Accueil MAURITANIE Les Abus continus en Mauritanie/Rapport annuel du département d’Etat Américain

Les Abus continus en Mauritanie/Rapport annuel du département d’Etat Américain

PARTAGER
Rapport annuel du département d’Etat Américain: les Abus continus en Mauritanie

Le département d’Etat Américain a publié son rapport annuel sur la situation des pays du monde. La situation des droits humains en Mauritanie continue toujours d’aller dans la mauvaise direction. 

Parmi les questions importantes relatives aux droits de l’homme, le rapport cite des conditions de détention difficiles, mettant la vie en danger ; arrestations arbitraires; de sérieuses restrictions à la liberté d’expression et aux médias; grave corruption gouvernementale; le manque d’enquête et de responsabilité sur les violences sexuelles ; la persistance de l’esclavage et des pratiques liées à l’esclavage.

Dans le rapport nous pouvons lire : 

Les plaintes déposées auprès des tribunaux pour allégations de torture ont été soumises à la police pour enquête. Le gouvernement continue de nier l’existence de centres de détention non officiels, même si les organisations non gouvernementales (ONG) et les Nations Unies ont souligné leur utilisation continue.

L’impunité était un grave problème au sein des forces de sécurité, en particulier au sein du Groupe général de la sécurité routière, de la Garde nationale et de la Police nationale. La politisation, la corruption généralisée et les tensions ethniques entre les forces de sécurité contrôlées par Beydane et les Haratines (« Black Moor » descendants d’esclaves arabes) et les communautés subsahariennes ont été les principaux facteurs contribuant à l’impunité. Les cas d’abus étaient régulièrement traités au sein des forces de sécurité, mais les autorités ont pris des mesures pour renvoyer les affaires devant les tribunaux pénaux. 

Sur les conditions d’incarcération le rapport cite: Les prisons sont restées surpeuplées. Par exemple, la Direction des affaires pénales et de l’administration pénitentiaire (DAPAP) a soutenu que la plus grande prison du pays, Dar Naim, abrite environ trois fois plus de détenus par rapport à sa capacité. Les autorités regroupent fréquemment les personnes en détention provisoire avec les condamnés qui présentent un danger pour les autres détenus.

Les individus sont généralement libres de critiquer publiquement le gouvernement mais font parfois l’objet de représailles. La constitution et la loi interdisent la propagande raciale ou ethnique ; cependant, le gouvernement a parfois utilisé ces dispositions contre des opposants politiques, les accusant de « racisme » ou de « promotion de la désunion nationale » pour avoir dénoncé l’extrême sous-représentation au sein du gouvernement des populations défavorisées, à savoir les Haratines et les negro-mauritanien.

Le 9 novembre, le gouvernement a adopté une loi criminalisant les critiques et les commentaires désobligeants à l’égard des symboles nationaux du pays, notamment le drapeau, l’hymne national, l’islam et le président. La loi renforce et étend légèrement les lois et décrets précédents en incluant des références spécifiques à l’utilisation des médias numériques (par exemple, les médias sociaux, les messages WhatsApp, les messages vocaux et les photographies). La loi a suscité une vaste controverse avant son adoption, et de nombreuses ONG et militants des droits de l’homme ont déclaré que la loi restreignait indûment la liberté d’expression.

La corruption est un grave problème dans l’administration publique et le gouvernement tient rarement les fonctionnaires pour responsables ou les poursuivent pour abus. Selon certaines informations, des responsables gouvernementaux ont utilisé leur pouvoir pour obtenir des faveurs personnelles, telles que des exonérations fiscales non autorisées, des concessions spéciales de terres et un traitement préférentiel lors des appels d’offres sur des projets gouvernementaux. La corruption est la plus répandue dans les marchés publics, mais elle est également courante dans la distribution des documents officiels, des licences de pêche et d’exploitation minière, la distribution des terres, ainsi que dans les prêts bancaires et le paiement des impôts.

La loi stipule que tous les citoyens, quelle que soit leur race ou leur origine ethnique, sont égaux. Néanmoins, les Haratines (les “Maures noirs” et ancienne caste d’esclaves) et les Subsahariens ont souvent été victimes de discrimination de la part de la communauté Beydane du pays. La police a souvent toléré la discrimination envers les Haratines et les Subsahariens puisque les services de sécurité étaient largement contrôlés par Beydane.

Les groupes ethniques Haratines et subsahariens ont été confrontés à la discrimination gouvernementale tandis que le groupe ethnique Beydane a reçu la préférence gouvernementale. Par exemple, les personnes vivant de l’autre côté de la frontière au Sahara occidental (qui appartiennent à l’ethnie Beydane) ont facilement obtenu les cartes d’identité nationales requises pour voter, bien qu’elles n’aient pas été légalement qualifiées pour le faire car elles ne sont pas des citoyens. Pendant ce temps, les citoyens haratines (descendants d’esclaves arabes) et subsahariens (non arabes) ont souvent de grandes difficultés à obtenir des documents d’identité nationaux.

Vous pouvez lire le rapport en intégralité ici