Accueil MAURITANIE Ma fortune a été surestimée, se défend Ould Abdel Aziz*

Ma fortune a été surestimée, se défend Ould Abdel Aziz*

PARTAGER

L’ancien président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz vient de faire une nouvelle sortie médiatique au cours de son séjour européen. L’ex homme fort de Nouakchott s’est appesanti principalement, dans un entretien accordé à France24 sur les relations tendues entre la France et le Mali, reprochant à Paris d’avoir lâché du lest face aux terroristes, après avoir privilégié la piste des négociations avec les djihadistes.

Aziz évoque également sa fortune évaluée par la justice mauritanienne à près de 100 milliards de dollars, disant qu’il s’agit d’une surestimation.

“Au sujet de sa fortune personnelle calculée à au moins 90 millions de dollars par une commission d’enquête mauritanienne, il parle de “surestimation”, indique le confrère, selon lequel, Aziz précise n’avoir jamais déclaré être “pauvre”, tout en niant toute malversation.

Il se dit confiant dans la justice “si elle est laissée libre”.

Interrogé sur la possibilité d’un coup d’État en Mauritanie, il affirme que vu la situation du pays, “il faut s’attendre à tout”, tout en niant farouchement encourager une telle option.

Mohamed Ould Abdel Aziz juge, sur un autre plan, la situation “extrêmement difficile” dans le Sahel, où les groupes terroristes “sont en train de gagner du terrain” alors que les coups d’État se multiplient.

Pour lui, le G5 Sahel est en train de “mourir à petit feu”. Il estime que les accusations du Mali selon lesquelles la France est complice de certains groupes jihadistes sont “invraisemblables”, “très graves” et doivent “être prouvées”.

S’il pense que l’intervention militaire française au Mali en 2013 a été efficace au départ, Mohamed Ould Abdel Aziz estime qu’elle s’est “terminée en queue de poisson”. Selon lui, le combat contre les terroristes a été arrêté et le pouvoir français a ensuite encouragé la négociation avec certains d’entre eux. “C’était une erreur car on ne doit pas négocier avec les terroristes”, assène-t-il.

Interrogé au sujet des accusations lancées par le Mali devant l’ONU contre la France qui serait aujourd’hui complice de certains groupes jihadistes, Mohamed Ould Abdel Aziz les juge “invraisemblables”, “très graves”, ajoutant qu’elles vont devoir “être prouvées et justifiées”.

Présent en France depuis un mois à la suite de la levée de sa résidence surveillée, il nie avoir passé un accord avec le pouvoir afin de lui épargner un procès et ajoute qu’il rentrera dans son pays “d’ici une à deux semaines”. Inculpé de corruption, blanchiment d’argent et enrichissement illicite pendant ses années de pouvoir, il affirme vouloir être jugé, affirmant que ces “fausses accusations” sont le résultat d’une vendetta politique. “Je tiens à être jugé pour prouver mon innocence”, affirme-t-il.

France24

* Titre source : Mohamed Ould Abdel Aziz : “Les accusations du Mali contre la France sont invraisemblables”