Accueil Afrique Algérie: les médiateurs arabes persona non grata

Algérie: les médiateurs arabes persona non grata

443
0
PARTAGER
Les dérives de Ramtane Lamamra, acolyte attitré des terropolisariens !

Sur un ton peu diplomatique, le pouvoir algérien s’en est pris aux Etats arabes ayant proposé de combler le fossé abyssal dans ses relations avec Rabat. Les auteurs de ces initiatives semble ignorer la responsabilité du Maroc dans l’état actuel, répond la diplomatie algérienne.

Après un silence de quelques jours, l’Algérie a fini par sortir des bois au sujet des projets de médiation tentés par des Etats arabes, en vue de parvenir à une sortie de crise diplomatique avec le Maroc. Le voisin de l’Est a opposé un niet catégorique à toutes les initiatives, a indiqué, sous couvert d’anonymat, un diplomate algérien au média russe Sputnik.  

L’Algérie a démenti, par la même voix, toutes les annonces officielles à ce sujet, les qualifiant de simples «spéculations médiatiques». Pourtant, Ramtane Lamamra a révélé lui-même avoir reçu des appels téléphoniques de ses homologues égyptien et saoudien, ayant porté sur la rupture des liens diplomatiques avec le Maroc.

«Les Algériens ne sont pas prêts à répéter le scénario de juillet 1988, qui a permis aux deux pays de rétablir les relations entre eux après une rupture de douze années», indique-t-on, en guise de réponse tranchée quant aux propositions faites par les ministres des Affaires étrangères de l’Egypte, du Koweït, de l’Arabie saoudite et de la Mauritanie.  

Dans son réquisitoire, le diplomate a saisi l’opportunité de cette sortie anonyme pour tirer à boulets à rouges sur toutes les intentions visant à combler le fossé abyssal entre les deux voisins ennemis. «L’idée réductrice et superficielle de médiation ignore la gravité des responsabilités du Maroc dans la dégradation chronique des relations algéro-marocaines et occulte l’ampleur des dommages politiques et moraux, causés par les faits et les méfaits cautionnés de différents cercles marocains», a-t-il insisté

Lire suite ICI