Accueil MAURITANIE Une activiste a frôlé la mort dans un commissariat de police!

Une activiste a frôlé la mort dans un commissariat de police!

PARTAGER

La très réputée activiste mauritanienne de défense des droits de l’homme et particulièrement des femmes et des filles, en l’occurrence, la présidente de l’Association des Femmes Chefs de Familles (AFCF) Mme Aminetou Mint Ely Ould Moctar, a frôlé la mort, hier lundi 14 février courant.

Plus étrange encore, la militante a vécu paradoxalement ce cauchemar dans un commissariat de police de la capitale Nouakchott, où il est censé pour tout citoyen être à l’abri de tout danger.

Encore plus drôle, l’agresseur, qui avait, semble-il des comptes à régler avec la présidente de l’AFCF, est un détenu qui circulait librement dans les couloirs du commissariat de police!

Le prisonnier avait ramassé, à la vitesse de l’éclair une grosse pierre utilisée pour “teyemoum” (photo), qu’il a jetée de toutes ses forces, en direction de la tête de la militante, bien à portée de sa main.

Fort heureusement, l’instinct de vie était là; puisqu’Aminetou est sortie indemne d’une mort certaine, grâce à un mouvement furtif involontaire de la tête, esquissant d’un millimètre le missile filant, qui tomba sur sa cuisse, y laissant une tache.

Par fidélité à l’incident, Senalioune vous invite à lire le récit suivant, tel qu’il est livré par voie d’un communiqué signé par l’AFCF et qui a suscité un vif élan de soutien avec l’une des figures les plus présentes au cours des ces dernières décennies dans la défense des droits de l’homme, tant dans les rangs du Fonadh qu’au sein de l’Association même qu’elle préside, où elle s’est fortement illustrée dans sa lutte sans merci contre les violences faites aux femmes:

Communiqué de l’AFCF :

 “La présidente de l’Association des femmes de cheffes de famille (AFCF) Madame Aminetou Ely Moctar, a été victime d’une tentative de meurtre, ce lundi 14 février 2022, dans les locaux du commissariat de police Arafat 2 (Nouakchott-Sud) de la part de Mohamed Ould Mahjoub qui est détenu dans ledit commissariat.

La scène s’est déroulée en présence des responsables de police du commissariat au moment, où, Me Aminetou Mint Ely Ould Moctar signait le procès-verbal sur une enquête relative à une plainte déposée contre elle par Ould Mahjoub dans “l’affaire de la fille Somma et ses frères”.

Ce dernier qui se promenait dans les couloirs du commissariat a voulu fracasser sa tête avec une pierre taillée utilisée pour la prière en la jetant vers elle. Et c’est par coïncidence, qu’elle s’est levée que la pierre est venue tomber sur sa cuisse et y laissa une tache.

Pour rappel, ce fait révoltant, a eu lieu, alors qu’il est placé en détention dans le commissariat de police pour la période de confinement.

A cette occasion, l’Association des femmes cheffes de famille dénonce cet acte ignoble qu’elle juge une violation flagrante de la loi et non respect et considération des institutions de l’Etat et des forces de sécurité.

Face à ce comportement, l’AFCF compte aller jusqu’au bout dans cette affaire tout en réclamant justice d’une part et d’autre part, elle exhorte les autorités de l’Etat à créer une loi pour protéger les défenseurs et activistes des droits humains, et surtout les femmes qui luttent pour la défense des droits des filles et des femmes qui sont le plus exposées à toute sorte d’agressions physiques et verbales.

La Présidente de l’AFCF Madame Aminetou Mint Ely Ould Moctar

Nouakchott, lundi 14 février 2022

Source : AFCF

La pierre visant la tête de la militante qu’Aminetou avait instinctivement évitée

et

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.