Accueil MAURITANIE Des ambassadeurs occidentaux en campagne contre l’esclavage

Des ambassadeurs occidentaux en campagne contre l’esclavage

PARTAGER

La Commission nationale des Droits de l’Homme (CNDH), poursuit sa campagne de sensibilisation contre le danger de l’esclavage, qui s’est ébranlée dernièrement depuis les wilayas du Nord du pays.

La Commission qui a déjà sillonné l’Adrar, devra quitter incessamment la wilaya du Tiris Zemmour, où sa campagne organisée sous le thème « Tournons la page de l’esclavage », suscite une forte implication des collectivités régionales, avec une grande mobilisation des walis, Hakem et chefs sécuritaires.

Les prochaine escales de la campagne CNDH dans le Nord du pays, seront vraisemblablement les wilayas de Dakhlet Nouadhibou et l’Inchiri, avant de faire le caps sur le Sud en direction de Nouakchott et du Trarza, le cas échéant vers le Tagant, qui sont les régions les plus proches dans sa tournée supposée toucher tout le pays dans les prochains jours.

La grande révélation de cette campagne antiesclavagiste est incontestablement l’implication d’ambassadeurs occidentaux, qui devront se joindre incessamment, à leurs homologues déjà sur le terrain de la bataille de l’émancipation, en l’occurrence l’ambassadeur chef de la Délégation de l’Union européenne et des représentants de l’ambassade américaine et du bureau des Nations Unies.

Les ambassadeurs d’Allemagne et de France ainsi que des organisations de la société civile et des représentants du Forum national des ONG, y compris les organisations anti-esclavagistes dont “SOS Esclaves” se joindront à la campagne de sensibilisation menée par la CNDH, a révélé Me Bouhoubeiny.

La CNDH est déterminée à tourner la page de l’esclavage en toute transparence, a affirmé son président Me Ahmed Salem Ould Bouhoubeiny dont l’approche dans l’éradication de ce mal séculaire suscite l’admiration et l’intérêt, notamment par sa particularité offensive et médiatique qui contraste avec la lutte classique et passive qui a coûté paradoxalement à l’Etat des milliards sans donner de résultat probant.

A ce rythme, la CNDH opte résolument pour le bon, efficace et curatif remède donnant à sa présente campagne toutes les chances de succès en associant les diplomates, la société civile et les ONGs.

Aux maitres esclavagistes, nous disons alors “méfiez-vous”, la tolérance zéro est en train de s’installer