Accueil MAURITANIE CONTRIBUTION : Je suis Samba Thiam!

CONTRIBUTION : Je suis Samba Thiam!

PARTAGER
CONTRIBUTION : Je suis Samba Thiam!

Chaque fois que la vaillante jeunesse négro-mauritanienne résiste aux projets sournois d’assimilation de la part de l’Etat mauritanien, la stupidosphère nationaliste arabe se déchaine contre le leader des FPC. Tels des bourdons, ils polluent les réseaux sociaux, empêchant la tenue de tout débat sérieux. Aux idées, ils opposent des invectives; face aux projets, ils objectent par la distorsion, devant une vision, ils répondent par la diabolisation.

Un membre de cette horde, Sidi Ali O. Balamash s’est fendu récemment jusqu’aux tripes dans un article insipide pour dégurgiter sa haine sur Samba Thiam, dont la détermination inébranlable face aux tentatives d’annihilation des Noirs de Mauritanie fait de lui une sorte de scélérat aux yeux de certaines franges de la communauté arabo-berbère.

Et pourtant, tous ceux qui l’écoutent avec la raison, l’approchent sans arrière-pensées et le pratiquent sans parti pris, découvrent un homme loin de l’image de paria qu’on nous dépeint à tour de crises. C’est un homme politique qui pose les problèmes de fond, invite à leurs discussions et propose des solutions. Sa méthode à lui est franche, sans langue de bois, ni faux fuyants. Il ne fait pas dans le louvoiement et ne caresse pas dans le sens des poils.

M. Balamash, dans une incohérence débile, juxtapose des énormités inouïes. Tantôt c’est ” les berbères sont des Arabes purs “, tantôt ” l’élite française d’aujourd’hui parle anglais” ; parfois ce sont ” les dialectes locaux”. Bref… aucune réplique consistante au texte de Samba Thiam sur le discours de Ouadane.

Juste quelques précisions en passant : les Berbères ne sont ni des Arabes purs ou des Arabes de piètre qualité ; ils ne sont pas arabes tout court. Si vous doutez encore, demandez à ce journaliste saoudien qui a requis l’exclusion des pays du Maghreb de la coupe arabe des nations par ce qu’ils ne sont pas…arabes !

Chaque fois que l’opportunité leur a été offerte, les Berbères ont choisi de ne pas être arabes, mais Amazigh. Ce fut le cas dans les pays du Maghreb y compris la Libye où des voix se lèvent de plus en plus pour exiger la reconnaissance de l’identité Amazigh du pays. C’est cette opportunité qu’on leur refuse en Mauritanie depuis la bataille de Shar bouba.  Youssouf ben Tachefin n’est pas un arabe, c’est un métis Sanhadja de mère noire.

Excédé par cette confusion entretenue, Nizar Al Qabbani, dans un texte devenu célèbre exprime son agacement ainsi: << Non, nous ne sommes pas des arabes. Assez de mensonge, de tromperie, de fraude, de faiblesse, d’impuissance et de peur. Le syrien n’est pas arabe, l’irakien n’est pas arabe, l’égyptien n’est pas arabe, le libanais n’est pas arabe…Nous sommes des levantins, nous sommes des byzantins, des syriaques…nous somme des phéniciens>>.

Bien qu’agaçantes, ces sorties des Balamash et de son genre ne doivent ébranler aucune personne avertie. Ce sont là, les derniers soubresauts d’une bête à l’agonie, une sorte de baroud d’honneur de mauvais aloi. En effet, depuis que leur tête pensante, Al Mal-oune Saddam a été retiré du trou dans lequel il se cachait comme un rat d’égout et que le régime du rejeton de leur éminence grise ne tient en Syrie qu’à l’aide de l’ennemi juré “Al Fours Al majous”, les baathistes authentiques se sont terrés de disgrâce. Les nôtres, toute honte bue, continuent à s’acharner sur la communauté noire à la poursuite de leur chimère renvoyée aux calendes grecques partout dans le monde arabe.

Souweidi Ali conteste tout de go à notre président l’emploi du prénom “nous” remettant en cause son statut d’un des leaders de la communauté négro-mauritanienne. Laissez-moi vous dire, monsieur, que Samba Thiam parle pour moi, il parle pour Amadou Sarr, la fille de notre martyr Sarr Amadou, il parle pour Thomas Diallo sauvagement agressé par la soldatesque du régime. Il parle pour toutes les victimes du racisme d’Etat en Mauritanie, il parle pour tout le pays. Il pense ce que nous pensons; il dit ce que nous disons, seulement mieux et avec un courage rarement égalé.

Le discours de Ouadane ne nous parle pas. Il ne nous parle pas parce qu’il fait fi de nos réalités quotidiennes, faites de marginalisation politiques, d’exclusion économique et d’oppression culturelle, le tout enrobé dans une perfide sournoiserie et amplifiée par le jacassement des acabits de la trempe de Ould Balamash avec une insolence sans commune mesure.

Le Président Ghazouani ne s’adresse pas à nous, car l’unité nationale qu’il prône nous exclut de facto. Il veut la faire sur nous, pas avec nous. Son unité nationale, à lui, passe sous silence la question de cohabitation, pour nous la principale contradiction. C’est une invite à la communauté dominante à taire ses querelles pour préserver son ascendance. C’est une sorte d’appel à un sursaut face au péril noir.

C’est ainsi que nous l’analysons, eu égard à l’absence totale de nos préoccupations. L’accaparement des terres de la vallée ? Ni vu ni entendu. Le non enrôlement des négro-africains ? Une pure invention de Samba Thiam et de ses gens. Le non-accès des enfants noirs aux écoles d’excellence ? Pas de souci, elles sont faites pour les excellents…

Voilà pourquoi le discours de Ghazouani à Ouadane ne nous parle pas.

Par contre l’autre discours de Ouadane, le sermon de l’imam de la mosquée nous a donné en partie, du  baume au cœur. Un exemple de courage et de piété, cet homme de Dieu n’a pas manqué de rappeler au président ses obligations envers ses administrés, et l’a tenu responsable des malheurs de son peuple, notamment l’effusion de sang et le détournement des deniers publics par la classe dirigeante.

J’aurai aimé savoir la réaction de Ould. Balamash sur cet autre discours de Ouadane.

La Lutte continue

Abou Hamidou Sy

FPC/Amérique du Nord