Accueil Afrique Le Mali appelé par l’ONU à éradiquer l’esclavage héréditaire

Le Mali appelé par l’ONU à éradiquer l’esclavage héréditaire

PARTAGER

Des experts des droits humains de l’ONU ont appelé vendredi le Mali à réprimer l’esclavage héréditaire après une série d’attaques violentes contre des personnes nées dans la servitude. L’esclavage a été officiellement aboli dans le Mali colonial en 1905, mais un système persiste dans lequel les gens sont toujours obligés de travailler sans salaire pour les familles qui ont réduit en esclavage leurs ancêtres, a déclaré le groupe d’experts des Nations Unies dans un communiqué. La loi malienne ne criminalise pas spécifiquement cette forme d’esclavage, de sorte que les auteurs sont rarement tenus pour responsables, ont-ils déclaré.

Des experts des droits humains de l’ONU ont appelé vendredi le Mali à réprimer l’esclavage héréditaire après une série d’attaques violentes contre des personnes nées dans la servitude.

L’esclavage a été officiellement aboli dans le Mali colonial en 1905, mais un système persiste dans lequel les gens sont toujours obligés de travailler sans salaire pour les familles qui ont réduit en esclavage leurs ancêtres, a déclaré le groupe d’experts des Nations Unies dans un communiqué.

La loi malienne ne criminalise pas spécifiquement cette forme d’esclavage, de sorte que les auteurs sont rarement tenus pour responsables, ont-ils déclaré.

En septembre, un groupe de personnes considérées comme des esclaves a été attaqué par d’autres Maliens qui se sont opposés à ce qu’ils célèbrent le Jour de l’Indépendance, selon les experts de l’ONU.

Les attaques ont duré deux jours, faisant un mort et au moins 12 blessés. Il s’agit de la huitième attaque de ce type cette année dans la région de Kayes, à environ 500 kilomètres (310 miles) au nord-ouest de la capitale Bamako, ont indiqué les experts.

« Le fait que ces attaques se produisent si souvent dans cette région montre que l’esclavage fondé sur l’ascendance est toujours socialement accepté par certains politiciens influents, chefs traditionnels, responsables de l’application des lois et autorités judiciaires au Mali », ont-ils déclaré.

« Nous avons déjà condamné cette pratique odieuse à plusieurs reprises – maintenant, le gouvernement malien doit prendre des mesures, en commençant par mettre fin à l’impunité pour les attaques contre les ‘esclaves’. »

Au moins 30 personnes ont été arrêtées des deux côtés et la police a ouvert une enquête, a ajouté le communiqué de l’ONU.

Les autorités maliennes n’ont pas pu être jointes dans l’immédiat pour commenter.

intellivoire.net