Accueil Culture Argenton-sur-Creuse et Tokomadji en Mauritanie relancent leur jumelage

Argenton-sur-Creuse et Tokomadji en Mauritanie relancent leur jumelage

PARTAGER

Une délégation de Tokomadji, composée de 5 personnes, est arrivée à Argenton le 30 juin, où elle restera jusqu’à ce mercredi 6 juillet. Elle a été accueillie officiellement vendredi.

Lancé en 1985, le jumelage entre la ville de Tokomadji en Mauritanie et Argenton-sur-Creuse – Le Pêchereau – Saint-Marcel a débouché sur de nombreuses missions, menées à bien en Mauritanie. Après une interruption en 2010, pour cause de situation géopolique instable, les liens sont restés très forts : les échanges ont ainsi repris dès le début de l’année 2021.

Renouer les liens et construire un projet de développement

En novembre, une délégation d’élus et de citoyens argentonnais intéressés se sont rendus en Mauritanie afin de renouer les liens de coopération et construire avec les habitants un projet de développement économique. L’association Maurit’amis a apporté son aide.

Lors de la cérémonie d’accueil, un conseiller municipal de Tokomadji a évoqué les problèmes rencontrés dans son village : la difficulté de l’alimentation en eau et la pénurie d’enseignants. Le secrétaire de l’association historique du village mauritanien a expliqué que les subventions recueillies parmi la diaspora mauritanienne ont permis la construction de cinq salles de classe et rappelé l’importance du français pour la population : « En venant à Argenton, nous souhaitons marquer notre attachement aux Français et à la France ».

La délégation mauritanienne, composée de cinq personnes, aux côtés des élus et citoyens argentonnais.
La délégation mauritanienne, composée de cinq personnes, aux côtés des élus et citoyens argentonnais.

Les membres de la délégation, hébergés par des familles argentonnaises, visitent la commune, assistent à de nombreux événements et rencontrent les différents acteurs de cette coopération.

Visites et séminaires

Les participants mauritaniens ont déjà échangé avec les directrices des écoles et le proviseur de la cité scolaire Rollinat et visité les expositions du moment. Jusqu’à ce jour, ils participent, à Orléans (Loiret), à un séminaire organisé par le réseau Centraider intitulé La coopération décentralisée avec le Sahel, un levier pour favoriser une culture de la paix.

Contact : Clément Sapin, secrétaire de l’association Maurit’amis : 06.72.48.47.96 ; clementsapin@hotmail.fr

Lanouvellerepublique.fr