Accueil MAURITANIE Si le pouvoir est incapable, il doit dégager, dit Ould Maouloud

Si le pouvoir est incapable, il doit dégager, dit Ould Maouloud

PARTAGER

Le rôle et le devoir du pouvoir est de protéger les citoyens de la faim et de la soif, et de leur assurer la sécurité, a affirmé le président du parti d’opposition, l’Union des Forces du Progrès (UFP), Dr Mohamed Ould Maouloud.

Si le pouvoir ne peut pas honorer ses responsabilités, il doit dégager et s’en aller, a-t-il dit au cours d’un meeting populaire organisé par son parti à l’ancienne Maison de Nouakchott, disant que les choses demeurent inchangées après deux ou trois ans de la gouvernance du président Mohamed Ould El Ghazouani.

Le pouvoir est plutôt préoccupé par des colmatages ici et là, au moment où les citoyens meurent de faim, a souligné le président de l’UFP, indexant les autorités de chercher régulièrement des alibis en évoquant la hausse des prix à l’échelle mondiale et la guerre russo-ukrainienne et ses effets sur les prix, s’interrogeant si les citoyens cuiront dans leurs marmites ces excuses ?

Ould Maouloud a accusé par ailleurs le pouvoir d’avoir laissé certains foyers de tension s’accentuer et menacer l’unité nationale, dont les revendications des minorités  négormauritaniennes, qui datent depuis une trentaine d’années et qui portent sur les injustices subies et la discrimination dont ils font l’objet, à leur vie quotidienne.

Qu’ils soient civils ou dans l’armée, les négormauritaniens ont pris conscience ainsi que tout le monde qu’ils sont hors de la scène nationale et des nominations dans tous les domaines, « se demandant s’ils des citoyens mauritaniens », a-t-il dit, qualifiant ce constat de gravissime pour le pays et pour son avenir.

 Le dialogue avec le président Ghazouani et auquel, le Chef de l’Etat s’est prêté, visait à discuter les problèmes et dossiers qui préoccupent le peuple mauritanien, mais la majorité de son entourage était hostile à ces concertations et lui ont dit qu’il a commis une erreur et que l’opposition le trompera,  a fait remarquer Ould Maouloud, niant les accusations faites aux opposants de chercher à travers l’apaisement politique à partager le gâteau et à obtenir des strapontins, qualifiant le renoncement du pouvoir dans sa volonté de poursuivre le dialogue de scandale retentissant et de nuire à la crédibilité politique et morale des autorités.

Ould Maouloud a dénoncé enfin la préparation unilatérale du gouvernement des élections, affirmant le rejet de l’opposition de cette manœuvre.