Accueil Afrique Recrutements frauduleux au niveau de la CEDEAO

Recrutements frauduleux au niveau de la CEDEAO

PARTAGER
Recrutements frauduleux au niveau de la CEDEAO

Nous avons été interpellés par des agents de la CEDEAO qui s’insurgent contre les recrutements en cour en raison des velléités apparentes du Directeur Général de ne pas respecter les procédures en matière de recrutement.

Les multiples violations des règlements de la CEDEAO démontrent à suffisance la tentative ignoble du DG de procéder à des recrutements douteux au sein de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS) basée à Bobo-Dioulasso au Burkina Faso.

Ces recrutements sont faits à moins d’une semaine de la fin du mandat de l’actuel DG, *Prof Stanley OKOLO* conformément aux directives de la conférence des chefs d’Etats et de Gouvernement.

Dans le but d’alerter les autorités et préserver l’image et les intérêts de cette institution, les agents ont soumis une lettre de dénonciation au niveau de l’Auditeur Général de la CEDEAO avec *ampliation aux Présidents* de la Commission et de la Cour de Justice de la CEDEAO.

*Une petition allant dans ce sens avait été adressée au Président de la Commission en Janvier cette année, mais un communiqué conjoint CEDEAO-OOAS signé par le Président de la CEDEAO et le DG/OOAS qualifiant la pétition de mensonges avait été publié. Les nouvelles informations et preuves à l’appui viennent plutôt confirmer les rumeurs*.

Ci-dessous le contenu de la lettre qui a été soumise

Monsieur l’Auditeur Général de la CEDEAO,

Objet : Dénonciation et invite à votre auto-saisine.

C’est avec regret que nous constatons la poursuite des agissements frauduleux du Directeur Général de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS) malgré les multiples alertes et avertissements qui ont été donnés.

Quelques semaines en arrière, des alertes concernant des recrutements douteux ont été lancés afin d’avertir l’opinion et surtout les décideurs de ce qui se passe au sein de l’OOAS. Malheureusement, nous avons constaté que lesdites procédures sont poursuivies sans aucun respect des normes et règles en matière de recrutement.

En effet, il a été constaté l’existence manifeste de conflits d’intérêt dans le processus de recrutement du cabinet CRUIT HR Entreprise Solution dont le siège social est situé à : Suites C51-53, Sheraton Abuja, ladi kwali St, Abuja.

Selon le procès-verbal de négociation établi lors du recrutement du cabinet, nous constatons que sur les quatre membres du comité d’évaluation et de négociation, deux (02) ont soumis leur candidature parmi les postes publiés dont un (01) est le président dudit comité.

Sans surprise, nous avons aussi remarqué, sur la base de la liste des candidats retenus pour les entretiens, que tous ces deux candidats font partis des présélectionnés par le cabinet CRUIT HR Entreprise Solution. Il est évident que tout ceci est fait au mépris de l’article 16 du code des marchés révisé de la CEDEAO qui stipule que : « les membres du comité d’évaluation ne doivent pas être en situation de conflit d’intérêt, au sens de l’article 118 du présent code.

Les membres et les observateurs signent un engagement d’impartialité et de confidentialité, en utilisant le modèle en usage pour les comités d’évaluation ». Quant à l’article 118 du même code, il stipule, entres autres, ce qui suit : «Les institutions de la CEDEAO éviteront les situations dans lesquelles un prestataire a un intérêt susceptible de compromettre leur objectivité ou leur capacité à exécuter de manière satisfaisante les contrats. En règle générale, il s’agit d’éviter strictement tout conflit d’intérêt réel ou apparent dans les relations avec les prestataires de la CEDEAO ».

Par ailleurs, il convient de noter que la procédure de recrutement a été menée avec une rapidité extraordinaire. Le mémorandum qui met en place le comité de sélection du cabinet a été rédigé et signé par le DG le 8 Mai 2022 un dimanche, jour non ouvrable. Ensuite, lors de la négociation du contrat, le cabinet a reçu des instructions pour finaliser la phase de présélection en 4 semaines pour un total 2758 candidatures.

Ce qui révèle avec éloquence la dynamique dans laquelle l’actuel DG est inscrit, celle de finaliser tous les recrutements et de placer ses protégés avant son départ prévu pour début juillet 2022. Sinon, comment interpréter le fait qu’il approuve une fois de plus un dimanche, cette fois-ci le dimanche 26 juin 2022, le mémorandum préparé le samedi 25 juin 2022 relatif aux entretiens ? Comment comprendre le fait que les invitations aux candidats présélectionnés ont été transmises entre jeudi 23 et samedi 25 juin 2022 soit avant l’approbation du mémorandum du 25 juin 2022 relatif aux entretiens prévus pour le 27 juin 2022 ?

Manifestement, les éléments de faits et de preuves réunis (cf. documents annexés à la présente dénonciation), conduisent incontestablement à invoquer le conflit d’intérêt et la fraude dans le processus de recrutement des huit postes de permanents en cours à l’OOAS, en violation flagrante du traité de la CEDEAO et du code des marchés.

En conséquence et afin de préserver l’image et les intérêts de la CEDEAO, nous vous invitons à :
– Vous autosaisir de la question et à annuler toute la procédure de recrutement de ces huit postes de permanents à l’OOAS ;
– Faire reprendre les termes de référence pour les différents postes à pouvoir (qui étaient calqués sur mesure) par le service en charge des ressources humaines de la commission ou un organe indépendant de l’OOAS ;
– Faire reprendre par le service en charge des ressources humaines de la commission les termes de référence pour la sélection d’un cabinet indépendant pour le recrutement des huit postes permanents de l’OOAS ;
– Interpeler le comité des sanctions à se saisir de cette question conformément à l’article 27 du code des marchés et à prononcer les sanctions conséquentes pour préserver l’image de la CEDEAO;
– Demander au Président de la Commission d’inscrire ce point à l’ordre du jour de la prochaine session de la Conférence aux fins de la saisine de la Cour de Justice de la Communauté.