Accueil MONDE Leçons de Niamey

Leçons de Niamey

536
0
PARTAGER
Leçons de Niamey

On aurai pu titrer leçons du Niger. Mais pour éviter la confusion avec le fleuve Niger et les pays qu’il traverse, parlons de Niamey.

A l’instar de tous les autres états sahéliens le Niger a obtenu son indépendance en 1960 .

Hamani Diori (1916-1989) fut le premier président de la république .

Le 15 avril 1974 , il est renversé par le Lieutenant-colonel Seyni KOUNTCHE de l’ethnie Djerma comme lui.

Le 11 novembre 1987 Ali Saibou  ethnie Djerma succède suite au décès de KOUNTCHE .

1989, il est élu président , nouvelle constitution et « retour des civils »

29 juillet 1991 dans le sillage de la conférence de la Baule (juin 1990)  et suite à un vaste mouvement de contestation, une conférence nationale désigne un premier ministre   chargé de préparer un passage à l’ère démocratique. 

Amadou CHEIFFOU de l’ethnie Peulh  désigné premier ministre est chargé de préparer cette transition.

1992 , une nouvelle constitution nait, elle est  approuvée par référendum .

Mars 1993  Mahamane Ousmane de l’ethnie haoussa majoritaire  est élu .

27 janvier 1996  coup d’état du général Ibrahima Barre MAINASSARA ( ethnie Haoussa)

9 avril 1999  Ibrahima Barra MAINASARA est renversé par Daouda Malam WANKE (ethnie HAOUSSA)

Novembre 1999  Mamadou TANDIA (Soninké d’origine)  ex militaire  est élu , il sera réélu avant de tenter un troisième mandat qui lui sera fatal .

Le 28 février 2010 coup d’état contre Tandia

Le 12 mars 2011 Mamadou ISSOUFFOU  (ethnie Haoussa ) est élu , il sera réélu le 20 mars 2016 .

Février 2021 Mohamed BAZOUM (de l’ethnie OULAD SOULEYMANE , arabe du nord) est élu au second tour 

Comme on le voit en dehors des périodes d’exception que constituent les coups d’état, chaque fois qu’il y’a eu élection c’est  le candidat du pouvoir ou  de l’ethnie majoritaire qui arrive aux affaires  .

Seules exceptions l’arrivée de Tandia (compagnon de Kountché) au pouvoir élu en nov 1999 , non sans avoir occupé plusieurs postes régaliens  au paravent .

Et aujourd’hui Mohamed BAZOUM qui appartient à une ethnie ultra minoritaire cantonnée au Nord .

Il y’a des leçons à tirer  pour nous autres mauritaniens  pays multiethinque.

De l’indépendance à nos jours  chez nous ce sont toujours les mêmes ethnies  qui gouvernent la Mauritanie ,par  coup d’état ou par  « vote » .

Aucun « accident de l’histoire » n’a permis jusqu’à nos jours une alternance au profit de certaines ethnies et pour cause :

  • les postes régaliens sont toujours verrouillés ou presque pour ces ethnies .

Si par hasard  , un premier ministre ou un ministre de l’intérieur est nommé c’est pour une courte période consécutive en général à un climat de tension .

Ce qui n’offre aucune chance à ces groupes de construire leur assise .

  •  jamais le système n’a désigné  son candidat à la fonction suprême parmi les ethnies marginalisées jusque là .

Les leçons de NIAMEY passent par là et je ne crois pas qu’on soit  prêts à les apprendre.

NEMAHAIDARA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here