Accueil MAURITANIE Réponse à la provocation d’Ely Ould Sneiba par Abou Sy

Réponse à la provocation d’Ely Ould Sneiba par Abou Sy

734
0
PARTAGER
Abou sy

Le mois béni du Ramadan était pour  moi une sorte de trêve des confiseurs, m’éloignant sciemment des réseaux sociaux et leurs nombreuses distractions. Intermède que j’aurai prolongé volontiers n’eut été la sortie pathétique  de Ely Ould Sneiba, qui n’est pas à sa première provocation.

Des sorties, dont l’ultime but est de perpétuer la chimère d’une Mauritanie majoritairement arabe.

On serait tenter de ne pas répondre à un ganache de son genre, mais il est nécessaire parfois de rétablir la réalité pour ne pas fourvoyer la nouvelle génération avec ce fantasme de mauvais aloi.

Rappelons d’une part, que même  dans les démocraties les plus ordinaires, le poids démographique d’une communauté, quelle qu’elle soit  ne doit, en aucun cas être brandi comme un épouvantail pour opprimer les autres. D’autre part, la répartition ethnique ou communautaire dans un pays doit être appréhendée avec une certaine circonspection. Elle ne représente aucunement  un gage de domination ou de coexistence pacifique. De la même manière, l’homogénéité de la population n’est pas source forcément  de stabilité.

Tout est lié au degré de maturité de la démocratie de l’Etat en question. Pour ne citer que quelques exemples: aux États Unis, les Africains- américains  qui ne représentent  que 13% de la population cheminent vers  les mêmes aspirations que leurs compatriotes blancs, grâce aux avancées sur le chemin de « The perfect union ». Plus près de nous, au Senegal, aucun groupe ethnique pris seul, ne représente plus de 20%, cela  ne l’a pas empêché d’être un modèle de stabilité. Un pays a 95%  musulman dont le premier président était catholique et  les suivants tous soit à moitié ou à 100% pulaar,  n’en déplaise au professeur.

La Somalie, par contre avec ses 85% de somalis et à 100% musulmane est un désastre .

Le but ultime des données démographiques est servir d’outils de planification pour offrir les service des meilleurs aux citoyens en terme d’éducation, de santé, d’infrastructures…, rôle premier de l’Etat et non de surenchères politiques.

Pour en venir aux élucubrations  du professeur émérite, je lui demanderai de bien vouloir, la prochaine fois écrire  en Hassaniya, tant ses idées sont sens –dessus dessous. Toujours est il qu’il  convient de lever  les amalgames, dissiper les doutes et lever les équivoques semées  volontairement .

Je relève globalement les points suivants:
– l’apport ou non de populations allochtones.
– des cadres noirs qui servent différents pays.
– des extrapolations  visant a  confirmer la majorité  arabo-berbere  en Mauritanie.

Si pour des raisons évidentes, l’Etat mauritanien, n’a jamais fait appel aux pays arabes pour faire pencher la balance démographique, il n’est un secret pour personne que des populations et cadres Touareg ou maures des pays limitrophes ont été accueillis à bras ouverts notamment pendant les événements de 89 pour diluer la population noire impossible à déporter en entier. Des maures Saharouis ou maliens ont été enrollés  massivement alors que pour un negro-mauritanien c’est La croix et la bannière. Pratique inspirée des monarchies du golf qui recourent a la naturalisation des  pakistanais sunnites pour neutraliser leur populations chiite.

C’est au deuxième point de son article que se révèle  toute sa mauvaise foie.
O. Sneiba charge Mamoudou Toure, pour avoir change de pays en  taisant cyniquement les raisons légitimes qui ont  justifié cette option forcée de Touré, mais passe sous silence, malhonnêtement, les  cas de Horma, Bouyagui , Miske…

Dans le même sillage,  il fait des accusations graves en pointant du doigt certains negro-africains candidats aux présidentielles. La Mauritanie serait donc si  laxiste pour ne pas s’assurer de la nationalité des candidats à sa magistrature suprême! Il tait cependant, le fait que O. Abdel Aziz , présidant  pendant 10 ans aux destinées  de la Mauritanie est un citoyen marocain, avec toute sa famille !

Ely s’appuie,  par ailleurs, sur un recensement de Quefelec, dit il, mais ignore ou  refuse  de rappeler celui 1959, celui du PNUD, de l’USAID; mais surtout ceux  nationaux de 1974 et 1998, dont les résultats sont dissimulés et  toujours jalousement gardés  service du Plan! Pourquoi dissimule-t-on toujours les recensement des populations par groupe ethnique, depuis O.Daddah, si l’on n’avait rien a cacher ?

Enfin, O. Sneiba se fonde sur un argument spatial pour déterminer poids démographique,  en opposant le Nord et le Sud, comme s’il s’agissait d’aires homogènes ethniquement. Il ignore délibérément les populations Sooninke et Peulhs des Hodhs et de l’Assaba, jamais  prises en compte numériquement ou dans la representation en termes de deputes, maires ou senateurs…Dans ce Nord du pays ,il ferme les yeux sur cette masse negro africaine a NDB et Zouerat…

Il est fondamental pour un pays d’avoir une idée claire de la répartition de sa population en fonction de l’âge, du sexe et même si nécessaire par groupes ethniques, mais il faudrait que ces donnés soient fiables, obtenues sans arriérés pensées politiques ou hégémoniques. Et dans le cas de notre pays, aucune statistique en matière de population n’obéit a ses règles de base.

En absence de données officielles, on ne peut qu’épiloguer sur les chiffre. Une certitude cependant, la Mauritanie est composée de trois blocs ethniques, avec l’ensemble haratine majoritaire, suivi par des negro-africains, le groupe arabo-berbère ferme la marche ,avec moins de 15 %, selon la plupart des sources serieues.. La, est la réalité sur le terrain.

La lutte continue!

Abou Hamidou Sy
FPC/Amérique du Nord

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here