Accueil Economie Flambée des prix : Alger à la rescousse de Nouakchott

Flambée des prix : Alger à la rescousse de Nouakchott

PARTAGER
Flambée des prix : Alger à la rescousse de Nouakchott

La politique gouvernementale visant à contrôler les prix et à protéger le pouvoir d’achat des citoyens aux bas revenus peine à devenir une réalité vécue sur le terrain.

Les commerçants toujours véreux continuent, certains dans la discrétion face à des clients peu habitués à la dénonciation, à imposer leurs prix exorbitants, tout en manifestant et menaçant de fermer boutiques, si les autorités persistent à les contraindre à « vendre à perte » disent-ils.

Dans la foulée de ce portait socioéconomique peu reluisant des conditions de vie des citoyens et de l’effort mené par les autorités, tant à travers la Délégation générale à l’insertion sociale et à la solidarité nationale qu’à travers le Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA), l’Algérie n’a pas tardé à venir à la rescousse de la Mauritanie.

En effet, à la place de vaccins anti-Covid, c’est une aide alimentaire de 42 tonnes de denrées essentielles que des avions cargos algériens viennent de débarquer à l’aéroport militaire de Nouakchott.

Officiellement, il n’a été question à cette cérémonie de réception dudit don d’une flambée des prix, probablement en raison de l’allergie qu’ont les autorités en citant cette amère vérité.

Mais, cette aide dans le contexte actuel, si elle n’a pas des dessous d’ordre diplomatique international et régional, se passe de tout commentaire.

En effet, l’aide en question vient, à ne pas en douter, à point nommé, puisqu’elle est composée des ingrédients fondamentaux des mets mauritaniens : riz, huile, lait, pâtes alimentaires, lentilles….

Ce sont biens ces produits qui maitrisent l’humeur des mauritaniens, laquelle s’aggrave avec leur cherté et se détend dans le sens inverse.

C’est incontestablement aussi un grand Ouf de soulagement pour le CSA, lequel, faut-il le préciser, a réceptionné l’assistance alimentaire algérienne précitée à travers son Département d’urgence.

Le CSA vient d’ailleurs d’approvisionner en produits de première nécessité, afin de juguler les prix très élevés et hors de portée du consommateur moyen, imposés par les commerçants, plus de 300 boutiques à Nouakchott, grâce à 1510 tonnes de produits alimentaires : 830,5 tonnes de riz, 453 tonnes d’huiles, 226,5 tonnes de sucre.

Ces points de vente font partie de 1749 boutiques gérés actuellement par ce demi-ministère sur toute l’étendue du territoire national,