Accueil Economie Le Sénégal n’a plus de poissons dans ses eaux !

Le Sénégal n’a plus de poissons dans ses eaux !

PARTAGER
Le Sénégal n’a plus de poissons dans ses eaux !

Jadis centre commercial aux poissons par excellence, le quai de pêche de Yarakh est comme abandonné à son sort. Les vendeurs de poissons côtoient les saletés rejetées par la mer et autres immondices, sans se plaindre ou s’inquiéter de l’insalubrité de leur environnement.

Chacun est plus préoccupé par son pain quotidien. Même si les eaux du Sénégal n’ont plus de poissons, les quelques rares pirogues qui accostent chaque jour, attisent les convoitises des mareyeurs ou autres revendeurs. 

Le Sénégal dispose d’un littoral de 718 km de côtes. Ce pays d’Afrique de l’Ouest était réputé parmi les plus poissonneux du continent, mais aujourd’hui les choses ont véritablement changé. Le poisson se fait rare et très cher dans la capitale sénégalaise, Dakar.

Pour trouver les meilleurs poissons, comme les dorades, les capitaines ou les thiofs (mérou), il faut débourser beaucoup d’argent. Les clients se plaignent de la rareté des poissons, mais aussi de leur cherté.

Âgé d’une trentaine d’années, Cheikh Tidiane Mbaye, trouvé au quai de pêche de Yarakh, dans la capitale sénégalaise, tente de nous expliquer les raisons de cette situation, qui perdure depuis des années et qui n’arrange guère les pêcheurs comme lui.

« Nous les pêcheurs, nous rencontrons d’énormes difficultés, parce que aller pêcher en mer n’est pas une petite affaire. Le métier de pêcheur est trop difficile. Il nous arrive de passer entre 15 et 21 jours en haute mer, pour pouvoir trouver du poisson.

C’est difficile, surtout qu’il nous faut débourser plus d’un million FCFA pour le carburant et 500 000 FCFA pour le ravitaillement, pour pouvoir assurer notre séjour en pleine mer. Imaginez maintenant ce que nous endurons pour écouler nos poissons, c’est également la croix et la bannière.

A notre retour sur la terre ferme, nous vendons nos poissons aux mareyeurs, qui revendent ensuite à l’État, aux particuliers ou à d’autres sociétés, qui les exportent vers d’autres pays. En fait, seule une petite quantité des poissons pêchés sont vendus dans nos marchés », indique-t-il.

Résident à Thiaroye-Gare, El Hadj Gaye est jeune mareyeur qui travaille également au quai de pêche de Yarakh. Il évoque lui aussi des difficultés rencontrées dans le secteur, depuis des années. « On se débrouille toujours pour pouvoir nourrir nos familles.

Nous ne connaissons que ça comme métier, c’est pourquoi nous sommes dans le secteur. Malgré les difficultés, on tente toujours de s’en sortir. Comme les pêcheurs, nous avons souvent du mal à entrer dans nos fonds après avoir placé nos poissons. Rare sont les gros clients qui payent cash et on ne peut pas garder les poissons longtemps, au risque de les voir pourrir, faute de moyens pour les conserver. Nous sommes obligés de les placer à crédit », déplore le jeune El Hadj Gaye, visiblement très fatigué.

Afrik.com