Accueil Afrique Le gazoduc Nigeria-Maroc suscite un intérêt international croissant

Le gazoduc Nigeria-Maroc suscite un intérêt international croissant

PARTAGER

Il y a un intérêt international croissant et l’intérêt des investisseurs pour le projet de gazoduc Nigeria-Maroc qui sera le plus long gazoduc offshore du monde pour transporter du gaz entre les deux pays, en passant par 11 autres pays d’Afrique de l’Ouest.

Le ministre d’État nigérian aux ressources pétrolières, Timipre Sylva, a révélé que l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et la Russie font partie des parties internationales qui ont manifesté leur intérêt à contribuer à la réalisation du projet.

Le ministre qui faisait le point sur le projet à Abuja a déclaré que le gazoduc, une extension du gazoduc ouest-africain qui achemine déjà du gaz du Nigéria vers le Bénin, le Togo et le Ghana, atteindra le Maroc où il sera connecté au réseau européen.

«Nous voulons continuer ce même pipeline jusqu’au Maroc le long de la côte. En ce moment, nous en sommes encore au niveau des études, et bien sûr, nous sommes au niveau de la sécurisation du financement de ce projet et beaucoup d’entités manifestent leur intérêt », a-t-il expliqué.

En ce qui concerne les partenaires financiers, le ministre a déclaré : « nous n’avons pas totalement conclu le montage financier. Je viens de dire que beaucoup de gens s’y intéressent. Il y a beaucoup d’intérêt international, d’investisseurs pour le projet, mais nous n’avons pas vraiment identifié d’investisseurs avec qui nous voulons aller.

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et la Russie font partie des instances internationales prêtes à investir dans le projet de gazoduc Maroc-Nigéria, a-t-il révélé.

« Les Russes sont très désireux d’investir dans ce projet et il y a beaucoup d’autres entités qui sont également désireuses d’investir dans ce projet car c’est un gazoduc qui va transporter notre gaz à travers de nombreux pays d’Afrique et aussi, à la limite du continent africain où nous pouvons avoir accès au marché européen », a-t-il déclaré.

« Pour l’instant, les deux investisseurs dans ce projet sont le Nigeria et le Maroc. Nous sommes tous les deux prêts à nous unir pour développer ce gazoduc », a-t-il déclaré.

Le gouvernement nigérian a ainsi confirmé une fois de plus que la réalisation de la connexion gazière avec le Maroc est une entreprise sérieuse à laquelle le gouvernement nigérian s’est engagé, tout comme le Maroc.

La semaine dernière, le Fonds OPEP a accepté d’apporter 14,3 millions de dollars pour financer en partie l’étude de faisabilité du projet, dont le coût est estimé à 90,1 millions de dollars.

Sur la question de savoir si l’administration dirigée par Buhari serait en mesure d’achever le projet, Sylva a déclaré que « cette administration ne peut pas terminer le gazoduc nigérian-marocain, mais nous pouvons au moins l’obtenir au point de départ avant de partir ».

La construction du mégaprojet de gazoduc Nigéria-Maroc a été convenue lors de la visite officielle que le roi Mohammed VI a effectuée à Abuja en décembre 2016, tandis que l’accord y relatif a été signé le 10 juin 2018, lors d’un voyage au Maroc du président nigérian Muhammadu. Bouhari.

Le Nigéria, membre de l’OPEP, possède d’énormes réserves de gaz, les premières en Afrique et les septièmes au monde.

La confirmation au plus haut niveau de l’engagement du Nigéria envers le gazoduc marocain porte un coup à l’Algérie qui, depuis des décennies, n’a pas réussi à construire un gazoduc similaire pour acheminer le gaz nigérian vers la Méditerranée pour des raisons de sécurité et aussi comme tactique pour empêcher le gaz nigérian compétitif de saper son et la part de marché de Moscou.

Le gazoduc, à construire off-shore et onshore, est également propice à l’acheminement non seulement du gaz nigérian vers l’Europe, mais aussi vers la Mauritanie et le Sénégal.

Le Sénégal et la Mauritanie sont sur le point de rejoindre la liste des exportateurs de gaz, grâce à leur important gaz offshore.

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a approuvé le pipeline.

« Ce projet donnera à l’Afrique un nouvel élan aux niveaux économique, politique et stratégique et élèvera le Maroc et le Nigéria en tant que leaders de la coopération sud-sud sur le continent », ont déclaré l’autorité marocaine du pétrole et des mines (ONHYM) et la Nigeria’s National Petroleum Corporation (NNPC). ) a déclaré dans une déclaration commune à l’occasion de la visite du président nigérian à Rabat en 2018

Marocdiplomatie