Accueil MAURITANIE Habi  : Avec la volonté, la femme peut rivaliser l’homme*

Habi  : Avec la volonté, la femme peut rivaliser l’homme*

PARTAGER

Portrait de la militante Habi Amadou Seck : « Mes parents nous ont éduqués à ne pas subir et à prendre le lead »

Awa Seydou Traoré – En perspective du 8 mars, journée mondiale des droits des femmes, le blog Reines d’Afrique fait un focus sur la jeune Habi Seck, cluster manager au programme de développement dans le milieu urbain, avec World vision international (Mauritanie), présente dans le monde humanitaire depuis ses 14 ans. Une période phare où son quotidien, en plus de ses études, a été marquée par des sensibilisations bénévoles sur la santé reproductive des jeunes.

Habi Seck, l’amie des touts petits prendra part à la campagne de sensibilisation internationale de World Vision sur les méfaits des mariages des enfants en Mauritanie, le 8 mars prochain au stade olympique,et le 12 mars à Ryad. En attendant, nous vous proposons une brève plongée sur sa vision du leadership.

Habi Amadou Seck
la militante Habi Amadou Seck

Née à Maghtar lahjar Habi S. a grandi dans les zones de Kiffa, Nema. Elle se définit comme « un pur produit de la Mauritanie », ayant fait tout son cursus scolaire sur place.

Fille d’un administrateur civil, et d’une maman sage-femme, la vie de Habi, rythmait avec les nombreux déménagements suivant les affectations de son père. Elle a été très tôt bercée par le bilinguisme, ce qui a positivement « impacté son cursus scolaire » lui permettant de s’exprimer dans toutes les langues du pays. Un vécu qui l’inspirera à suivre plus tard une formation en administration territoriale, entre autres.

Cheffe de projets protection à Save the Children Espagne Mauritanie de 2017 à 2019, elle est depuis avril 2021 cluster manager au programme de développement dans le milieu urbain avec World Vision Mauritanie, une organisation où elle a évolué à différents niveaux.

Née dans une famille où les filles sont majoritaires, les parents ont mis le paquet pour qu’elles réussissent en leur montrant, selon le témoignage de Habi « qu’il n’y’a pas de différence entre l’homme et la femme : « Notre mère nous a fait comprendre dès le bas âge, qu’il n’y’ « a pas de privilèges que l’on soit homme ou femmes, nous avons les mêmes capacités, il suffit juste de vouloir mettre le paquet pour réussir« . Un esprit de gagnant qui lui permettra d’être major de classe au lycée et l’université.

L’autonomisation de la femme, son cheval de bataille

« Je ne parle pas avec une femme, tu es trop jeune pour occuper de telles postes » voilà les stéréotypes dont la native de Maghama a dû faire face pour grimper les échelons de la vie professionnelle. Malgré ces préjugés, elle est persuadée que la femme est la personne la plus « susceptible quand elle a un revenu, de le réinvestir dans le développement pour les besoins de la famille, des populations, et de générations futures ».

Celle qui a trouvé sa source d’inspiration dans l’engagement de sa maman et de grand-mère est convaincue que la réussite est possible que l’on soit homme ou femme, il suffit de « mettre le paquet, être responsable, déterminé avoir son caractère et faire le nécessaire pour atteindre tes objectifs ».

Comme son père, elle entend marquée les esprits des populations bénéficiaires de ses actions, par le travail constructif et impactant. Elle doit aussi sa percée professionnelle, à l’appui, la facilitation et l’accompagnement constant de son mari, « un mari qui veut que je sois tout temps à la tête de la liste », un grand soutien qui l’a poussé à aller faire des formations internationales, pour améliorer ses compétences. Habi Seck de par ses actions, veut « être un exemple pour les jeunes de la société », un acteur du changement en Mauritanie.

Awa Seydou TRAORE

* Titre source : « Mes parents nous ont éduqués à ne pas subir et à prendre le lead »