Accueil Culture Al Jazeera rend hommage à sa journaliste tuée en Cisjordanie

Al Jazeera rend hommage à sa journaliste tuée en Cisjordanie

PARTAGER

Des collègues se prennent dans les bras lorsque le cadavre de la journaliste chevronnée d’Al-Jazeera Shireen Abu Akleh est amené dans les bureaux de la chaîne d’information dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 11 mai 2022. (Photo, AFP)

Des collègues se prennent dans les bras lorsque le cadavre de la journaliste chevronnée d’Al-Jazeera Shireen Abu Akleh est amené dans les bureaux de la chaîne d’information dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 11 mai 2022. (Photo, AFP)

Durant la minute de silence observée à l’antenne d’Al Jazeera, des journalistes n’ont pas pu empêcher les larmes de rouler sur leurs joues

Shireen Abu Akleh avait rejoint la chaîne peu après son ouverture en 1996

DOHA: Elle devait faire l’ouverture du journal « mais elle ne s’est jamais présentée »: refoulant ses larmes, Mohamed Moawad, chef d’édition sur la chaîne de télévision Al Jazeera, se remémore ses derniers échanges avec la journaliste Shireen Abu Akleh, tuée mercredi par balles.

« Notre dernière communication a eu lieu 20 minutes avant ce crime odieux. Elle a envoyé un courriel disant: ‘Bonjour, il y a une intervention israélienne à Jénine (en Cisjordanie occupée, NDLR) et je m’y rends maintenant. J’y suis presque. Je vous enverrai les détails’ », raconte-t-il, peu après que l’hommage rendu par la chaîne qatarie à la Palestinienne-américaine de 51 ans.

Sur les réseaux sociaux, les collègues de Shireen Abu Akleh apprennent que la journaliste a été touchée par balle au visage. Un autre journaliste les prévient ensuite que la reporter vient de mourir, à trois kilomètres de Jénine, se remémore M. Moawad.

D’après lui, Shireen Abu Akleh était alors avec quatre autres journalistes, qui portaient tous un gilet pare-balles bleu frappé du mot « presse » et des casques.

La chaîne de télévision qatarienne a par la suite diffusé un communiqué disant que Mme Abu Akleh avait été tuée « de sang froid » et demandant que les forces armées israéliennes soient tenues responsables de son décès.

L’Etat hébreu a indiqué enquêter sur sa mort mais a nié que la reporter ait été délibérément touchée. Pour le Premier ministre Naftali Bennett, elle a été « probablement » tuée par des tirs palestiniens.

« Nous considérons qu’il s’agit d’un acte intentionnel car la balle a touché exactement la zone située sous son oreille, là où il n’y a pas de protection », rétorque Moawad, fustigeant des commentaires « irresponsables » en Israël sur la mort de la reporter. 

« Pas un crime » 

Durant la minute de silence observée à l’antenne d’Al Jazeera, des journalistes n’ont pas pu empêcher les larmes de rouler sur leurs joues.

Shireen Abu Akleh avait rejoint la chaîne peu après son ouverture en 1996.

Dans les locaux de la chaîne de télévision à Doha, ses collègues se prennent dans les bras, serrant eux des portraits de la journaliste et des feuilles sur lesquelles est écrit: « Le journalisme n’est pas un crime ». Derrière eux, sur des écrans, les images d’affrontements dans les Territoires palestiniens défilent.

Mme Abu Akleh est la 12e journaliste de la chaîne panarabe à être tuée au cours de l’exercice de son métier. 

« Elle était là où il y avait une histoire. Elle allait partout pour donner une voix à ceux qui n’en ont pas. Il y a tellement de vidéos montrant Shireen se faire attaquer par les forces israéliennes, se faire tirer dessus et d’autres choses encore », se souvient M. Moawad.

Pourtant, dit-il, la reporter ne s’était jamais plainte pour sa propre sécurité. « Elle couvrait toujours les histoires sans aucune forme de peur. On ne lui confiait jamais un sujet, elle était juste là. »

Elle était « très courageuse », abonde Hoda Abdel-Hamid, une de ses collègues jointe en Ukraine par téléphone par l’AFP.

« Mais c’était aussi une journaliste très expérimentée, pas du genre à prendre des risques stupides juste histoire d’en prendre, assure Mme Abdel-Hamid. 

« Je suis à peu près sûr qu’aujourd’hui elle était dans un endroit sûr, destiné aux journalistes et elle était clairement identifiable. Elle ne se serait pas jetée dans des échanges de tirs juste pour le plaisir », souligne-t-elle.

Arabnews