Accueil MONDE Poutine met en alerte sa force nucléaire

Poutine met en alerte sa force nucléaire

PARTAGER

L’invasion de l’Ukraine par la Russie, entamée ce jeudi, se poursuit. De violents combats ont lieu à Kiev et la deuxième ville du pays, Kharkiv, a été perdue, puis reprise.

Les Ukrainiens ont accepté des pourparlers, tandis que Poutine a demandé la mise en alerte de la force de dissuasion nucléaire russe. Suivez avec nous les dernières informations sur le conflit ce dimanche 27 février.

Les principales informations à retenir ce dimanche

Tôt ce matin, l’armée russe a effectué une percée à Kharkiv (nord-est), deuxième ville d’Ukraine. A la mi-journée, les forces ukrainiennes ont annoncé avoir repris le contrôle de la ville. La capitale, Kiev, se défend toujours.

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé mettre en alerte la « force de dissuasion » de l’armée russe, qui peut comprendre une composante nucléaire.

Des pourparlers entre Kiev et Moscou vont avoir lieu à la frontière ukraino-bélarusse.

Les Occidentaux, notamment les Européens, ont annoncé des livraisons d’armes aux Ukrainiens.

Quelque 368 000 réfugiés ont déjà fui les combats. Il pourrait y avoir jusqu’à 5 millions de réfugiés au total.

La France, comme de nombreux autres pays, a décidé de fermer son espace aérien aux avions et compagnies aériennes russes.

La bataille pour Kiev en une carte

17h21 : La Russie félicite l’Inde pour son abstention lors du vote sur l’Ukraine à l’ONU

La Russie a salué la position « indépendante et équilibrée » de l’Inde après que ce pays se soit abstenu lors d’un vote vendredi du Conseil de sécurité des Nations unies condamnant l’invasion russe. L’Inde, ainsi que la Chine et les Émirats arabes unis, n’ont pas voté, une décision conforme à l’équilibre délicat que New Delhi cherche à maintenir entre Moscou et les alliés occidentaux. L’Inde n’a jusqu’à présent ni condamné explicitement l’offensive russe ni qualifié celle-ci d’invasion. New Delhi et Moscou ont été proches tout au long de la Guerre Froide, une relation qui perdure à ce jour, et la Russie reste le premier fournisseur d’armes de l’Inde.

17h04 : Donald Trump fait l’éloge de Poutine, qu’il juge « intelligent »

L’ex-président américain Donald Trump participait samedi soir à la grande convention annuelle des conservateurs américains, à Orlando (Floride). L’occasion pour lui d’encenser Poutine… et évidemment d’éreinter Biden.  « Le problème n’est pas que Poutine soit intelligent, parce que bien sûr il est intelligent », a-t-il poursuivi. « Le vrai problème est que nos dirigeants soient si bêtes », a-t-il dit. Il a imputé l’invasion de l’Ukraine par la Russie à la « faiblesse » de son successeur Joe Biden.

16h44 : L’Algérie prête à fournir plus de gaz à l’UE « en cas de difficultés »

Le géant public algérien des hydrocarbures Sonatrach est prêt à fournir davantage de gaz à l’Europe, en cas de baisse des exportations russes. Sonatrach est « disposé à soutenir ses partenaires de long terme en cas de situations difficiles », a déclaré son PDG, Toufik Hakkar, au quotidien Liberté. L’Europe importe actuellement d’Algérie 11% de ses importations de gaz.

16h33 : Le secrétaire-général de l’Otan condamne la « rhétorique dangereuse » de Poutine

Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, a condamné à son tour la mise en alerte par Vladimir Poutine de la « force de dissuasion » nucléaire de l’armée russe  : « C’est une rhétorique dangereuse. C’est une conduite qui est irresponsable », a déclaré Jens Stoltenberg sur la chaîne CNN.

16h19 : L’Ukraine dénonce une tentative de « pression » dans l’annonce de Poutine sur sa force nucléaire

Le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba, a répété la fermeté de son pays face à Moscou, dénonçant la mise en alerte des forces de dissuasion nucléaires russes comme une tentative de « pression »  : « Nous ne nous rendrons pas, nous ne capitulerons pas, nous ne céderons pas un seul centimètre de notre territoire ».

16h11 : L’Espagne et le Canada ferment à leur tour leur espace aérien à la Russie

L’Espagne et le Canada – deuxième pays le plus vaste de la planète – ont annoncé la fermeture de leurs espaces aériens respectifs aux compagnies aériennes russes, à l’instar des pays européens ayant pris une mesure similaire en représailles à l’invasion russe en Ukraine. « Nous tiendrons la Russie responsable de ses attaques non provoquées contre l’Ukraine », a précisé le ministre canadien des Transports, Omar Alghabra.

16h02 : Poutine « fabrique des menaces qui n’existent pas », dénonce la Maison Blanche

Washington a dénoncé la décision de Moscou de mettre en alerte la « force de dissuasion » de l’armée russe, qui peut comprendre une composante nucléaire  : « Il s’agit d’un schéma répété que nous avons observé de la part du président Poutine durant ce conflit, qui est de fabriquer des menaces qui n’existent pas afin de justifier la poursuite d’une agression », a dénoncé Jen Psaki, la porte-parole de la Maison-Blanche. « A aucun moment la Russie n’a été menacée par l’Otan ou l’Ukraine (…) Nous allons résister à cela. Nous avons la capacité de nous défendre. »

15h52 : Plus de 100 000 manifestants pour l’Ukraine à Berlin

Une foule impressionnante défile ce dimanche après-midi à Berlin. Au moins 100 000 personnes, selon la police ; 500 000 selon les organisateurs. « Berlin à 670 km de la ligne de front », « Stop the killer », « Pas de 3e Guerre mondiale » figuraient sur les pancartes des manifestants qui ont massivement répondu à l’appel notamment de la communauté ukrainienne vivant en Allemagne. « Ma mère est (réfugiée) dans une cave (…), mon père à la maison, au rez-de-chaussée dans un quartier du Nord de Kiev », témoigne pour l’AFP l’une des participantes, Valeria Moiseeva, une Ukrainienne de 35 ans, enceinte. « Je veux que mon enfant ait des grands-parents. »

15h44 : L’Allemagne et l’Autriche rendent les trains gratuits pour tous les Ukrainiens en provenance de Pologne

Berlin s’est dit prêt à accueillir des Ukrainiens et à aider massivement les pays frontaliers de l’Ukraine, notamment la Pologne. Pour favoriser leur venue, tous les réfugiés ukrainiens en provenance de Pologne pourront circuler gratuitement à bord des trains longue distance. « En collaboration avec les chemins de fer polonais, la Deutsche Bahn se prépare à mettre sur les rails (…) des wagons et des trains spéciaux supplémentaires » si des réfugiés ukrainiens, fuyant la guerre, arrivent en masse. L’Autriche a annoncé faire de même.

Matériel militaire, qui envoie quoi en Ukraine ?

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a salué la formation d’une « coalition » internationale de pays fournissant une aide à l’Ukraine, au quatrième jour de l’invasion de son pays par la Russie. Mais qui envoie quel matériel militaire à ce pays en guerre ? A lire dans cet article.

15h14 : Air France suspend « la desserte et le survol de la Russie » jusqu’à nouvel ordre

Air France a annoncé suspendre temporairement « la desserte et le survol de la Russie » et n’assurera plus ses liaisons vers Moscou et Saint-Pétersbourg jusqu’à nouvel ordre « compte tenu de la situation dans la région », a indiqué un porte-parole.

En conséquence, la compagnie aérienne suspend également ses vols de et vers la Chine, la Corée et le Japon, « le temps d’étudier les options de plan de vol permettant d’éviter l’espace aérien russe ».

14h50 : L’Ukraine confirme des pourparlers avec Moscou à la frontière ukraino-bélarusse

La présidence de l’Ukraine a indiqué ce dimanche avoir accepté des pourparlers avec la Russie et qu’ils se dérouleront à la frontière avec le Bélarus, près de Tchernobyl, une décision après une médiation du président bélarusse Alexandre Loukachenko. « La délégation ukrainienne rencontrera la (délégation) russe sans fixer de conditions préalables sur la frontière ukraino-bélarusse, dans la région de la rivière Pripiat », a déclaré la présidence sur les réseaux sociaux.

14h34 : Vladimir Poutine annonce mettre en alerte la « force de dissuasion » russe

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé mettre en alerte la « force de dissuasion » de l’armée russe, qui peut comprendre une composante nucléaire. « J’ordonne au ministre de la Défense et au chef d’état-major de mettre les forces de dissuasion de l’armée russe en régime spécial d’alerte au combat », a déclaré M. Poutine lors d’un entretien avec ses chefs militaires retransmis à la télévision. Pour rappel, la Russie est la première puissance nucléaire militaire du monde.

13h54 : La France ferme son espace aérien aux avions et compagnies aériennes russes

La France va fermer son espace aérien « aux avions et compagnies aériennes russes » à compter de ce dimanche soir, a annoncé sur Twitter le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari.

13h50 : Pas de troupes françaises sur le sol ukrainien

Si le gouvernement renforce son aide militaire à l’Ukraine et envoie des troupes dans les pays frontaliers membres de l’Otan, la présence de soldats sur le sol ukrainien est pour l’instant « exclue », confirme Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, ce matin sur le plateau de “Questions politiques” sur franceinfo et France Inter.

13h30  : Le dirigeant israélien a parlé avec Poutine de l’Ukraine

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett s’est entretenu au téléphone avec le président russe Vladimir Poutine. « Les deux hommes ont discuté de la situation entre la Russie et l’Ukraine », a indiqué un communiqué du bureau du dirigeant israélien, sans autres précisions. Selon la télévision publique israélienne, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a demandé vendredi à M. Bennett d’entreprendre une médiation entre l’Ukraine et la Russie.

13h10  : Le Portugal et la Roumanie envoient du matériel militaire à l’Ukraine

Le Portugal et la Roumanie ont annoncé dimanche leur décision d’envoyer à l’Ukraine des équipements militaires, à la demande des autorités de ce pays.

13h08 : Les forces ukrainiennes contrôlent Kharkiv

La deuxième ville d’Ukraine, Kharkiv, est sous le contrôle des forces ukrainiennes, a indiqué le gouverneur régional Oleg Sinegoubov, quelques heures après avoir annoncé une percée de l’armée russe et des combats de rue.

13h06 : L’Allemagne propose la gratuité des trains pour les Ukrainiens

L’Allemagne autorise à partir de ce dimanche tous les réfugiés ukrainiens en provenance de Pologne à circuler gratuitement à bord des trains longue distance, a annoncé la compagnie nationale publique des chemins de fer Deutsche Bahn.

13 heures : Le pape demande que « les armes se taisent » et l’ouverture de couloirs humanitaires

 A l’issue de sa traditionnelle prière publique de l’Angélus, place Saint-Pierre, le pape a demandé dimanche « que les armes se taisent » en Ukraine, affirmant avoir « le cœur meurtri par ce qui se passe » dans ce pays envahi par la Russie. « Dieu est avec ceux qui recherchent la paix, pas avec ceux qui recourent à la violence » a-t-il ajouté.

Il a également appelé à l’ouverture « urgente » de « couloirs humanitaires » pour les réfugiés fuyant l’invasion russe : « Je pense aux personnes âgées, à tous ceux qui en ce moment cherchent un refuge, aux mamans en fuite avec leurs enfants. Ce sont des frères et sœurs pour lesquels il est urgent d’ouvrir des couloirs humanitaires et qu’il faut accueillir ».

12h52 : L’Italie verse 110 millions d’euros à l’Ukraine

Le ministre italien des Affaires étrangères, Luigi Di Maio, annonce, dans un Tweet diffusé ce dimanche, que l’Italie va procéder au versement immédiat de 110 millions d’euros d’aide au gouvernement ukrainien. « J’ai communiqué à mon collègue Dmytro Kuleba que je viens de signer une résolution qui dispose le  versement immédiat de 110 millions d’euros au gouvernement de Kiev, un signe concret de solidarité et de soutien de l’Italie à un peuple avec lequel nous entretenons un rapport fraternel », peut-on lire sur son compte Twitter.

12h20 : Le patriarche orthodoxe russe qualifie les opposants de Moscou en Ukraine de « forces du mal »

Le patriarche orthodoxe russe Kirill a qualifié les opposants à Moscou en Ukraine de « forces du mal » qui veulent briser l’unité historique entre les deux pays.

12 heures : L’Ukraine a saisi la Cour internationale de Justice contre la Russie

L’Ukraine a saisi la Cour internationale de justice à La Haye contre la Russie, afin que la juridiction ordonne à Moscou de cesser les hostilités, a annoncé ce dimanche le président ukrainien. « Nous demandons une décision urgente ordonnant à la Russie de cesser son activité militaire, et nous attendons que les audiences débutent la semaine prochaine », a écrit Volodymyr Zelensky sur Twitter.

Le nombre de réfugiés d’Ukraine atteint 368 000 et continue à augmenter

Selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) de l’Onu, 368 000 personnes ont déjà quitté l’Ukraine. Ce chiffre, qui continue d’augmenter, est basé sur les données mises à disposition par les autorités nationales. Les Ukrainiens se sont principalement réfugiés en Pologne (plus de 156 000 personnes y sont arrivées depuis jeudi), Hongrie, Moldavie, Slovaquie et Roumanie. L’Onu prévoit jusqu’à 5 millions de réfugiés si la guerre s’intensifie. Le pays est peuplé par 44 millions d’habitants.

11h38 : Fabien Roussel demande une réquisition des villas d’oligarques russes en France

Le candidat communiste Fabien Roussel à la présidentielle 2022 propose de réquisitionner les villas appartenant à des oligarques russes en France pour y héberger les réfugiés ukrainiens qui arriveront dans l’Hexagone.

11h30 : La propriété de l’ex-épouse de Poutine à nouveau taguée

Lioudmila, l’ancienne épouse du président russe Vladimir Poutine, vit à Anglet, au Pays Basque, dans une magnifique villa évaluée à 6 millions d’euros. Cette demeure art déco avec vue imprenable sur l’océan a été achetée en 2013 par l’oligarque russe Artur Ocheretny qui a épousé l’ex-femme de Poutine en 2016, trois ans après son divorce avec le maître du Kremlin. La villa Suzanne a été taguée à plusieurs reprises ces derniers jours, avec des inscriptions « Slava Ukraina ! » (Gloire à l’Ukraine !).

11h25 : Le casse-tête du rapatriement de milliers d’étudiants arabes en Ukraine

Plus de 10 000 étudiants arabes parmi lesquels de nombreux Marocains et Egyptiens, mais aussi des Irakiens ou Syriens fuyant des pays en guerre, se sont retrouvés pris au piège du conflit.

11h26 : La Belgique ferme son espace aérien à toutes les compagnies russes

La Belgique va fermer son espace aérien à « toutes les compagnies russes », emboîtant le pas à de nombreux autres pays européens en représailles à l’invasion de l’Ukraine, a annoncé dimanche le Premier ministre Alexander De Croo.

« En Europe, le ciel est ouvert, mais ouvert à ceux qui connectent les peuples, pas à ceux qui commettent des agressions brutales », a-t-il indiqué sur Twitter. La Finlande, le Danemark, l’Allemagne, la Pologne, la République tchèque ou encore le Royaume-Uni ont déjà annoncé faire de même.

10h46 : Le directeur français de la troupe de ballet du Théâtre Stanislavski annonce sa démission

Le Français Laurent Hilaire, directeur de la troupe de ballet du Théâtre Stanislavski à Moscou et ex-étoile de l’Opéra de Paris, a annoncé ce dimanche sa démission de l’institution moscovite « au vu de la situation » géopolitique et s’apprête à quitter Moscou.

« J’ai donné ma démission hier, elle va être annoncée aujourd’hui sur le site (du théâtre), je quitte Moscou demain », a-t-il affirmé disant « regretter » cette décision. « Je pars avec tristesse mais le contexte ne me permet plus de travailler sereinement. »

10h38 : Le conflit en Ukraine pourrait durer « plusieurs années », selon la cheffe de la diplomatie britannique

Le conflit en Ukraine pourrait durer « plusieurs années » en raison des « forces importantes » de la Russie, a estimé ce dimanche la ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss, au quatrième jour de l’invasion russe de l’Ukraine.

« Le Royaume-Uni soutient absolument l’Ukraine durant ce très long et difficile conflit », a déclaré Mme Truss sur la chaîne télévisée Sky News. Le conflit pourrait durer « plusieurs années parce que nous savons que la Russie a des forces importantes », a-t-elle poursuivi.

10h19 : La Fédération internationale de judo « suspend » le statut de président honoraire de Vladimir Poutine

La Fédération internationale de judo (FIJ) a annoncé ce dimanche la « suspension » du statut de président honoraire et d’ambassadeur de Vladimir Poutine. « Étant donné le conflit actuellement en cours en Ukraine, la Fédération internationale de judo annonce la suspension du statut de M. Vladimir Poutine comme président honoraire et ambassadeur de la Fédération », écrit la FIJ dans un communiqué.

10h11 : Zelensky salue la formation d’une « coalition » internationale aidant l’Ukraine

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky salue la formation d’une « coalition » internationale de pays fournissant une aide à l’Ukraine.

« Nous recevons des armes, des médicaments, de la nourriture, du carburant, de l’argent. Une coalition internationale forte s’est formée pour soutenir l’Ukraine, une coalition anti-guerre », a dit M. Zelensky dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.

9h55 : Les Ukrainiens tapent « coktails mototov » en masse sur Wikipédia

Les internautes civils ukrainiens chercheraient-ils aussi à se défendre contre la Russie ? On peut le penser… Car selon les statistiques de Wikipédia en Ukraine, comme le rapporte le tweet de Pierre-Yves Beaudouin, administrateur de l’association Wikimédia France, repéré par BFMTV, l’article dédié au cocktail Molotov a été le deuxième article le plus consulté en Ukraine ce 25 février, après l’article détaillant l’invasion russe du pays.

9h15 : Le président ukrainien dit que « la nuit fut dure », accuse Moscou de tirer sur des habitations

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a indiqué que la nuit avait été « dure » en Ukraine, avec des bombardements russes ayant visé selon lui des zones habitées. « La nuit passée fut dure, de nouveau des tirs, de nouveau des bombardements de quartiers habités, d’infrastructures civiles. Il n’y aujourd’hui rien que l’occupant ne considère pas comme une cible légitime », a-t-il dit dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.

9 heures : Le président ukrainien se dit prêt à des négociations avec Moscou, mais pas à certaines conditions

Le président ukrainien a rejeté ce dimanche la proposition russe de pourparlers à Gomel au Bélarus, car ce pays sert de base arrière à l’invasion de l’Ukraine, affirmant que « n’importe quelle autre ville » conviendrait. « Varsovie, Bratislava, Budapest, Istanbul, Bakou. Nous les avons toutes proposées. Et n’importe quelle autre ville nous conviendrait », a-t-il dit dans une vidéo en ligne.

8h57 : Des combats de rue en cours à Kharkiv, deuxième ville du pays

Des combats de rue entre forces ukrainiennes et armée russe sont en cours à Kharkiv (nord-est), deuxième ville d’Ukraine où les autorités ont rapporté une « percée » des troupes de Moscou.

Les combats ont lieu depuis la matinée avec des blindés légers abandonnés ou en feu visibles dans les rues, tandis que les coups de feu et les explosions sporadiques résonnent dans la ville, en grande partie déserte, les habitants se terrant chez eux.

8h39 : Poutine salue « l’héroïsme » de ses forces

Le Kremlin a assuré ce dimanche être prêt à négocier avec l’Ukraine, proposant comme lieu de rencontre Gomel au Bélarus, pays d’où la Russie à envahi son voisin, tandis que le président russe saluait « l’héroïsme » de ses forces.

Une délégation de représentants des « ministères des Affaires étrangères, de la Défense et d’autres services, notamment de l’administration présidentielle est arrivée au Bélarus pour des négociations avec les Ukrainiens », selon le porte-parole de la présidence russe, cité par les agences nationales.

« Tout est fait pour nous faire peur », témoigne un jeune Russe opposé à la guerre

Plusieurs centaines de citoyens russes ont été arrêtés ces derniers jours après avoir protesté pacifiquement contre la guerre en Ukraine, présentée par le Kremlin comme une « opération de maintien de la paix ». Témoignage d’un jeune Moscovite, interpellé jeudi soir dans le centre de Moscou, à lire ici.

8h18 : « Percée » de l’armée russe à Kharkiv, deuxième ville du pays

Les autorités de Kharkiv (nord-est), la deuxième plus grande ville d’Ukraine, ont annoncé dimanche une « percée » de l’armée russe jusque dans son centre, au quatrième jour de l’invasion du pays par Moscou.

« Il y a eu une percée des véhicules légers de l’ennemi russe dans la ville de Kharkiv, y compris dans la partie centrale », a indiqué sur Facebook un responsable local, Oleg Sinegoubov, indiquant que les combats se poursuivaient et appelant les quelque 1,4 million d’habitants à ne pas sortir de chez eux.

7h36  : Le président Zelensky remercie Macron pour l’envoi d’équipements militaires défensifs

Emmanuel Macron a appelé samedi vers minuit son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky, qui l’a remercié « pour avoir répondu aux demandes de l’Ukraine en matière d’équipements militaires défensifs », a annoncé l’Elysée. L’Ukraine avait récemment remis au ministère français des Armées une liste d’équipements militaires, notamment de défense antiaérienne, dont elle a urgemment besoin.

7h31 : Un milliardaire japonais fait don de près de 8 millions d’euros à l’Ukraine

Le milliardaire japonais Hiroshi Mikitani a annoncé qu’il allait faire un don d’un milliard de yens (7,7 millions d’euros) au gouvernement de Kiev.

7h24 : L’armée russe affirme avoir encerclé deux grandes villes du sud

L’armée russe a affirmé ce dimanche avoir encerclé deux grandes villes du sud de l’Ukraine, Kherson et Berdiansk, au quatrième jour de son invasion du pays. « Au cours des dernières 24 heures, les forces armées russes ont complètement bloqué les villes de Kherson et de Berdiansk », qui comptent respectivement 290 000 et 110 000 habitants, a indiqué le ministère russe de la Défense, cité par l’agence TASS.

7h12 : Un bébé naît dans le métro de Kiev

Vendredi soir, un bébé est né en pleine nuit dans le métro de Kiev alors que les soldats russes bombardaient la capitale ukrainienne. Sa mère, une Ukrainienne de 23 ans, s’y était réfugiée pour éviter les bombardements. La petite Mia a déjà une sacrée histoire…

En effet, depuis le début de la guerre, le métro sert de refuge aux personnes qui ne peuvent pas quitter Kiev.

6h58 : Les sirènes d’alarme anti-aérienne ont encore retenti cette nuit

Au quatrième jour de l’offensive lancée par Vladimir Poutine, les sirènes d’alarme anti-aérienne ont retenti à Kiev dans la nuit de samedi à ce dimanche Les habitants sont invités à se réfugier dans les abris de la capitale. Les forces russes poursuivent leur offensive pour verrouiller Kiev après avoir terminé leur regroupement sur le front nord, a de son côté affirmé l’armée ukrainienne samedi soir.

Des frappes ont également touché un dépôt pétrolier à Vassylkiv, à une trentaine de kilomètres au sud-ouest de Kiev, provoquant un immense incendie, ainsi qu’un gazoduc à Kharkiv (est), a détaillé le Service officiel des communications spéciales.

6h54 : De nombreuses banques russes vont être exclues de la plateforme Swift

Les pays occidentaux ont adopté un nouveau train de sanctions contre Moscou après l’invasion de l’Ukraine : en décidant notamment d’exclure de nombreuses banques russes de la plateforme interbancaire Swift, rouage essentiel de la finance mondiale. Sont concernées « toutes les banques russes déjà sanctionnées par la communauté internationale, ainsi si nécessaire que d’autres instituts », a précisé le gouvernement allemand, dont le pays préside actuellement le forum du G7. Ces mesures ont été prises par les Etats-Unis, la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, le Canada, l’Italie et la Commission européenne.

Paris, Strasbourg, Marseille… Partout en France, des manifestations contre l’invasion russe

« Maudite soit la guerre », « Poutine bombarde ma belle Ukraine »… Plus de 20 000 manifestants ont protesté ce samedi en France – à Paris, Marseille, Strasbourg ou Montpellier – contre l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Cliquez ici pour en savoir plus.

6h53 : Deux cents civils tués, afflux de réfugiés vers l’Union européenne

Le gouvernement ukrainien a fait état de 198 civils tués, dont trois enfants, et plus d’un millier de blessés depuis le début de cette invasion. Des dizaines de militaires ont également perdu la vie. La Russie ne donne, elle, aucun bilan sur ses pertes. Dans le même temps, l’exode des civils se poursuit vers l’Ouest, aux frontières de l’Union européenne : la Pologne assure en accueillir déjà 115 000.

Volodymyr Zelensky, l’acteur comique devenu président et chef de guerre

Il s’est fait connaître de son peuple en incarnant un professeur qui devient président de la République dans une série télévisée. Il endosse désormais le rôle de leader des armées en Ukraine. Portrait de Volodymyr Zelensky, chef d’État resté à Kiev pour combattre l’avancée des forces russes.

6h50 : Paris annonce de nouvelles sanctions contre la Russie et des équipements militaires pour l’Ukraine

La France a décidé de livrer davantage d’équipements militaires de défense à l’Ukraine dans sa lutte contre l’invasion de l’armée russe, a annoncé l’Elysée samedi soir, au terme du conseil de défense réuni par Emmanuel Macron. « Il a été décidé la livraison additionnelle d’équipements de défense aux autorités ukrainiennes ainsi qu’un soutien en carburant », a indiqué la présidence, sans donner de détails. De plus, la France va renforcer les sanctions économiques et financières contre la Russie, visant notamment l’accès à la plateforme interbancaire Swift.

L’Europe se décide, après atermoiements, à livrer des armes à l’Ukraine

Pologne, Belgique, France, et même Allemagne… Plusieurs pays européens se sont décidés à livrer des armes à l’Ukraine. « La coalition anti-guerre est en marche”, s’est réjoui le président Zelensky. Reste que ces livraisons pèsent bien peu face à l’armada russe surpuissante. Notre article complet à lire ici.

6h47 : Combats à Kiev, la Russie veut « élargir l’offensive »

De violents combats se déroulent à Kiev, la capitale devenue ville-fantôme avec un couvre-feu instauré jusqu’à lundi 8h. Le métro de Kiev est à l’arrêt et sert de « refuge » antiaérien aux habitants. Samedi, l’armée russe a reçu l’ordre d’élargir son offensive sur l’Ukraine, « dans toutes les directions ». Les forces russes ont pénétré en profondeur depuis le Nord, l’Est et le Sud, mais se heurtent à la résistance de l’armée ukrainienne et n’ont pour l’instant pris le contrôle total d’aucune ville ukrainienne. La Russie a engagé « plus de 50% » de la force qu’elle avait massée aux frontières du pays, selon Washington.

Ce qu’il faut retenir de la journée de samedi

Kiev est sous les tirs de missiles russes et des combats se déroulent dans la ville. Un haut immeuble résidentiel de la capitale a été touché par un tir de missile (photo). Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, appelle les siens à la lutte contre les troupes de Moscou.

La Russie a assuré qu’elle allait « élargir l’offensive » ce samedi, au troisième jour de l’invasion.

Le président ukrainien s’est entretenu avec Emmanuel Macron ce matin. Ce dernier a jugé que « cette guerre durera » et a annoncé de nouvelles sanctions contre la Russie, après un conseil de défense.

Les Européens, dont la France, ont promis des armes aux Ukrainiens. Les Etats-Unis ont alloué une aide militaire de 350 millions d’euros.

La France a intercepté dans la Manche un navire soupçonné d’appartenir à une banque russe sous sanctions.

Environ 115 000 Ukrainiens ont déjà rejoint la Pologne. Plus de 100 000 personnes se sont aussi déplacé au sein de leur pays, selon l’ONU.

AFP