président de l’IRA, le député Biram Ould Dah Ould Abeid.

Le parlementaire fait allusion à la récente réunion organisée sous la présidence du Chef du gouvernement Mohamed Bilal Massoud, d’un comité ministériel chargé de préparer des prochaines élections.

Les lois stipulent que c’est la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) qui est autorisée à gérer le processus électoral, a précisé le parlementaire Biram, qualifiant l’ingérence du gouvernement dans ce processus, d’instaurer un duel où le  concurrent est à la fois juge et partie et donc le bénéficiaire d’avance de ces échéances, dès où il les adaptera suivant ses calculs.

La création d’un comité gouvernemental pour préparer les élections est une mauvaise initiative, a-t-il dit, appelant l’Exécutif à revenir à la raison et à se hisser au dossier électoral comme cela était auparavant, en le laissant entièrement aux mains de la CENI.

Biram a mis en exergue par ailleurs, l’importance de créer un code électoral qui rassemble tous les textes juridiques liés aux élections, disant que son absence affaiblit la transparence et la l’équité dans les élections.

Le député a appelé aussi le gouvernement à lever ses mains des libertés publiques et du droit des partis ainsi qu’à légaliser les partis qui le méritent.

L’objectif de tout cet activisme serait, selon des indiscrétions, de neutraliser le parti RAG, a-t-il dit, qualifiant la condition imposée pour obtenir le récépissé, portant sur la présentation de signatures de députés et de maires d’injuste et d’impossible, s’interrogeant comment une formation non reconnue peut-elle bénéficier d’élus.

Le dialogue qui a échoué représentait un mauvais choix pour l’opposition et nous y avons adhéré après l’entrée de tout le monde dans la concertation, sans toutefois être surpris par sa suspension unilatérale et sa clôture sans préavis, a-t-il dit.