Accueil MONDE Présidentielle : les attaques et les piques du débat entre Emmanuel Macron et...

Présidentielle : les attaques et les piques du débat entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen

PARTAGER
Présidentielle : les attaques et les piques du débat entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen
French President and La Republique en Marche (LREM) party candidate for re-election Emmanuel Macron (L) and le French far-right party Rassemblement National (RN) presidential candidate Marine Le Pen (R) sit prior to taking part in a live televised debate on French TV channels TF1 and France 2 in Saint-Denis, north of Paris, ahead of the second round of France's presidential election. - French voters head to the polls for a run-off vote between Macron and Le Pen on April 24, 2022. (Photo by Ludovic MARIN / various sources / AFP)

Un Emmanuel Macron souvent offensif accusant régulièrement sa rivale de « contrevérités », une Marine Le Pen qui distille ses piques, le débat présidentiel mercredi soir n’a pas dérogé aux figures imposées d’un tel duel télévisé : attaques et bons mots qui font mouche.

L’Europe

« Ne tombez pas dans le complotisme », a lancé Marine Le Pen, alors qu’Emmanuel Macron l’accusait de vouloir « sortir de l’UE », ce dont s’est défendue la candidate RN. « Venant de vous je trouve ça séduisant », lui a rétorqué Emmanuel Macron, alors que les militants RN sont selon certaines enquêtes les plus sensibles aux théories du complot.

Vladimir Poutine

Allusion au prêt d’un créancier russe au RN, Emmanuel Macron répond à Marine Le Pen qui lui reproche d’avoir reçu le président russe avec les honneurs : « J’ai reçu Vladimir Poutine comme un chef d’Etat mais pas comme un banquier ».

En retour, pour justifier son prêt russe de 2015, Marine Le Pen accuse Emmanuel Macron de l’avoir « empêchée » d’en contracter un en France. « Nous sommes un parti pauvre, c’est pas déshonorant », vante-t-elle encore.

Cinq ans après

Emmanuel Macron remarque que le débat est « plus discipliné » qu’il y a cinq ans. « On vieillit », sourit Marine le Pen. « Vous, ça ne se voit pas. Moi, je crains que ça se voit beaucoup », badine Emmanuel Macron.

Débat entre les deux candidats sur le projet de loi contre l’islamisme proposé par Marine Le Pen. Celle-ci adresse ce reproche à son rival : « Vous n’avez pas lu ma loi ». Emmanuel Macron, du tac au tac : « Mais j’ai lu la Constitution française ».

sud ouest