Accueil MAURITANIE FLASH SUR. Ould El Waghef/ « Soukorou Kor » ou « le retour d’un Mohican ». 

FLASH SUR. Ould El Waghef/ « Soukorou Kor » ou « le retour d’un Mohican ». 

PARTAGER

S’il y’a un précieux cadeau que le président Ould Ghazouani a fait aux mauritaniens à la veille du début de ce mois béni de Ramadan, c’est bien le choix porté sur le Dr. Yahya OuldAhmed El Waghef pour occuper la fonction de Secrétaire Général de la Présidence de la République.

Une nomination surprise qui a déclenché de multiples réactions toutes contradictoires sur la portée et la significationprofondes de la décision prise.

Nommé jeudi par décret, l’ancien Premier Ministre de Sidi Ould Cheikh Abdallahi s’était mis aussitôt au travail en tournant à plein régime. Le jour même de sa nomination, en fin d’après-midi, il rendait l’haleine à tous les mauritaniens dont les respirations étaient « coupées » attendant curieusement la composition du nouveau gouvernement. C’est lui donc, Ould Waghef, qui, devant la presse avait donné lecture de la composition du gouvernement, le 2 ème sous  Ould Bilal et le 3 ème depuis l’accession de Ould Ghazouani au pouvoir en 2019. 

La nomination de l’ingénieur Yahya Ould Ahmed El Waghefau Ministère Secrétariat Général de la Présidence de la République sous le régime de Ould Ghazouani est une énigme et  forte curiosité politique.

Même si Ould Waghef reprend place sur un fauteuil qu’il avait  occupé entre 2007 et 2008, (donc fort d’une expérience),certains se demandent pourquoi Ould Ghazouani, critiqué de toutes parts a porté son choix sur Ould Waghef, un homme dont le nom sonne comme celui d’« un repris  de justice »? 

Cette question, beaucoup de mauritaniens se la posent. Et les plus fouineurs se posent aussi une autre question, celle de savoir pourquoi Ould Ghazouani l’élément de poids du trio des généraux qui étaient à l’origine de tous les ennuis de Ould Waghef et du défunt président Sidi Ould Cheikh Abdallahi, a fait « revenir » l’homme dans son foyer après leur divorce avec violence le 06 aout 2008 ?

Dans un échange sur la plateforme « Cadre d’Echanges RIM », deux adhérents dressent chacun le profil de OuldWaghef selon sa propre vision. L’un deux, (Sy Bekaye) dit : « la nomination de Ould Waghef, confirme que le régimde Ghazouani incarne toujours la médiocrité des régimes qui se sont succédés depuis 1978 ». Un autre, Ethmane complète endisant : « Ould El Waghef incarne plusieurs fiascos qui ont entrainés la mise à mort de la SOMAGAZ et de la Cie AIR MAURITANIE. C’est un homme connu pour avoir été au centre du scandale du riz avarié ».

Si Ould Ghazouani  a porté son choix sur Ould Waghef aussi critiqué pour occuper le bureau  adjacent au sien, il doit bienavoir une raison et une explication. 

Qui est donc Ould Waghef, cet homme politique très populaire, qui, aux yeux de certains vient d’être « blanchi » par une décision prise au moment où tous les regards des curieux de la classe politique étaient braqués sur Ould Ghazouani attendant de savoir qu’est-ce qu’il allait faire encette période de turbulences de « mauvaise gouvernance »constatée ?

Ould Waghef, la perle rare ?

L’échange entre les deux internautes sur la plateforme CERIM s’était terminé par l’entrée entre les deux, d’un arbitre qui avait clôturé le débat en disant simplement : « Ould Waghef  est un poids lourd ». En fait, c’est bien ce dernier internaute qui donne la bonne  réponse à la question que se posaient beaucoup de mauritaniens de savoir qui est donc en réalité Ould Waghef.

A 62 ans, le Dr. Yahya Ould Ahmed El Waghef, ingénieur diplômé de l’INSEA de Rabat (Maroc) restera sans nul doute l’un des rares hommes politiques de ce pays qui se sont  forgésune amitié avec des acteurs politiques et économiques de toutes tendances. C’est un homme intelligent, très fin, très courtois et surtout très honnête. Il a bâti sa réputation sur son appartenance à une classe politique multicolore et multidimensionnelle.

Si son parcours (cursus) administratif est très court, par contre son cursus politique est très dense. C’est un véritable ingénieur en « architecture politique ». En 462 jours (un an et sept jours passés au Secrétariat Général de la Présidence) et (trois mois passés à la Primature), Yahya Ould Waghef avait impulsé à sa Mouvance Politique un système de propulsion  qui avait commencé à faire avancer le pays avec force  sur la voie de la démocratie par des acquits  mesurables sur une scène politique internationale qui avait déclassé notre paysdévalué par des coups d’états militaires à répétitions.

Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirais qui tu es.

Yahya Ould Waghef, est « horoscopiquement » l’homme du mois « d’Août ». Ce mois qui souffle sur lui le chaud et le froid, est collé à sa personnalité comme une ombre. En août 2003, il est nommé par décret, directeur du Parc National du Banc d’Arguin. Le 6 août 2008, il est  arrêté suite au coup d’état. Il est libéré le 11 août 2008

En 2003, Ould Waghef avait été promu sous le régime deMaaouiya. En 2005 il est promu sous celui  de Ely Ould Mohamed Vall et en 2008 sous celui de Sidi Ould cheikh Abdallahi. Dans la fourchette de cette période (2003-2008)d’activités intenses menées, Ould El Waghef donnait des accolades aux plus grandes  célébrités politiques du Pays : Ahmed Daddah, Kane Hamidou Baba, Ibrahima Moctar Sarr, Mohamed Ould Maouloud, Ould Bedredine, Ely Ould Mohamed Vall, Cheikh Sid’Ahmed Ould Babemine, Massaoud Ould Boulkheir, Jamil Mansour, Boidjiel Ould  Houmeid,  Ba Mamadou Alassane, Moussa Fall.

Il est donc indéniable qu’un homme d’une telle envergure politique, respecté,  admiré et écouté par toutes cette variété d’hommes de toutes tendances politiques est bien un homme de consensus national. Et c’est vrai. Dans la réalité, Ould Waghef a toujours été un très grand et fin politicien capable de manœuvrer avec prudence, sagesse  mais surtout avec honnêtetés politiques et intellectuelles.

Si Ould Abdel Aziz, en pleine débâcle de son illégitimité  (août 2008,)  avait essayé par tous les moyens de souiller  le nom de cet intellectuel hors pair, en l’accusant d’avoir  introduit dans le pays un riz avarié,  (pourtant le même riz qui était très prisé à l’époque au Nigéria et au Cameroun pour ses qualités nutritives), par contre sur la scène politique internationale, il est resté pour beaucoup d’acteurs politiques un interlocuteur valable et respecté dont l’image de marque était toujours en hausse.

Pour cause. C’est lui,  l’« ingénieur» politique  et l’« architecte » de toutes les feuilles de routes des négociations consensuelles proposées après le séisme politique entrainé par le « vol  à  l’arrachée » du pouvoir  par le Général Ould Abdel Aziz en 2008.

C’était aussi lui aussi la plume du texte écrit des accords de Dakar du 4 juin 2009 portant sur la nomenclature de la formation de la CENI en charge de superviser les élections dans le pays. Enfin c’est lui qui avait  encouragé avec de très bonnes initiatives, toutes les démarches  entreprises pourparvenir à une solution politique et humanitaire pour organiser le retour digne des réfugiés dans leur pays. En juillet 2007, dans ce cadre, il avait d’ailleurs rendu visite aux 1500 réfugiés mauritaniens du camp de Dagana au Sénégal.

Originaire du Tagant, très respecté au Brakna (noir et blanc), personnalité très soutenue pour ses idées révolutionnaires en Adrar et au Trarza, très forte personnalité pour les deux Hodhs, Ould Waghef, parfois accusé d’être à l’origine des difficultés des sociétés Air Mauritanie et de  la SOMAGAZest pourtant un responsable très honnête très regardant sur les principes de la bonne gouvernance. Le profil que lui a donné Sy Bekaye internaute du Cadre d’Echanges RIM, est tout àfait contraire à sa personne. Le traiter de cause  du mal en évoquant la mauvaise gestion, c’est mal connaitre l’homme. 

Ould Waghef n’avait pas mis à genou la Compagnie de transport aérien Air Mauritanie. Après le départ du couple Sidi Ould Zéine (Directeur Général) et Mohamed Ould Abdi (Commercial) tous deux originaires du Tagant, la Compagnie Air Mauritanie n’est jamais parvenue à décoller ni à la verticale ni en piquée. Quand Ould Waghef avait été appelé à la tête de cette  société, celle-ci était déjà, après le départ de Sidi Ould Zeine,  très affaiblie  par les tâtonnements des politiques hasardeuses de gestion de quelques-uns de ses successeurs.

Quand il était arrivé à la tête de la Société Somagaz, cette société enregistrait déjà à cette époque une fuite de gaz combinée avec une fuite de capitaux qui rendaient son redressement quasiment impossible.

Ould Waghef est un « Monsieur Mains Propres ». Mais peu de gens le savent vraiment et c’est pourquoi, il est difficile de le faire croire. Mais tous ceux qui l’ont approché politiquement,Ely Ould Mohamed Vall, Sidi Ould Cheikh Abdallahi, Sidi Mohamed Ould Boubacar et même Ould Ghazouani le saventet c’est pourquoi, aucune personnalité politique actuelle ne met pas en doute cette réalité. 

Tous ceux cités et bien d’autres citoyens honnêtes savent tous parfaitement bien que l’homme (Ould Waghef) est un ISO de qualité politique intellectuelle et morale.

Ould Waghef  le sifflet de la récréation qui avait trop duré

La nomination de Ould Waghef au Ministère Secrétariat Général de la Présidence envoie un signal puissant à ceux qui croient encore que la récréation n’est pas terminée. La récréation est bel et bien terminée et les cours doivent reprendre maintenant, cette fois, avec de nouveaux élèves et de nouveaux enseignants dans une nouvelle « Ecole d’Excellence »  celle qui a ouvert ses portes le 31 mars 2022.

Ce n’est pas Ould El Waghef qui a la chance de se retrouver si proche de Ould Ghazouani. C’est le contraire. C’est Ould Ghazouani qui a la chance d’avoir si proche de lui un  homme qui draine avec lui un capital important d’expérience politiquemais aussi qui met en confiance beaucoup de poids politiques issus du FNDD.

Mais au-delà même de cette proximité et de son  avantage partagé équitablement, le rapprochement entre les deux hommes qui se sont «  pardonnés » tout de leur passé pour l’intérêt suprême du pays, c’est la Mauritanie qui va  gagner une santé politique équilibrée.

Mais malheureusement, cette proximité risque bien de faire l’effet d’une bombe à fragmentations pour ceux  qui avaient cette « sale habitude » de quitter leurs maisons le matin les poches vides et de revenir en fin d’après-midi les pochespleines.

On peut dire sans fausse modestie que Ould Waghef est le « Soukorou Kor » de Ould Ghazouani aux citoyens de ce pays ce mois béni qui a fait quinze changements  dans l’équipe de Ould Bilal en pleine compétition pour la finale de 2024.

Bon ramadan  à tous we simah.

Mohamed Chighali

Journaliste indépendant.