Accueil Economie Mauritanie: Naha s’investit à fond pour attirer le capital inépuisable saoudien

Mauritanie: Naha s’investit à fond pour attirer le capital inépuisable saoudien

PARTAGER

Tout pays désireux d’attirer des investissements colossaux, afin de donner à son économie les moyens de sortir de la stagnation et de s’engager irréversiblement dans la voie des performances et de l’excellence, ne peut se passer de faire un tour auprès des pétrodollars du Golfe arabique, cette région où les milliardaires se comptent par centaines.

Convaincue de cette vérité et mettant à profit les points communs culturels et autres que la Mauritanie a avec le Royaume d’Arabie Saoudite, la ministre du Commerce, de l’Industrie, de l’Artisanat et du Tourisme, Mme Naha Mint Hamdi Ould Mouknass s’investit à fond depuis quelques jours, afin de susciter l’intérêt des hautes autorités saoudiennes pour l’investissement en Mauritanie et à travers elles le secteur privé au niveau de ce Royaume.

C’est dans ce cadre qu’elle a eu hier lundi une réunion, à Riyad, avec le directeur exécutif du Fonds saoudien de développement (FSD), M.Sultan Bin Abdul Rahman Al Murshid,

Entretiens entre les ministres du commerce mauritanien et saoudien

Les deux parties se sont concertées à cette occasion sur les projets de développement financés par le FSD en Mauritanie.

Mint Mouknass avait tenu également un tête-à-tête avec le ministre saoudien de l’industrie et des ressources minières, M.Bender Bin Ibrahim Al Kharif.

« La rencontre a porté sur les voies et moyens susceptibles de renforcer les relations fraternelles entre les deux pays frères, particulièrement dans les domaines de la prospection minière », indiquent des sources officielles.

« Les secteurs du commerce au niveau des deux Etats aspirent à jouer un rôle central, suivant les missions, dont ils sont chargés et dans le cadre de la politique générale du gouvernement mauritanien et des programmes de la vision saoudienne 2030 », avait par ailleurs affirmé Mme Naha, au cours d’une séance de travail avec son homologue saoudien M. Majid en Abdallah Ghasbi.

Le secteur privé occupe le premier rang de cette vision globale, en reconnaissance de sa place et du rôle essentiel qu’il doit jouer dans la réforme et le décollage économique, a-t-elle dit.