Accueil MAURITANIE Inquiété par l’opposition, Ghazouani appelle la majorité à l’unisson

Inquiété par l’opposition, Ghazouani appelle la majorité à l’unisson

PARTAGER

Le président mauritanien Mohamed Ould Ghazouani a reçu hier lundi 14 novembre courant à Nouakchott dans la soirée au palais présidentiel, les présidents des partis de la majorité.

 L’occasion pour l’homme fort de Nouakchott, témoin d’un dynamisme sans précédent de l’opposition et d’un fort risque d’émiettement du bloc de la majorité, notamment après le limogeage sans procès d’organisateurs d’initiatives de soutien à Ould Ghazouani, d’appeler ses interlocuteurs à l’unité et à la cohésion.

Un appel qui intervient par ailleurs dans un contexte où les signes avant-coureurs de la tenue d’élections législatives, régionales et municipales anticipées sont vécues aujourd’hui au quotidien

C’est d’autant vrai qu’au niveau de la CENI, les choses s’accélèrent, après son entrée en fonction dans son nouveau siège flambant neuf et ex locaux de l’Assemblée nationale, tout juste sous les regards attentionnés de la Présidence, de la Primature, du parlement et des ministères de la justice et de l’intérieur ainsi que des états-majors des armées, de la gendarmerie et de la garde en plus de la direction générale de la sureté national.

Des opposants farouches au régime se manifestent de plus en plusn tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du plus, sans oublier les gros partis exclus des concertations initiées par l’intérieur et également de la composition de la CENI, lesquels hissent le ton et promettent de stopper la mascarade visant à organiser des élections unilatérales.

Rappelons que les partis de la majorité s’incarnent pas forcément la majorité des électeurs mauritaniens, sachant que l’administration, le tribalisme, le népotisme, la non transparence, l’achat des consciences et la fraude massive sont des pratiques qui avaient été érigées en système au cours des précédentes consultations.

Ce qui revient à dire, qu’en combattant avec sérieux ces disfonctionnements du jeu démocratique, les actuels partis se disant de la majorité, peuvent voir leur électorat s’évaporer et migrer massivement vers l’opposition et vers d’autres cieux politiques.