Accueil Afrique Blaise demande pardon aux burkinabés et à la famille Sankara

Blaise demande pardon aux burkinabés et à la famille Sankara

PARTAGER

L’ancien Président du Burkina Faso, -chassé du pouvoir par la rue en 2014-, a demandé « pardon » ce mardi 26 juillet 2022 au peuple Burkinabé et particulièrement à la famille de Thomas Sankara, figure emblématique du panafricanisme, tuée lors d’un coup d’État en 1987.

Condamné en avril dernier, par contumace à la prison à perpétuité pour sa participation à l’assassinat de son prédécesseur (Thomas Sankara, ndlr), Blaise Compaoré est rentré à Ouagadougou début juillet après huit années d’exil en Côte d’Ivoire.

Dans le cadre du processus de réconciliation enclenché par les nouvelles autorités, il a adressé un message à l’actuel chef de la junte militaire au Burkina, le lieutenant-colonel Paul Henri Sandaogo Damiba. L’ancien Chef d’Etat, assume, déplore les drames commis sous son magistère et demande pardon.

« Je demande pardon au peuple burkinabé pour tous les actes que j’ai pu commettre durant mon magistère, plus particulièrement à la famille de mon frère et ami Thomas Isidore Noël SANKARA.

J’assume et déplore, du fond du cœur, toutes les souffrances et drames vécus par toutes les victimes durant mes mandats à la tête du pays et demande à leurs familles de m’accorder leur pardon », indique le message de l’ancien Président, lu ce mardi 26 juillet 2022 dans la matinée par Lionel Bilgo, Porte-parole du Gouvernement.

Depuis la chute de Blaise Compaoré, le Burkina Faso fait face à des défis sécuritaires majeurs. Des attaques terroristes ensanglantent le pays provoquant des déplacements massifs de populations. M. Compaoré, amaigri et visiblement fatigué, appelle les burkinabé à l’union sacrée pour taire définitivement les querelles et rancœur pour travailler au recouvrement de l’intégrité territoriale.

« Je souhaite que nous puissions aller de l’avant désormais pour reconstruire notre destin commun sur la terre de nos ancêtres. C’est pourquoi, j’appelle tous nos compatriotes (…) à une union sacrée, à la tolérance, à la retenue, mais surtout au pardon pour que prévale l’intérêt supérieur de notre Nation.

Ensemble, dans un esprit de patriotisme, donnons-nous la main pour taire définitivement nos querelles et rancœur. Il est important aujourd’hui, de travailler au recouvrement de l’intégrité territoriale, à la reconstruction et promotion d’un environnement favorable à l’épanouissement durable pour tous », a appelé M. Compaoré.

Africa.guinée