Accueil Economie Axe Nouakchott-Alger : Vers une impulsion de la coopération énergétique

Axe Nouakchott-Alger : Vers une impulsion de la coopération énergétique

PARTAGER

Les opportunités de coopération dans les domaines de l’énergie et des mines en Algérie et en Mauritanie connaitront “une forte impulsion grâce à la volonté des dirigeants de nos deux pays et au leadership dont ils jouissent “, a affirmé hier lundi 6 juin courant à Nouakchott, le ministre mauritanien du Pétrole, des Mines et de l’Energie, Abdessalem Ould Mohamed Salah.

Le ministre mauritanien a tenu ces propos à l’occasion des travaux de la séance de travail organisée avec le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab et plusieurs cadres du secteur de l’énergie et des mines des deux pays.

Le sommet bilatéral entre le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune et son homologue mauritanien, M. Mohamed Ould Cheikh El-Ghazaouani, lors de sa dernière visite réussie effectuée en Algérie, a constitué “une importance majeure pour le développement et la relance des relations liant les deux pays qui partagent une profondeur historique et des liens géographiques et s’entendent sur plusieurs approches régionales et internationales”, a-t-il ajouté, disant que les relations bilatérales se sont renforcées à la faveur de ce séjour, notamment par le lancement de plusieurs projets communs comme la route stratégique reliant la ville algérienne de Tindouf à la ville mauritanienne de Zouerate et le raccordement électrique au long de cette route.

Il a qualifié également  la visite de M. Arkab en Mauritanie d “un nouveau jalon dans les relations fraternelles” ajoutant que “nos équipes techniques conjointes œuvreront à promouvoir le niveau de coopération dans les domaines de l’énergie et des mines et que nous examinerons ensemble les possibilités de les concrétiser par la signature de mémorandums d’entente, outre la mise en place d’équipes techniques spécialisées devant assurer le suivi de l’action commune ainsi que sa réalisation sur le terrain”.

Le ministre a affirmé qu’il s’attendait à ce que les relations bilatérales connaissent un “saut qualitatif” qui permettrait la valorisation des opportunités d’investissement et l’établissement de projets de partenariat dans les secteurs prioritaires.

Le ministre mauritanien a mis en avant la volonté commune, à la lumière de la conjoncture marquant les marchés mondiaux de l’énergie, “de renforcer la coopération fructueuse dans les domaines du pétrole, du gaz et des minerais à travers l’appui technique, l’étude et la valorisation des opportunités d’investissement conjointes afin de réaliser les objectifs dans le but de sécuriser nos approvisionnements en énergie”.

En outre, Il a souligné que la Mauritanie avait récemment fait d’importantes découvertes de gaz estimées à environ 100 trillions de pieds cubes de gaz, et que le ministère mauritanien du pétrole, des minerais et de l’énergie poursuivait sa politique visant à accélérer le rythme de l’exploration et de la production en vue de valoriser toutes les opportunités possibles.

S’agissant des minerais, le ministre a affirmé que la Mauritanie disposait d’un grand potentiel compte tenu de la présence de plus d’un millier de minéraux indicateurs, dont le fer, le cuivre, l’or, l’uranium, les phosphates, le quartz, le chrome, le manganèse, le vanadium, le plomb, le zinc, les éléments du groupe du platine, les terres rares.

Aps.dz