Accueil MAURITANIE Mauritanie: Premier hic de l’intrigante “concertation politique nationale” !?

Mauritanie: Premier hic de l’intrigante “concertation politique nationale” !?

PARTAGER
Mauritanie: Premier hic de la commission de la concertation politique !?

L’unième réunion de la commission de la concertation politique, qui devait avoir lieu aujourd’hui jeudi 21 mai courant, a été reportée, indiquent des sources généralement bien informées, auprès de son président le ministre, secrétaire général de la présidence Yahya Ould Ahmed El Waghef.

Motif avancé : décision prise à la suite d’une demande exprimée par le pôle de l’alternance démocratique de l’opposition, composé du parti Sawab dirigé par le député Abdessalam Ould Horma, RAG en  constitution et une aile du Manifeste pour les Droits politiques, économiques et sociaux des Haratines au sein d’une Mauritanie juste et réconciliée, conduite par Ould Hendhiye.

Ledit pôle avait décidé dernièrement de se retirer des séances de la concertation nationale, auxquelles il s’est joint depuis le lancement le mois passé, des activités préparatoires du dialogue, en protestation, à ce qu’il a appelé des  «  tracasseries » dont fait l’objet son ancien candidat à la présidentiellede juin 2019, le parlementaire Biram Dah Abeid ».

En effet, des agents de la sureté avaient pris d’assaut la semaine passée à Atar, la capitale de la wilaya de l’Adrar, un meeting fermé organisé par le député Biram avec certains de ses partisans, arrachant sans scrupule la banderole portant le nom du parti en gestation RAG.

Quoiqu’il en soit, force est de reconnaitre que même si ledit pôle d’opposition n’avait pas demandé le supposé report des rencontres de la commission de la concertation politique, que vaudraient réellement ces tractations, au cas où elles se poursuivraient bon gré mal gré, en souffrant du manque de leur raison d’être, à savoir le consensus.

En effet, même dans sa configuration, la concentration ne traduit le véritable consensus mauritanien, à fortiori quand des poids politiques lourds à l’échelle nationale et mécontents voir indignés par la façon arbitraire et injustice de gouverner le pays claquent la porte des discussions et refusent de se prêter les yeux fermés comme d’autres au jeu politicien de mouton de panurge.