Accueil MAURITANIE “EMU” condamne la politique de deux poids deux mesures du pouvoir

“EMU” condamne la politique de deux poids deux mesures du pouvoir

PARTAGER

« Engagés pour une Mauritanie unie » a vivement déploré la politique de deux poids deux mesures adoptée par le pouvoir de Nouakchott, en autorisant les forces politiques qui lui sont partisanes à s’en donner à coeur ouvert et sans restriction à leurs tapages politiques, tout en interdisant paralléllement à ses opposants tout activisme similaire.

EMU qui s’insurge dans le communiqué suivant contre ce favoritisme digne d’une dictature, regrette cet ordre de discrimination politique, interdisant l’ancien président Ould Abdel Aziz d’assister à un meeting populaire à Rosso tout en laissant la voie grande ouverte aux missions indésirables du Parti-État Insav pour battre campagne pour le système!

EMU -Engagés pour une Mauritanie unie : Communiqué

Des unités de la Gendarmerie Nationale ont bloqué, ce samedi à la mi-journée, le convoi de l’ancien Président Mohamed Ould Abdel Aziz au PK 22 au sud de Nouakchott, à l’entrée de la Wilaya du Trarza, sous prétexte d’instructions en haut lieu transmises par le Wali du Trarza, en violation flagrante de la Constitution et de la loi.

Pendant ce temps, les missions du Parti-État appelé INSAF entrent dans la Wilaya du Trarza avec toutes les facilités.

D’un côté, le favoritisme pour le parti au pouvoir, de l’autre les entraves à l’encontre d’un acteur politique majeur.

Il est manifeste qu’il y a un ciblage systématique et téléguidé contre la personne de l’ancien Président, comme le pouvoir en place à l’habitude d’agir à l’encontre de toute voix discordante.

Tout en dénonçant avec vigueur ces violations répétées de la Constitution et de la loi, le mouvement ENGAGÉS POUR UNE MAURITANIE UNIE (EMU) attire l’attention de l’opinion publique internationale et celle des organisations internationales sur la réalité de ce qui se déroule en Mauritanie comme transgressions de la loi à l’encontre de l’ancien Chef de l’État Mohamed Ould Abdel Aziz. Lequel se trouve privé de jouir de ses droits civiques et politiques.

Or ceux-ci sont inviolables tant aucun jugement judiciaire n’a été prononcé à son encontre après épuisement de toutes les voix de recours.

Coordination générale EMU