Accueil Economie La Chambre africaine de l’énergie exhorte les États-Unis à lever les sanctions...

La Chambre africaine de l’énergie exhorte les États-Unis à lever les sanctions sur le pétrole du Sud-Soudan

PARTAGER
La Chambre africaine de l'énergie exhorte les États-Unis à lever les sanctions sur le pétrole du Sud-Soudan

Quatre ans se sont écoulés depuis que les États-Unis ont imposé des sanctions à l’industrie pétrolière du Soudan du Sud.

L’objectif était d’empêcher l’argent du pétrole de financer la guerre civile qui faisait rage depuis 2013. En réduisant la capacité des entreprises et des organisations à fournir des revenus au gouvernement Sud-Soudanais, les responsables américains ont raisonné qu’ils pourraient faire pression sur le président Salva Kiir pour qu’il mette fin au conflit qui sévit dans son pays.

Que vous croyiez ou non que les sanctions aient contribué à la paix, la guerre a bel et bien pris fin. Les chefs de gouvernement ont signé un accord de paix en 2018 et formé un gouvernement unifié en 2020.

Pourquoi, alors, les sanctions qui devaient mettre fin à la guerre restent-elles en place ?

À ce stade, ce qui était initialement destiné à faire du bien fait maintenant du mal. Les sanctions entravent les investissements étrangers dans les projets pétroliers et gaziers du Sud-Soudan et, de ce fait, empêchent le pays d’exploiter ses ressources naturelles (3,5 milliards de barils de réserves pétrolières prouvées) au profit de sa population. Les sanctions font qu’il est inutilement difficile pour le Sud-Soudan d’utiliser le pétrole et le gaz pour favoriser la croissance économique, créer des emplois et des opportunités commerciales, renforcer les capacités et – ce qui est particulièrement important – développer des programmes de conversion du gaz en électricité capables de réduire la grande pauvreté énergétique du pays.

Je n’ai aucun doute sur le fait que les États-Unis ont imposé des sanctions sur l’industrie énergétique du Sud-Soudan en pensant à la population du Sud-Soudan. Leur objectif était de contribuer à les libérer de la violence et à protéger des vies.

Aujourd’hui, la Chambre africaine de l’énergie demande aux responsables américains de prendre une autre décision en pensant aux Sud-Soudanais : Lever les sanctions.

Il est temps de desserrer l’étau

Les sanctions américaines sur la production pétrolière et gazière du Sud-Soudan ont visé 15 entreprises et unités gouvernementales, allant des compagnies pétrolières internationales et locales opérant au Sud-Soudan au ministère du pétrole du Sud-Soudan et à la Nile Petroleum Corporation (Nilepet), la compagnie pétrolière et gazière nationale du Sud-Soudan.

Chacun d’entre eux a été ajouté à la « liste des entités » du Bureau of Industry and Security (BIS) du ministère américain du commerce, une compilation d’entreprises, d’organisations et de personnes étrangères « dont on pense qu’elles sont impliquées, ou qu’elles présentent un risque important d’être ou de devenir impliquées, dans des activités contraires aux intérêts de la sécurité nationale ou de la politique étrangère des États-Unis ».

Par conséquent, l’exploration pétrolière et gazière au Sud-Soudan est devenue considérablement plus difficile. Si une entreprise, un gouvernement, une organisation ou un individu souhaite exporter ou réexporter des produits spécifiques (pétrole) d’une entité figurant sur la liste, il doit d’abord convaincre le gouvernement américain de le laisser faire en obtenant une licence spéciale. Le non-respect de ces exigences peut entraîner des poursuites pénales ou civiles, le refus des privilèges d’exportation, voire l’inscription sur la liste des entités.

Comme vous pouvez vous y attendre, l’activité pétrolière et gazière au Sud-Soudan a été limitée. Les investissements dans les projets pétroliers et gaziers ont diminué et les sanctions ont réduit l’intérêt pour le premier cycle d’octroi de licences du pays. Le cycle de 14 blocs a été annoncé en 2021 et se poursuit jusqu’en 2023. Bien que cette opportunité soit loin d’être terminée, pour l’instant, elle ne suscite pas le niveau d’intérêt espéré par le ministère du pétrole.

Je ne dis pas que l’industrie pétrolière et gazière du Sud-Soudan est au point mort. Le pays produit environ 150 000 à 170 000 barils par jour, mais c’est loin d’être suffisant pour répondre aux besoins budgétaires du gouvernement ou pour réaliser la croissance économique dont il a tant besoin. Le Sud-Soudan a besoin de plus d’investissements et d’activités pour véritablement tirer parti de ses réserves de pétrole et de gaz.

Les sanctions rendent plus difficile la résolution de la pauvreté énergétique

Les sanctions américaines constituent également un obstacle à la production de gaz naturel au Sud-Soudan, qui pourrait être utilisé pour aider à réduire la pauvreté énergétique. Le Sud-Soudan a l’un des taux d’électrification les plus faibles au monde : En 2020, seulement 1 % des 12,5 millions d’habitants du pays avaient accès à l’électricité. Même ceux qui sont connectés au réseau doivent faire face à de fréquentes pannes et délestages.

Les projets de conversion du gaz en électricité pourraient faire une énorme différence au Sud-Soudan. Mais sans revenus pétroliers et gaziers, il est extrêmement difficile de construire des centrales électriques au gaz. Actuellement, le pays ne produit pas de gaz naturel pour l’exportation ou l’utilisation domestique.

Les sanctions ralentissent le passage aux énergies renouvelables

Certains diront que le Sud-Soudan se portera mieux sans industrie pétrolière et gazière et que le pays devrait simplement se concentrer sur des projets d’énergie renouvelable comme le solaire, l’éolien et l’hydrogène.

Les énergies renouvelables sont effectivement prometteuses pour le Sud-Soudan, mais comment diable ce pays pourra-t-il payer les milliards de dollars nécessaires au développement des infrastructures indispensables sans une économie saine ? Et sans les revenus, les emplois, le renforcement des capacités et les opportunités commerciales qui découlent d’une industrie énergétique florissante, comment le Sud-Soudan va-t-il reconstruire son économie à court terme ?

Ne vous méprenez pas : je suis pour les énergies renouvelables. Mais, comme je l’ai dit à plusieurs reprises, la production de pétrole et de gaz jouera un rôle essentiel dans la transition des pays africains comme le Sud-Soudan vers les énergies renouvelables. Le gaz naturel, en particulier, peut être monétisé pour générer des revenus et peut servir de matière première pour la fabrication de produits chimiques et d’engrais, créant ainsi encore plus d’opportunités et de revenus.

Le Sud-Soudan peut développer une industrie énergétique saine qui comprend le pétrole, le gaz et les énergies renouvelables, mais les sanctions américaines rendront cette tâche beaucoup plus longue et difficile.

Complications supplémentaires

J’invite également les États-Unis à se demander qui tirera profit des ressources pétrolières du Sud-Soudan si le ministère du Commerce continue à décourager les investisseurs d’explorer et de produire dans ce pays. Les candidats les plus probables sont les gouvernements et les entreprises qui ne sont pas concernés par la liste des entités des États-Unis – ou qui y figurent déjà. La Chine est déjà un acteur majeur au Sud-Soudan, tandis que la Russie et le ministère du Pétrole du Sud-Soudan ont discuté de la possibilité de travailler ensemble.

La présence de la Chine dans la région remonte à 1995 – avant que le Sud-Soudan ne devienne indépendant – alors que la deuxième guerre civile soudanaise était en cours. Les États-Unis avaient imposé des sanctions économiques au Soudan en réponse aux accusations de crimes de guerre, mais elles n’ont guère empêché la Chine de tirer profit du pétrole soudanais.

Avance rapide jusqu’à aujourd’hui : La China National Petroleum est l’une des principales parties prenantes de la Dar Petroleum Operating Company, un consortium de compagnies pétrolières qui continue à produire du pétrole au Sud-Soudan, malgré son inscription sur la liste des entités américaines. Il n’y a aucune raison de croire que la Chine quittera le Sud-Soudan de sitôt.

Et puis il y a la Russie. Le Sud-Soudan a déjà fait savoir qu’il souhaitait travailler avec la Russie pour l’aider à développer ses industries du pétrole, du gaz naturel et du raffinage. Lors d’une visite en Russie en 2020, Awut Deng Acuil, alors ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale du Sud-Soudan, a rencontré le ministre russe des affaires étrangères, Sergey Lavrov, pour discuter des domaines de coopération potentiels. Nous n’avons pas encore vu la Russie assumer un rôle plus important au Soudan du Sud, mais la porte reste ouverte.

Ma question aux États-Unis est la suivante : voulez-vous créer un avenir où la Chine et la Russie resteront les principaux investisseurs étrangers dans l’industrie énergétique du Sud-Soudan ? Ne serait-il pas préférable de permettre à des pays occidentaux forts et stables d’entrer dans le jeu ?

Tant de choses à offrir

Il est frustrant de voir que l’industrie énergétique du Sud-Soudan peine à prendre son élan, surtout si l’on considère son potentiel. Ce potentiel sera mis en évidence lors de la conférence South Sudan Oil & Power (SSOP) 2022, « The Gateway to East African Energy ». La conférence, qui se tiendra les 13 et 14 septembre à Juba, est organisée par Energy Capital & Power, une plateforme d’investissement axée sur l’Afrique pour le secteur de l’énergie, en partenariat avec le ministère du pétrole, le ministère de l’énergie et des barrages et le ministère des finances et de la planification économique du Sud-Soudan. La Chambre africaine de l’énergie est fière de parrainer l’événement.

James Chester, directeur principal d’Energy Capital & Power, a récemment exhorté les gouvernements et les pays à considérer ce que le Sud-Soudan a à offrir.

« Le Soudan du Sud ne se contente pas de mettre les licences à disposition, il a construit sa propre installation de données à Juba et a acheté ses propres avions pour effectuer des relevés aérogravimétriques du pays », a déclaré M. Chester. « Avec la majorité du Soudan du Sud en cours d’exploration et des zones de production à explorer davantage, le gouvernement sait qu’il a des actifs à fort potentiel à commercialiser auprès des compagnies pétrolières et gazières – mais ces données sont essentielles. Jusqu’à l’année dernière, le Sud-Soudan ne contrôlait pas sa propre industrie et ses données d’exploration. Il dispose désormais d’installations de classe mondiale. »

M. Chester a ajouté que la situation du Sud-Soudan, qui relie le bassin du Nil et la vallée du Rift, en fait un centre logique pour l’exploration d’une région riche en pétrole qui s’étend de l’Égypte à l’Ouganda, au Kenya et au-delà, en passant par le Soudan.

J’espère seulement que les obstacles à l’investissement dans l’industrie pétrolière et gazière du Sud-Soudan ne l’empêcheront pas de réaliser ce potentiel.

Pour être juste, les sanctions américaines ne sont pas le seul défi auquel est confronté le Sud-Soudan. L’avenir du pays sera sombre sans stabilité à long terme, bonne gouvernance et transparence. Mais le Sud-Soudan doit également disposer d’une économie saine et en croissance et d’une électricité fiable s’il veut offrir à sa population un avenir meilleur. Lorsqu’elle est abordée de manière stratégique, la production de pétrole et de gaz peut permettre d’atteindre cet objectif au Sud-Soudan. Elle peut stimuler la croissance, créer des opportunités économiques et contribuer à réduire la pauvreté énergétique. Mais seulement si les États-Unis se tiennent à l’écart.

APO Group pour African Energy Chamber.