Accueil Afrique L’Afrique à Berlin pour parler d’investissements

L’Afrique à Berlin pour parler d’investissements

242
0
PARTAGER

Berlin accueille ce vendredi l’Afrique, l’initiative Compact with Africa. Une conférence destinée à soutenir l’investissement privé allemand sur le continent.

Plusieurs dirigeants africains sont attendus à ce rendez-vous de Berlin.

Et pour cette troisième édition qui sonne comme un au revoir, à un mois quasiment du départ de la chancelière, à l’issue des législatives du 26 septembre, il faut signaler la présence des chefs d’Etat sénégalais, ghanéen, guinéen et congolais.

Le sommet de vendredi se concentrera sur l’état de la coopération commerciale entre l’Allemagne et l’Afrique.

L’économiste de l’Université de Leipzig et spécialiste de l’Afrique, Robert Kappel, estime à un millier, le nombre d’entreprises allemandes actives sur le continent.

Environ huit milliards de dollars ont été investis par des entreprises allemandes en moyenne en Afrique, ces dernières années, évalue-t-il aussi.

Toucher tous les pays

L’avenir de ces investissements, sur lequel va se pencher le sommet de vendredi, gagnerait à toucher tous les pays, laisse toutefois entendre Robert Kappel.

“La plupart de ces investissements vont en Afrique du sud. La plupart des investisseurs allemands sont en Afrique australe et quelques-uns en Afrique du nord. Entre Casablanca et le Cap, les investissements sont très faibles”, estime Robert Kappel.

Mais à la veille de ce sommet, Berlin peut se réjouir tout de même de ses exportations vers l’Afrique. Si l’Allemagne est loin derrière la Chine, elle talonne la France en termes de part de marché : avec moins d’un point d’écart entre les deux pays.

L’après Merkel

Si l’investissement privé allemand en Afrique ne croît pas, les opportunités devraient être encore discutées lors de ce dernier sommet sous Angela Merkel. Mais Robert Kappel redoute aussi l’après Merkel.

“Il pourrait y avoir un nouveau gouvernement qui s’intéresse plus à l’Europe, à la coopération commerciale avec la Chine et les Etats-Unis. Le continent africain pourrait ne pas être au cœur des préoccupations du prochain gouvernement”, affirme l’économiste.

Douze pays africains participent à l’initiative Compact with Africa. Lors du dernier sommet en 2019, des critiques avaient déjà demandé de prendre en compte plus de pays dans un continent qui en compte 54.

Rédaction