Accueil MAURITANIE Guidimakha : La BM finance l’entente sociale et le développement local

Guidimakha : La BM finance l’entente sociale et le développement local

277
0
PARTAGER
Guidimakha : La BM finance l’entente sociale et le développement local

La wilaya du Guidimakha serait l’une de la Mauritanie où les conflits intercommunautaires sont les plus fréquents où, fait surprenant, des élus pérennisent les pratiques féodales et se passent de tout recours à la loi et à l’administration pour appliquer leur ordre séculaire dont celui d’asservir ou de tabasser des citoyens indociles et assoiffés de liberté et d’émancipation.

La Banque Mondiale semble réaliser l’existence de ces tares d’une autre époque et s’atteler à y remédier.

C’est dans le cadre d’une volonté de révolutionner le pays, de favoriser l’entente sociale et de créer les conditions indispensables au développement qu’intervient l’organisation hier mercredi 25 aout courant, à Selibaby, d’un atelier d’échanges et de concertations sur des documents relatifs aux dommages environnementaux et conflits locaux ainsi que les modalités de mise en place d’un comité régional et des comités départementaux au Guidimakha.

Financé par la Banque mondiale et organisé par le projet sectoriel du département de l’Hydraulique et de l’Assainissement, l’atelier a pour objectif de présenter les modalités d’intervention du projet, qui démarrera le début de l’année 2022.

Le projet intervient, en coordination avec les élus locaux et les représentants des communautés, dans les secteurs de l’eau, de l’assainissement, de l’environnement, de l’action sociale, de la santé, de l’enseignement, de l’agriculture, de l’élevage et du développement économique.

Il cadre parfaitement à des buts très chers aux actuels dirigeants du pays dont le dénouement des conflits fonciers, la création des pôles de développement pour la promotion des services sociaux et la construction des infrastructures, indiquent les officiels locaux, qui espèrent vivement voir le projet contribuer à l’émergence d’une dynamique de développement local, et à la mise en place des bases de la stabilité et l’entente pour l’intérêt général et l’encrage des principes de la justice.

Selon le coordinateur du projet M.Saadbouh Ould Menan, un bond qualitatif sera opéré dans le développement local, à travers l’exécution d’ambitieux programmes dans les  zones d’intervention.