Accueil Politique L’impunité, la tumeur qui gangrène les institutions et la vie sociale

L’impunité, la tumeur qui gangrène les institutions et la vie sociale

PARTAGER

Un mal, ça se soigne, sinon il gangrène et devient incurable. Une pourriture, ça se jette à la poubelle, sinon elle rend l’atmosphère irrespirable. Une dérive, ça se redresse, sinon la tournure risque d’être dégringolante et fracassante.

Tout ce que le Sénégal vit comme mal profond dans sa chair, réside fondamentalement dans l’impunité. Au vu et au su de tout le monde, cette impunité prend de plus en plus de l’ampleur dans le corps de la nation sénégalaise. Comme une tumeur cancéreuse, elle s’est propagée dans toutes les couches imaginables de la société, de la cellule familiale jusqu’aux institutions de la République.

Une nation qui n’applique pas le principe du règlement est une nation qui va droit dans le mur. Et arrivée à ce stade, il serait impossible pour elle d’avancer. Soit elle recule en arrière pour réformer les règles de gestion de la société, soit elle avance droit dans le mur en se cassant la gueule.

Dans mon for intérieur, c’est le pire scénario que je ne souhaite pas à ce cher pays que j’aime tant – plus que toutes les nations du monde – ma tendre et chère terre natale – le Sénégal.

On ne peut pas continuer à laisser l’impunité gangrener ce pays. Cette plume Citoyenne s’adresse à l’élite consciente et intellectuelle de ce pays. Qu’elle soit de formation nationale, occidentale ou arabisante, qu’elle soit instruite ou analphabète, l’essentiel est que cette élite consciente sache que dans son for intérieur, il est de son devoir fondamentale et patriotique de recadrer les règles de la vie sociale et des institutions de la République. Cette élite consciente doit vaille que vaille jouer son rôle dans la préservation du legs et barrer la route à tous les usurpateurs et perturbateurs quels que soient leur rang ou appartenance sociale.

Chère élite de la nation sénégalaise, indignez-vous, alertez, mais cela ne suffit pas ! Maintenant, il est temps de passer à l’acte et sans délai. Car les choses commencent à aller vraiment mal. Nous allons droit dans le mur! Ça bouillonne trop de l’intérieur, il faut agir vite. Il est de votre devoir impératif et impérieux d’enlever le couvercle avant ça n’explose, de soigner le mal avant qu’il ne devienne inncurable. Il est de votre devoir impératif et impérieux d’enlever le couvercle avant ça n’explose, de soigner le mal avant qu’il ne devienne incurable. Il est de votre devoir de baliser ce qui caractérise notre sécurité, notre paix sociale, notre dignité, notre honneur, notre identité, notre emblème, nos institutions civiles, religieuses et républicaines, tous nos acquis et, fondamentalement tout ce qui fait notre souveraineté. Aucun citoyen n’a le droit de semer le désordre sur la place publique. Aucun citoyen n’a le droit d’usurper nos fondamentaux. Aucun citoyen n’a le droit de faire usage personnel du bien commun…etc. Il faut agir vite ! C’est un devoir patriotique.

Il est inconcevable de laisser l’image du Sénégal être traînée de la sorte dans la boue sans « tirer en l’air un grand coup de STOP » et « sonner la fin de la récréation » face à toutes ces dérives qui gangrènent la nation sénégalaise.

Hier, lundi 12 septembre 2022, le peuple a vécu l’apothéose. Un jour marqué pour toujours dans les annales de l’histoire de notre Nation. C’était le summum de l’impunité, lors de l’installation de la 14e Législature, avec cette scène de guérilla tenue à l’Assemblée Nationale. Le peuple a trinqué jusqu’à l’enivrement avec des images de déshonneur diffusées sur toutes les chaînes prouvant que la force physique et la violence verbale avaient plus dominé sur la scène de l’hémicycle que des échanges entre leaders intellectuels et responsables, basés sur des propos nobles, concrets et constructifs. A la place de ça, c’était plutôt une scène de tables et des chaises fracassées; des perruques de femmes arrachées; des chaussures et des bouteilles d’eau utilisées en guise de projectiles; des micros arrachés devant la Présidente de séance; l’urne de vote bousculée, n’eut été la vigilance des forces de l’ordre elle sera fracassée et pulvérisée! Le tout dans un décor ahurissant de bousculade, sur une note symphonique de diatribes saccadées et de grandes envolées dignes des disputes à la borne fontaine. Quelle irresponsabilité! Et pendant ce temps notre drapeau tricolore, notre emblème national en bandoulière sur leurs épaules subissait toutes les souillures de leurs comportements éhontés et déshonorants.

La grande question est de savoir si ces actes indignes vont-ils rester impunis?

Pour ma part oui! Oh que oui !!! Votons une Loi qui révoque tout député indigne de porter le drapeau national par son comportement répréhensible. Les autorités administratives ainsi que l’élite consciente doivent prendre le taureau par les cornes et sanctionner avec la plus grande fermeté ces dérives et remettre les pendules à l’heure. Une nation respectée est d’abord une nation éduquée et assise sur des valeurs morales irréfutables et irréprochables. Et cela commence d’abord par ses représentants élus.

En tant que plume Citoyenne, j’attends du député qui me représente dans l’hémicycle, un comportement irréprochable, responsable et respectueux.

Vive la Nation sénégalaise dans toute sa rigueur et sa « Téranga légendaire ».

One love ___/ Plume Citoyenne – MaremKANTE – Mardi 13 septembre 2022

#Impunité #Institutions