Accueil MAURITANIE Tawassoul : Les mauritaniens sont “frustrés” par les revers de l’actuel pouvoir

Tawassoul : Les mauritaniens sont “frustrés” par les revers de l’actuel pouvoir

PARTAGER

Le président du Rassemblement National pour la Réforme et Développement (RNRD), Tawassoul, l’un des partis les plus représentés au parlement après l’Union Pour la République (UPR) au pouvoir, en l’occurrence Mohamed Mahmoud Ould Seyidi, a vivement déploré le sentiment de frustration qui envahit les mauritaniens depuis quelques mois, sur fond d’échecs répétés du l’actuel régime dirigé par Mohamed Ould Cheikh Ghazouani et publiquement reconnus par le président en personne .

C’est ce qui ressort d’une longue interview accordée par Mohamed Mahmoud Ould Seyidi au confrère « Le Calame », qui intervient après une série de sorties emportées de l’actuel homme fort de Nouakchott Ould Ghazouani, lequel n’a cessé ces dernières semaines de tirer à boulets rouges sur son administration, son système, son gouvernement et même son cabinet.

Répondant à la question du confrère : « le président Ghazwani vient de former son troisième gouvernement. Que vous inspire cette nouvelle équipe ? », le président de Tawassoul est on ne plus catégorique sur ce sentiment de frustration généralisé:

« Il est plus que normal, pour le président qui avait fait le procès de son équipe gouvernementale, l’indexant de fiasco, de procéder à son changement. Mais, la montagne a accouché d’une souris au terme de longs mois de gestation, aboutissant au renouvellement de confiance dans les éléments les plus importants de cette équipe et le lancement d’un bouquet de nouvelles promesses, auxquelles l’absence de l’environnement approprié enlève toute crédibilité a fortiori toute chance de devenir un jour une réalité vécue », a-t-il dit.

Et d’ajouter : « les mauritaniens veulent que ce pouvoir fasse des pas réels et sérieux dans le domaine des réformes, qui font chaque fois l’objet de paris de certains citoyens, convaincus qu’elles n’interviendront pas, avant que les décisions et les politiques de mise en œuvre sur le terrain ne viennent renforcer leurs convictions et consolident la frustration ».

Et de conclure : « je ne risque rien en vous disant que le mot frustration a été le vocable le plus fréquent chez les mauritaniens au cours de ces derniers mois ».