Accueil MAURITANIE Un présumé cas esclavagiste suscite l’interaction des autorités officielles

Un présumé cas esclavagiste suscite l’interaction des autorités officielles

PARTAGER

Ce sont traditionnellement les activistes de défense des droits de l’homme qui sont les premières à condamner l’existence de pratiques esclavagistes et déploient tous les moyens à leur portée afin de les mettre à nu, dénonçant soit une indifférence soit une négligence des autorités face à ces comportements repréhensibles et primitifs.

Mais, c’est semble-t-il aujourd’hui, une première que le gouvernement mauritanien manifeste un intérêt et une interaction louables dans ce cadre et rompt son éternel amateurisme face à ces  crimes abominables.

C’est dans ce cadre que le Commissariat aux Droits de l’Homme, à l’Action Humanitaire et aux Relations avec la Société Civile (CDHAHSC) indique dans un communiqué publié hier dimanche 22 janvier courant, avoir appris « le dépôt d’une association de défense des droits de l’homme, d’une plainte relative à un présumé cas d’esclavage à F’derick, dans la wilaya de Tiris-Zemmour ».

Ainsi au lieu d’attendre un positionnement qui ne viendra pas ou qui est partial, le Commissariat, à la grande satisfaction des défenseurs de l’homme, quoiqu’il peut faire mieux, s’est efforcé, dans le cadre des missions qui lui sont confiées dans le domaine du suivi des cas de violations des droits de l’homme en général et d’esclavage en particulier, le Commissariat, d’assurer avec intérêt un suivi de ce cas d’œuvrer avec diligence avec ses partenaires à faire appliquer la législation en vigueur dans ce domaine.

Le Commissariat souligne avoir envoyé dans ce cadre une mission de documentation et de suivi de haut niveau, afin de s’enquérir profondément sur les contours de cette affaire et d’identifier les voies d’assistance, notamment en ce qui concerne la protection des droits de la victime présumée.

Le Commissariat note, après avoir contacté les autorités judiciaires compétentes et rencontré la présumée victime, les points suivants :

– la pleine satisfaction quant aux mesures prises par le Parquet chargé dudit cas pour assurer le bon déroulement de la procédure judiciaire, notamment l’enquête préliminaire en cours ;

– se rassurer sur la situation actuelle dans laquelle se trouve la victime présumée et les membres de sa famille concernés ;

– appelle tous les acteurs juridiques et la société civile concernés par la question à veiller au respect des dispositions des conventions internationales ratifiées par la République islamique de Mauritanie, ainsi que de l’arsenal juridique national relatif aux droits de l’homme et à la lutte contre les pratiques esclavagistes ;

– l’effort de tous doit se concentrer sur l’émergence de la vérité et le respect des droits de toutes les parties, en particulier de la victime, loin de toute surenchère ou déformation des faits.

1 COMMENTAIRE

  1. […] Senalioune.com – Ce sont traditionnellement les activistes de défense des droits de l’homme qui sont les premières à condamner l’existence de pratiques esclavagistes et déploient tous les moyens à leur portée afin de les mettre à nu, dénonçant soit une indifférence soit une négligence des autorités face à ces comportements repréhensibles et primitifs. […]

Comments are closed.