Accueil Afrique Opinion : “La France entretient des relations ambiguës avec ces djihadistes”

Opinion : “La France entretient des relations ambiguës avec ces djihadistes”

PARTAGER

L´avenir sécuritaire de nos pays : Bénin, Togo et même Ghana face à la France les années à venir sera joué le 17 et 18 février 2022 à Bruxelles dans le sommet Europe-Afrique dont le président Emmanuel Macron est l´initiateur. Les présidents de ces pays doivent être très, très vigilants. La France veut changer la stratégie dans la région. Elle est chassée au Mali mais elle ne veut pas partir de la région.

Sa stratégie sera maintenant une politique de la peur. Elle veut travailler sur la psychologie de ces présidents. Ses conseillers politiques et militaires sont à l´œuvre pour trouver un point de chute à leurs troupes dans un de ces pays précités. Un pays qui accepterait d´accueillir ces troupes françaises va se retrouver dans la même situation d´insécurité qu´au Mali. Ne risquez pas pour vos peuples. La France entretient des relations ambiguës avec ces djihadistes. En tant que dirigeants, ayez le courage de dire non à la France si elle vous sollicite pour accueillir sur vos sols, ses troupes qui vont quitter le territoire malien.

Comment peut-on comprendre qu´avec toutes ces troupes françaises, avions de combat, radars, etc.., la France n´arrive pas à éliminer ces terroristes au Sahel depuis plus d´une décennie?  Pire encore ces terroristes ont envahi 1/3 ou même 2/3 du territoire malien et fait des massacres au sein de la population paysanne? Où trouvent-ils leurs moyens de subsistance ? Qui leur donne de l´essence pour leurs motos? Où trouvent-ils leurs motos neuves ? Beaucoup de questions méritent d´être posées.

La France elle-même sème le trouble pour pouvoir longtemps rester en Afrique. La politique que la France mène en Afrique, comprenez-la : « C´est  rendre l´Afrique ingouvernable, c´est-à-dire indésirable sur le plan sécuritaire afin que ses voisins européens ne puissent pas venir la concurrencer dans ses anciennes colonies.

Voilà la stratégie de la politique de la France. Cette politique ne date pas d´aujourd´hui. Pour gouverner un pays en Afrique il faut être un président vigilant, surtout comprendre la politique de la France en lisant beaucoup sur elle.  L´avenir de nos pays est préoccupant sur le plan sécuritaire. Qui noue avec la France, noue avec l´insécurité sur son territoire, donc, noue avec le diable.

Si vous analysez bien, vous allez remarquer qu´il y a une semaine de cela, on nous apprend que le parc naturel béninois à la frontière avec le Burkina Faso est attaqué et que 9 personnes ont trouvé la mort dont un Français et 12 blessés. Vous n´ignorez pas non plus que la France cherche actuellement et discrètement le pays qui va accueillir ses troupes qui vont quitter le Mali. Donc, elle entretient une politique de peur pour dire à ces États que : « Vous voyez, il y a une attaque dans vos pays respectifs.

Les terroristes fuient le Sahel et sont arrivés chez vous. Nous allons vous aider avec nos troupes à les traquer partout où ils sont ». Voilà le langage que la France va chercher à tenir pour persuader les présidents de ces pays d´accueillir ses troupes sur leur sol. Mais ne commettez jamais l´erreur d´accepter les troupes françaises sur vos sols.

La question qu´on peut se poser est de savoir : Pourquoi c´est seulement à une semaine de ce sommet crucial, Europe-Afrique à Bruxelles que cette attaque a eu lieu au parc national du Bénin à la frontière avec le Burkina Faso alors même que la France est poussée dehors au Mali ?  Cette coïncidence doit intriquer la réflexion. Ne soyons pas naïfs dans l´analyse. Qu´est-ce qui prouve que la France elle-même n´est pas derrière tout cela  en poussant les terroristes vers là pour semer la peur dans ce pays ?

Si un de ces pays accepte les troupes de la France sur son sol, le chaos qui s´est produit au Mali va se reproduire dans le Pays en question, c´est-à-dire que ces terroristes vont se répandre dans tout le pays. C´est la France même qui va les faire répandre. Elle change sa politique en politique de la peur pour rester dans le Sahel et surtout vers les pays voisins comme le Bénin, le Ghana et le Togo.  Ne vous laissez pas tomber dans le piège français. Il faut beaucoup d´éveil.

La politique extérieure dans nos pays face à la France doit changer. C´est l´avenir de nos pays qui en dépend. Soyez des dirigeants prévoyants, visionnaires et prudents afin de ne pas tomber dans le piège de ce qui se dessine actuellement en cachette à l´Élysée. La seule chose qui va de tout temps vous préoccuper est l´avenir de vos  pays et l´intérêt de vos peuples.

Aucune considération personnelle ne doit prendre le dessus dans vos décisions, sinon vous conduiriez vos pays au péril.  La situation actuelle est plus que préoccupante. Tout pays qui va commettre l´erreur d´accepter les troupes françaises sur son sol, va aussi commettre l´irréparable pour son peuple. Vous devez tirer la leçon du fiasco français au Mali. Une France qui s´installe quelque part n´accepte pas facilement de partir. Et pour ne pas partir là où elle s´est installée, elle sème le désordre de l´insécurité pour pouvoir se rendre toujours utile. Ouvrez bien les yeux pour savoir comment fonctionne la politique africaine de la France au Sahel.

Ne vous laissez pas divertir ou emporter par la peur que la France voudrait entretenir maintenant dans ses discours car l´enjeu de la géopolitique est trop grand. Montrez-vous intraitables sur les questions de la souveraineté et de l´intégrité de vos territoires.  Ecoutez le sentiment de vos peuples. Vous savez que vos peuples n´accepteront jamais que les troupes françaises s´installent dans vos pays.

Donc, si éventuellement la France vous fait une telle proposition, il faut catégoriquement refuser en lui faisant comprendre que vos peuples ne seront pas d´accord.  Jamais les troupes françaises sur vos vols ! Telle doit être votre réponse en tant que dirigeants. Ne vous laissez pas convaincre par la politique sécuritaire construite sur la peur par la France afin de vous imposer ses troupes sur vos sols.

Dr Christian Spieker