Accueil MONDE Joseph et Joshua, les jumeaux siamois qui intriguent les médecins

Joseph et Joshua, les jumeaux siamois qui intriguent les médecins

PARTAGER
Joseph et Joshua, les jumeaux siamois qui intriguent les médecins

L’opération pour séparer les jumeaux siamois zambiens, Joseph et Joshua, intriguent les médecins des Hôpitaux Universitaires (UTH). Comment permettre à deux garçons joints au ventre et au bassin dès la naissance de mener des vies séparées ? C’est l’équation aux multiples inconnus à résoudre pour ces blouses blanches. Cependant, séparer les garçons signifierait que l’un d’eux sera privé d’une partie vitale du bas du corps.

Nés il y a 5 mois à l’hôpital général de Chipata, dans la province orientale, les jumeaux siamois, Joseph et Joshua, devaient subir une opération délicate, qui leur permettrait de vivre séparément. Mais, les médecins des Hôpitaux Universitaires (UTH), en charge de la chirurgie, ne savent plus où donner de la tête. Pourtant, au cours des dernières années, l’UTH a réussi à séparer des jumeaux siamois, le cas le plus célèbre étant celui de Mapalo et Bupe, deux filles qui ont été rejointes par l’abdomen.

Les deux filles sont maintenant confiées à un orphelinat à Kawambwa, dans la province de Luapula. Selon le Dr Amon Ngongola, qui est l’un des sept chirurgiens pédiatriques en Zambie, l’UTH a réussi à séparer trois cas de jumeaux siamois après le cas de Bupe Mapalo, en 2018. Mais il a dit que le dernier cas, c’est-à-dire Joseph et Joshua, est inhabituel et pose un plus grand défi aux médecins. « La plupart d’entre eux sont joints autour du ventre, mais pour ceux-ci la jointure est beaucoup plus complexe, car ils sont joints non seulement au niveau du ventre mais aussi sur le bassin. Ce n’est pas aussi simple que les autres interventions que nous avons faites », a-t-il déclaré.

« Nous avons fait d’autres jumeaux siamois, mais ce cas ci est beaucoup plus complexe, parce que les subtilités de la chirurgie sont nombreuses et les risques de complications sur celui-ci sont beaucoup plus élevées que ce que nous avions pour Mapalo et d’autres. Les médecins évaluent toujours la meilleure option pour les nourrissons, pour la faisabilité de cette opération. Si après avoir évalué et pensé que la meilleure chose à faire est de les laisser tels qu’ils sont, nous devons chercher comment améliorer leur qualité de vie », a-t-il ajouté.

Afrik