Accueil Politique Sénégal Yewwi Askan Wi: Cheikh Bamba Dieye, Guirassy et Cie dénoncent

Sénégal Yewwi Askan Wi: Cheikh Bamba Dieye, Guirassy et Cie dénoncent

PARTAGER
Sénégal Yewwi Askan Wi: Cheikh Bamba Dieye, Guirassy et Cie dénoncent

Après leur déclaration commune pour fustiger la non-investiture de certains membres de ladite coalition, des partis membres de la coalition Yewwi Askan Wi (YAW) sont passés à la vitesse supérieure. Cheikh Bamba Dièye, Moustapha Guirassy, Aminata Lo Dieng, Me Moussa Diop et d’autres fondateurs de cette même coalition ont tenu un point de presse, ce vendredi 6 mai, au siège FSD-BJ de Cheikh Bamba Dieye.

Ils accusent le président de la « conférence des leaders » de la coalition Yewwi Akan Wi de ne pas respecter les chartes de ladite coalition. Ces leaders de YAW fustigent la démarche de Khalifa Sall et Cie lors des investitures pour les législatives de 2022. Ils demandent au président de la « conférence des leaders » de se ressaisir et de revenir aux fondamentaux de la Coalition Yewwi Askan Wi.

Moustapha Guirassy constate l’effritement et la disparition des valeurs les plus essentielles pour les fondateurs et initiateurs de la coalition, notamment la question de l’éthique et de la justice. Le parlementaire remarque que des questions partisanes, de militantismes, d’ethnicités parfois même régionalistes ont été mis avant au détriment de la charte de Yewwi Askan Wi. « Si nous ne nous sommes pas en mesure de respecter nos accords au sein de notre coalition (…) on ne sera jamais capable de gérer l’Etat. L’Etat est une chose sérieuse (…) et si nous aspirons à gouverner ce pays, nous devons avoir un comportement digne de nos ambitions », a-t-il déclaré lors du point de presse.

Le président du parti Sénégal en tête (SET) a également fustigé la manière dont les listes de YAW ont été confectionnées dans les départements et au niveau national.

De son côté, Aminata Lo Dieng, présidente du parti Appel 3 J, a rappelé que la souffrance du peuple leur a permis de se réunir autour de Yewwi Askan Wi. « Cette coalition n’est pas composée de trois partis. Nous sommes les premiers adhérents de cette coalition, mais la situation actuelle nous pousse à parler de la goutte d’eau de trop. Nous avons décidé que Khalifa Sall choisisse les candidats pour les législatives, mais aussi, il devait discuter avec nous des alliances. Il a choisi son mouvement Taxawu et Pur dans le département de Dakar. Nous ne sommes pas des partis cosmétiques, l’accord entre Wallu et Yewwi était méconnu par certains membres. Nous affirmons notre appartenance à cette coalition, car elle appartient au peuple », a-t-elle lancé.

“Nous voulons aussi revendiquer nos droits à l’intérieur de Yewwi Askan Wi”

Pour sa part, Cheikh Bamba Dièye soutient que leur place dans l’opposition ne souffre d’aucune contradiction et d’aucun doute. « Nous sommes partie prenante et nous avons tout fait pour que cette coalition existe. Il faudrait que chacun d’entre nous sache que cette démarche que nous faisons est juste symbolique dans le sens que nous voulons alerter les citoyens et nous voulons aussi revendiquer nos droits à l’intérieur de Yewwi Askan Wi », a-t-il déclaré.

D’après le leader de FSD-BJ, YAW ne doit pas être loin des préoccupations des Sénégalais. « Notre préoccupation, c’est le combat de tous les jours, que nous menons depuis plusieurs années. Que ce combat-là commence par germer à l’intérieur de Yewwi Askan Wi pendant que nous sommes dans l’opposition, pendant que nous sommes faibles. Il faut que nous donnions des gages pour que demain les Sénégalais puissent conforter, consolider la confiance surtout la certitude que le Sénégal va changer », a-t-il indiqué.

Cheikh Bamba Dieye a estimé que le fondement de la coalition est en train d’être biaisée pour des intérêts personnels. « Je précise que la coalition a, initialement comme objectif de résoudre les aspirations de notre pays (…) Il nous faut nous poser la question sur la manière de procéder et d’être en compagnonnage. Notre préoccupation, c’est que notre charte qui avait été déclinée dès la création de Yewwi Askan Wi, soit appliquée », a-t-il rappelé.

pressafrik