Accueil MAURITANIE Quand Aéré Mbar refuse la division de ses communautés…

Quand Aéré Mbar refuse la division de ses communautés…

PARTAGER
Mauritanie: Quand Aéré Mbar refuse la division de ses communautés…

La localité de Aéré Mbar, terre de brassage et d’entente cordiale entre nos communautés depuis les temps immémoriaux reste et demeure un exemple vivant de notre époque, tant et si bien que les populations qui y vivent vivifient ce grand héritage cimenté, ce leg exaltant que les ancêtres ont laissé aux différentes générations de la dite contrée.

Il me plait, en ma qualité de sage notable, bien que né au Guidimakha, à Selibabi mais originaire de ce terroir, ayant été interpellé et ayant des attaches solides avec l’ensemble des communautés, d’attirer l’attention des autorités, à commencer par la plus haute, le Président de la République, monsieur Mohamed Cheikh El Ghazouani, de nos concitoyens d’ici et d’ailleurs sur l’importance et la nécessité impérieuse de sauvegarder la paix, la stabilité et le culte du bon voisinage et du vivre ensemble à Aere Mbar que nos aïeuls ont théorisé et pratiqué tout au long de notre histoire.

Récemment, un conflit orchestré par des personnes mal intentionnées entre nos frères Haratins des Oualad Loghmach et des jeunes de la commune  a surgi portant sur une affaire foncière et dont les mobiles découlent sur une portion de terre que ces derniers avaient aménagé pour en faire des périmètres maraichers, comme seul moyen de subsistance. Ce qui a provoqué l’ire et la révolte de nos parents haratins, excédés par le comportement de ces jeunes.

De tout temps, nos populations, peuls et haratins ont toujours vécu en parfaite harmonie et des accords ont toujours été scellés entre les propriétaires terriens locaux et cette tribu des Oualad Loghmach comme associés (avec une redevance payable selon un accord), et par un système d’entente tacite, un réel vouloir de vie commune a densifié cette relation, allant jusqu’à servir d’exemple aux autres localités environnantes.

Ce que nos ancêtres ont pu réaliser, il est de notoriété évidente que nous avons obligation et pouvons  faire plus et mieux. Cela passe d’abord par le respect scrupuleux de notre réalité historique mais également par le renforcement du dialogue permanent et de la concertation, gage de toute paix durable et de toute stabilité.

J’en appelle donc au sens élevé des responsabilités des différentes parties, à la retenue, à l’apaisement, in fine en barrant la route aux pyromanes tapis sous l’ombre, en engageant sans délai des pourparlers francs et sincères afin de sauvegarder cet héritage dont le sens et la portée doivent ipso facto reposer sur la mesure et le discernement.

Je lance un appel pressant à chaque pan de notre AERE MBAR, épris de paix et de justice, de refuser d’être instrumentalisé par des oiseaux de mauvaise augure et qui tentent vaille que vaille de semer la zizanie et la division.Ces Oualad Loghmach étaient confondus avec les populations de Aéré Mbar à tel point que lorsque les haratins avaient des difficultés avec leurs maîtres, ils venaient se réfugier au sein des habitants de Aéré Mbar, qui les mettaient en sécurité, et quelques fois de l’autre rive du fleuve Sénégal. Les populations de Aere Mbar leur avaient même permis d’avoir des cimetières pour enterrer leurs morts.

C’est pourquoi, nos populations, toutes communautés confondues, ne doivent, sous quelques prétextes que ce soit, se tenir à couteaux tirés. Ce qui nous unit est de loin, très loin plus important de ce qui semble nous diviser.  Le VIVRE ENSEMBLE doit guider nos pas et doit également être le leitmotiv de notre temps.

Il y va de notre salut à nous TOUS, chères populations de AERE MBAR.Fervent défenseur de notre unité nationale, je me considère, hier comme aujourd’hui, comme un mauritanien d’obédience diverse, réconciliateur, et me réclame de toutes les communautés, pour une Mauritanie juste et égalitaire.

Vive la commune de AERE MBAR et toutes les communautés confondues,
Vive l’entente cordiale entre toutes les populations autochtones,
Pour que vive la Mauritanie des profondeurs !

Le Président,
El Hadj Alasan Hammadi Sooma Bah dit Balas.