Accueil Politique Diplomate battue au Canada: le Sénégal dénonce des fake news

Diplomate battue au Canada: le Sénégal dénonce des fake news

PARTAGER

L’affaire de la diplomate sénégalaise battue au Canada, continue de faire couler beaucoup d’encre. En effet, cette dernière, Mme Niang Oumou Kalsoum Sall, conseillère des Affaires étrangères, a été victime de violences policières dans le pays.

D’après les autorités sénégalaises, elle a subi une « violence physique et morale humiliante », en étant menottée et frappée par la police à son domicile. Il s’agit d’une intervention qui avait pour but d’accompagner un huissier venant notifier à la diplomate une ordonnance d’un tribunal administratif du logement.

Des informations fondées sur la version du bailleur

Selon le document, Mme Niang est condamnée à payer plus de 45 000$ à son propriétaire pour « loyer non-payé » et dommages au logement.

Au regard de ces informations, la diplomate a déploré que ces dernières aient été fondées uniquement sur la version du bailleur. Cependant, si le gouvernement canadien a condamné et jugé inacceptable l’incident, Dakar a dénoncé des fake news relayées dans la presse.

Hier samedi 13 août 2022, la représentation diplomatique du Sénégal à Ottawa, a déploré que des informations « fausses et choquantes » aient été répandues sur la diplomate dans cette affaire.

« Une volonté manifeste de diluer la gravité de l’incident »

Dans une note d’information, l’ambassade a indiqué que les faits reprochés à Mme Niang montrent une volonté d’Ottawa d’atténuer la gravité des agissements de la police. Selon elle, « ils trahissent une volonté manifeste de diluer la gravité de l’incident qui porte sur une violation flagrante et grave des dispositions de la convention de Vienne sur les relations diplomatiques ».

Tout en détaillant les longues démêlées entre Mme Niang et son propriétaire, la note indique aussi que la diplomate a toujours été de bonne foi et rien ne justifie les violences policières qu’elle et ses enfants mineurs ont subies

Lanouvelletribune