Accueil MAURITANIE Mauritanie: Système éducatif et langues nationales (opinion)

Mauritanie: Système éducatif et langues nationales (opinion)

PARTAGER
Mauritanie: Système éducatif et langues nationales (opinion)

La contribution de monsieur SY en Pulaar , dans   le débat  relatif  à la réforme du système éducatif, mérite bien une attention.

D’abord  l’hégémonie de la langue arabe dans  le système éducatif national, qui est déjà un fait n’est plus à démontrer .Le projet  ne fait que la reconduire 

La nouvelle réforme tout en se voulant  plus nationale par l’introductions du Pulaar, Soninké, Wolof ne fait que « normaliser» l’hégémonie  de la langue et culture arabe. Dans toutes es écoles du nord au sud, privé es ou publiques l’arabe serait enseigné. Les autres langues le seront au choix  pour les arabes ou pour appartenance linguistique 

L’utilisation des langues nationales  suppose que ces langues soient déjà prêtes  (programmes, contenus, enseignants…etc ).

Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui  Et il faut des années. Préparer ces langues à  être utilisée relève d’une volonté politique, qui  est loin d’être acquise. Souvenons nous  l’Institut des Langues Nationales  avait été enterré par l’Etat. 

Même si la volonté politique renaissait ( ), il faut attendre des années pour que ces langues nationales puissent  être utilisées .

Entre temps seuls les élèves de langues arabes seront favorisés. Avec le risque que le système politique  fasse durer ou rende impossible l’introduction des langues nationales à l’école. Voilà le chemin tout ouvert vers    un abandon pur et simple de nos langues  du moins dans son aspect usage à l’école et: ou dans l’administration.

Dire cela  ne fera  pas de moi un partisan de « l’extrémisme vulgaire ». Ce sont les mêmes  les mêmes qui  insultent  les patriotes africains de Mauritanie depuis les années 1978 ;

On se souvient de leur aversion à parler du racisme en Mauritanie, le masquant  derrière des slogans creux du genre « chauvinisme arabe ». Il a fallut des années après  pour que nos éternels donneurs de leçons « acceptent » le mot  racisme dans leur déclaration. Certains diront mieux vaut tard que jamais, oui mais cette attitude dogmatique  avait permis à cette élite  de cheminer avec les militaires de 1978 à nos jours .Tantôt en connivence tantôt en adversaire mais jamais dans l’intérêt des mauritaniens. 

Aujourd’hui encore c’est la même attitude. Répondre à Mr SY  pour faire croire qu’on est pour l’unité nationale. Aucune unité nationale ne se construit sur le mensonge , la roublardise.    

Les inquiétudes de monsieur  SY sont justes. Personne ne peut entièrement faire confiance à un système balloté entre des idéologies de l’exclusion , des opportunistes politiques véreux, qui ont juré de détruire ce pays pour leurs seuls intérêts. Pendant ce temps leurs fils, filles sont à l’étranger dans les   meilleurs écoles .

En cas de maladie ils sont évacués à l’étranger. La  vérité, si le système voulait un pays de paix et de progrès, il fallait d’abord reconnaitre le Pulaar, le Soninke, le Wolof comme langues officielles, ce qui juridiquement peut donner des droits aux locuteurs  de ces langues. 

(Cf le berbère au Maroc)