Accueil Politique Sénégal : Ousmane Sonko prêt à en découdre avec le pouvoir

Sénégal : Ousmane Sonko prêt à en découdre avec le pouvoir

PARTAGER

Les quotidiens sénégalais parvenus lundi à APA titrent principalement sur la sortie incendiaire de l’opposant Ousmane Sonko, se disant prêt à en découdre avec le pouvoir après avoir été renvoyé en chambre criminelle dans le dossier de mœurs intitulé « Sweet Beauté ».EnQuête constate que l’affaire Sweet Beauté et la présidentielle de 2024 se transforment en « combat à mort » pour l’opposant Ousmane Sonko, présidant hier un meeting de son parti organisé à Keur Massar, dans la banlieue dakaroise. Accusé de viols et menaces de mort dans cette affaire renvoyée en chambre criminelle, le maire de Ziguinchor (sud) estime avoir « atteint (ses) limites dans ce dossier. Je n’ai jamais volé, tué ou violé qui que ce soit ».

« Malgré toutes les preuves que nous avons déposées, le juge d’instruction n’a rien voulu voir », a déploré M. Sonko affirmant avoir « déjà établi (son) testament ». Il poursuit dans Walf Quotidien en avertissant que « Macky nous tuera ou nous le tuerons. Désormais, ce sera œil pour œil, dent pour dent ».

Vox Populi note aussi que « Sonko se prépare au combat » après avoir peiné à convaincre le doyen des juges de lui décerner un non-lieu dans ce dossier qu’il a toujours qualifié de « complot » dont le seul but, pour lui, est de l’empêcher d’être candidat à la prochaine élection présidentielle. Cependant, le leader de Pastef rappelle qu’il est « le seul candidat en 2024 » de son parti avec lequel il s’était classé en troisième position à la présidentielle de 2019 avec plus de 15% des suffrages.

Libération constate que « Pastef réussit le pari de la mobilisation » au meeting de Keur Massar où Ousmane Sonko, soutenu par des milliers de sympathisants et militants, déclare être « prêt au combat » et « que personne ne nous parle d’appel à l’insurrection ». « C’est (le doyen des juges) Maham Diallo qui est un criminel, pas moi. Si Macky Sall continue dans sa logique, il ne va pas terminer son mandat », a-t-il menacé.

En revanche, Lat Diop, un responsable des responsables du parti au pouvoir, prévient que « si Sonko refuse de comparaître, il sera traqué, cueilli et jugé par la force ». « Il n’est pas question qu’un justiciable puisse défier impunément la justice. Il n’a qu’à choisir : soit il va se présenter devant la barre de manière volontaire ou bien il y sera contraint », a conseillé dans Vox Populi le directeur général de la Loterie nationale sénégalaise (Lonase).

Un des proches du pouvoir, Mamadou Lamine Massaly, évoquant Ousmane Sonko et ses partisans, demande de son côté « à l’Etat de +barrer la route à ces pyromanes qui veulent faire basculer le Sénégal dans le brasier+ ». pour lui, « Sonko est un ennemi de la cohésion sociale et un faussaire de la République »

Au même moment, le ministre du Tourisme Mame Mbaye Niang « charge Sonko et l’exhorte à aller répondre à la justice le 2 février » dans le cadre d’une plainte pour diffamation qu’il a déposée contre l’opposant. Ce dernier, citant un rapport de l’Inspection générale d’Etat (IGE), a accusé le ministre d’avoir détourné « 29 milliards de FCFA » dans le cadre de l’exécution d’un programme agricole du gouvernement.

A côté de cette bataille politico-judiciaire, L’AS se fait l’écho des « investitures tous azimuts de Macky Sall » pour la présidentielle de 2024 même si le chef de l’Etat ne s’est pas encore prononcé sur son éventuelle et controversée participation à cette élection. Cependant, le ministre de l’Urbanisme Abdoulaye Sow déclame que son « candidat pour 2024, c’est Macky Sall ». Il « est le choix de la raison », a plaidé de son côté Mountaga Sy, directeur général du Port autonome de Dakar (Pad).

Le Soleil aborde l’ouverture de la onzième édition du Festival national des arts et cultures (Fesnac) et indique que Kaffrine (est) devient la « capitale du Sénégal » jusqu’au 28 janvier. Elle « sera le lieu d’expression de la richesse artistique du Sénégal », souligne le quotidien national. La cérémonie d’ouverture a été présidée samedi par le Premier ministre Amadou Ba qui a invité les parties prenantes « à revisiter les valeurs cardinales du pays ».

En football, Stades se rejouit de la qualification du Sénégal, « 14 ans après », en quart de finale du Championnat d’Afrique des nations (Chan), une compétition réservée aux joueurs évoluant dans les championnats de leur pays et organisée cette année en Algérie. L’équipe nationale locale a réalisé cette performance hier face à la République démocratique du Congo qu’elle a battue 3-0. C’est la « plus large victoire sénégalaise en, Chan », jubile le journal sportif.

« Les Lions dévorent les Léopards », exulte Record, ajoutant que le Sénégal aura comme « adversaire en quart » de finale la Mauritanie ou le Mali. Désormais, note le sélectionneur sénégalais Pape Thiaw dans le quotidien sportif, « les demies (sont) notre objectif »

Journaldutchad