Accueil MAURITANIE Mauritanie : le pouvoir implicitement indexé de retarder le dialogue

Mauritanie : le pouvoir implicitement indexé de retarder le dialogue

PARTAGER
Mauritanie : le pouvoir implicitement indexé de retarder le dialogue

Six partis de l’opposition démocratique ont publié un communiqué dans lequel, ils indexent implicitement le pouvoir mauritanien du président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, de retarder le dialogue national entre les différents protagonistes politiques.

Des négociations qui n’ont pas encore franchi ce rubicond fondamental qui devra leur donner toute leur saveur, sincérité et crédibilité, face à des mauritaniens lassés de concertations qui n’ont de réelle que le nom et que les différents régimes utilisent comme ruse pour apaiser momentanément l’ardeur des opposants et des assoiffés de la démocratie et de l’Etat de droit.

Dans leur communiqué ci-après, les partis et les coalitions de l’opposition démocratique, estiment qu’il n y a plus de justificatif pour reporter ces pourparlers qui sont, après plus de deux ans du mandat du président Ould Ghazaouni, au stade de préparatifs, d’où le temps très long que ces concertations pourront prendre, pour susciter un véritable et franc engouement de tous les acteurs de la Majorité et de l’opposition.

Ci-après le communiqué:

 À l’issue de leur réunion, tenue hier (NDLR vendredi 25 février 2022) au siège du parti Tawassoul, les Coalitions et Partis de l’Opposition Démocratique signataires, récusant toute responsabilité quant au retard constaté dans le lancement du dialogue :

  • réaffirment leur déclaration du 22 février, dans son contenu et sa forme ;
  • jugent que rien ne justifie plus le retard enregistré dans la désignation du président et la mise en place de la commission préparatoire du dialogue, sur la base des règles convenues dans la réunion du 27 octobre 2021 :
  • rappellent qu’en ce qui les concerne, ils ont procédé à la désignation de leurs représentants à ladite commission, depuis quelques semaines ;
  • réitèrent leur attachement au dialogue, en tant que choix stratégique, en vue de parvenir à un large consensus sur les questions nationales fondamentales, ouvrant ainsi la voie à plus de stabilité, de démocratie et de développement ;
  • décident de la mise en place d’une commission en charge de faire la réévaluation de la situation politique, sociale et économique du pays depuis l’avènement de l’actuel pouvoir.

Nouakchott, le 25 Rajab 1443 – 27 Février 2022

Les Coalitions et Partis signataires

Coalition Vivre Ensemble (CVE)

Coalition Vivre Ensemble/Vérité et Réconciliation (CVE/VR)

Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD)

Rassemblement National pour la Réforme et le Développement (TAWASSOUL)

Union des Forces du Progrès (UFP)

Union Nationale pour l’Alternance Démocratique (UNAD)