Accueil MAURITANIE POINT DE MIRE : Mariam Mint Dah, Première Dame et diplomate humanitaire

POINT DE MIRE : Mariam Mint Dah, Première Dame et diplomate humanitaire

PARTAGER
MOHAMED CHIGHALI

Dans son éditorial hebdomadaire du Calame (en date du 1 er juin 2022), Ahmed Ould Cheikh  Directeur de la Publication de ce journal le plus lu de la presse mauritanienne, écrivait que la nouvelle a de quoi surprendre : « L’ancienne Première Dame, Tekeïber Mint Ahmed après quarante ans de vie commune, (dont onze au Palais Présidentiel) cherche à obtenir auprès des  services de l’Etat-Civil une attestation de mariage avec son époux Mohamed Ould Abdel Aziz ». 

Ce jour-là, le 1er juin 2022 justement simplement  par coïncidence, pendant que (Tekeiber),  la  8 ème Ex-première dame de Mauritanie se débattait auprès de l’Agence Nationale du Registre des Populations et des titres  Sécurisés pour obtenir le  document dont elle a pourtant  droit  mais que peut-être  elle avait oublié de se procurer à temps, (trop occupée à faire autre chose),  la nouvelle Première Dame, Mariam Ghazouani  attendait à la passerelle d’un avion la descente de Letizia Ortiz, Reine d’Espagne qui allait entamer une visite officielle dans notre pays.

Les deux Premières Dames (la Reine d’Espagne, 50 ans, ancienne journaliste vedette de la Chaine publique  TVE) et l’Epouse du Chef de l’Etat mauritanien,  Mariam Mint Dah, (42 ans  stomato) qui allaient échanger d’accolades sous une tempête de sable  ne se voient pas pour la première fois. Elles s’étaient déjà rencontrées le 17 mars dernier à Madrid et ont  déjeuné ensemble au Palais de la Zazuala lors d’une  réception organisée en l’honneur du couple présidentiel mauritanien par le roi d’Espagne Felipe.

Beaucoup de téléspectateurs s’attendaient  peut être à voir descendre de l’Avion Royal  une  femme en tailleur griffé du plus grand couturier espagnol avec sur la  tête  la mythique  couronne, ce diadème de style rocaille en perle et diamants Mellerio, un ensemble de joyaux établis par Victoria Eugénie la veuve d’Alphonse XIII, cadeau du Général Franco à Sophie princesse d’Espagne.

Mais grande était leur surprise de découvrir une jeune femme à la taille fine habillée en simple gilet rouge sortir de l’avion. 

Pourtant  cette capture d’image de la reine qui  descendait les marches de la passerelle de l’avion  comme une hôtesse de l’air d’un jet privé est très symbolique. Letizia Ortiz Jésus José Ortiz Alvares de son vrai nom était habillée  en gilet de  L’AECI, (l’Agence Espagnole  pour la Coopération Internationale au Développement).

L’équivalent  de la GTZ de l’Allemagne ou l’ACF de la France, l’AECI, (l’Agence Espagnole  pour la Coopération Internationale au Développement), représente pour la reine Letizia un symbole  très fort qui envoie  un message visuel d’amitié, de solidarité et  de coopération entre le Royaume d’Espagne  et les pays en développement.   

Créée en novembre  1988, l’AECI, (l’Agence Espagnole  pour la Coopération Internationale au Développement) est l’organe de gestion de la politique espagnole de coopération internationale. Letizia, (appelée familièrement sur le continent africain la Reine  des pauvres), est une humanitaire qui  s’est toujours battue sous les couleurs de (l’AECI) l’Agence Humanitaire espagnole,   pour le  renforcement de la coopération espagnole  avec les pays en voie de développement.

L’Espagne, une réelle coopération positive avec la Mauritanie.

En Mauritanie l’AECI (l’Agence Espagnole  pour la Coopération Internationale au Développement) intervient dans plusieurs domaines en rapport avec le développement  à la base. Les espagnols sont partout présents, pour tout et pour tous. Ils participent efficacement à la modernisation de l’Agriculture, au  renforcement du développement rural, à la sécurité alimentaire, à la création d’emplois et à l’assistance de proximité en faveur des communautés rurales.

L’Espagne est le pays européen qui soutient le plus les  secteurs productifs en Mauritanie. Son rôle est déterminant dans  l’environnement, la formation du personnel  médical spécialisé et l’humanitaire dans des zones enclavées. En plus de ce large spectre d’activités de coopérations multiformes et multidisciplinaires,  l’AECI,  (l’Agence Espagnole  pour la Coopération Internationale au Développement) assure une prise en charge sanitaire et nutritionnelle aux femmes et aux enfants, et  contribue positivement à la promotion des droits de la femme, à l’autonomisation de celles-ci et participe au renforcement institutionnel en  contribuant à la mise en place d’une politique de bonne gouvernance.

Mariam Ghazouani, une femme qui épaule son mari par une diplomatie humanitaire efficace.

Bien avant d’avoir cette eu cette chance d’être la Première Dame de son pays, (titre qu’elle a obtenu en se battant pour son mari tout au long de la campagne électorale de 2019 minée par des pièges tendus à son mari), Mariam Mint Dah était déjà versée dans l’humanitaire et avait injecté beaucoup de ses moyens propres pour porter assistance  à des enfants atteints de maladies spécifiques ou rares.

Depuis que son mari a  été élu à la tête de ce pays ruiné par une décennie de gabegie, de détournements et de vols multiformes en bandes organisées, Mariam Ghazouani se bat pour  exiger  du régime de son mari, (en tant que femme mauritanienne avant tout),  qu’une  réelle priorité soit accordée par le gouvernement  pour une prise en charge sociale, sanitaire et nutritionnelle pour les femmes, et les enfants, et  pour une contribution  positive à la promotion de leurs droits.

Depuis qu’elle est entrée au Palais (en août 2019), Mme Ghazouani joue à la matrone,  à la surveillante, à l’éducatrice et à l’infirmière pour assurer un bien être aux enfants des familles déshéritées. C’est pourquoi, à chaque déplacement de son mari à l’étranger, (contrairement à  beaucoup d’autres premières dames des pays du continent qui profitent des voyages de leurs maris pour faire le tour des joailleries), Mariam elle,  vaque à ses occupations et à son sport favori, celui de taper à toutes les portes des coopérations humanitaires internationales pour leur demander d’apporter assistance aux plus vulnérables de son pays.

La visite de la reine d’Espagne en Mauritanie, une grande victoire pour la diplomatie humanitaire.

« Taazour », « Echayla », « Ewlewiyatys », le président Ghazouani utilise dans son vocabulaire de Chef d’Etat   des expressions qui répètent peut-être  à haute-voix ce que lui dicte à basse-voix Mariam Mint Dah, une intellectuelle née  d’un sang à globules démocratiques transfusé dans ses veines par son père, Mohamed Fadel Ould Dah  ancien militant  du MND et  ancien  diplomate qui s’est toujours distingué par son combat progressiste inlassable pour le développement et le progrès de la Mauritanie.

La lecture du programme de la visite effectuée par la reine Letizia à Nouakchott, (une reine conditionnée par un régime alimentaire très strict par ce qu’elle  ne consomme  pratiquement que des pastèques, des melons, des oranges, des raisons ou du chocolat),  montre bien à quel point Mariam Ghazouani souhaite à ce que la coopération espagnole  soit très étendue à des activités de  programmes prioritaires de son mari qui touchent  aux aspects liées au  Genre, à la petite enfance et à la santé familiale.

Même si le vent de sable est venu malheureusement jouer au trouble-fête de cet exploit réussi par la Première Dame du Pays celui d’avoir réussi à déplacer l’une des plus célèbres reines européennes de  notre époque, n’empêche, Madame Ghazouani a montré une fois de plus que son rôle au palais n’est pas un rôle de figurante d’un spectacle,  mais bien celui d’une femme investie  par sa propre volonté d’une mission,  celle d’apporter le plus possible à son pays à travers une diplomatie humanitaire pour faire face aux difficultés liées à la pauvreté et au sous-développement.

De cette visite historique donc,  certainement découleront la signature de nouveaux accords-cadres entre l’Espagne et la Mauritanie,  deux pays liées depuis des décennies par des coopérations bilatérales stables qui profitent plus à  notre pays surtout dans les  domaines de la pêche et de la sécurité alimentaire humanitaire.

Le 26 Mars dernier, Pilar Cancela Rodriguez, Secrétaire d’Etat espagnole chargée de la Coopération internationale (SECI) avait achevé une mission de travail dans notre pays. 

Inscrit comme pays prioritaire par la coopération espagnole, la Mauritanie va tirer profit d’un renforcement considérable de coopération dans les domaines des Affaires Etrangères, l’Economie, l’Agriculture, la Santé et la Culture.

La bénédiction du couple présidentiel plane peut-être  sur la coopération humanitaire mauritano-espagnole et c’est tant mieux.  Félicitations donc pour la Première Dame, Mme Ghazouani  pour la victoire remportée en faisant accepter la Reine d’Espagne de visiter notre pays. 

Mint Dah peut maintenant aller à l’Agence Nationale du Registre des Populations et des titres  Sécurisés au cas où….elle aurait, elle aussi oublié… de…… à temps.

Mohamed Chighali

Journaliste indépendant