Accueil Afrique Nouvelle mise en garde de l’Algérie au Maroc

Nouvelle mise en garde de l’Algérie au Maroc

PARTAGER
Des camions algériens ciblés par un raid marocain à Aïn Ben Till en Mauritanie

L’Algérie persiste à accuser le Maroc de fomenter des attaques contre des commerçants et autres civils au Sahara. Son envoyé spécial chargé du dossier du Sahara occidental et des pays du Maghreb, Amar Belani fait une mise en garde : « un éventuel débordement de ces actions bellicistes sur le territoire national algérien sera considéré comme un casus belli ».

Dans une interview accordée à TSA, Amar Belani revient sur les attaques contre les commerçants et autres civils dans les territoires du Sahara et en évoque les dessous et les motivations.

« L’objectif non dissimulé de l’occupant marocain est de faire entrave au commerce entre l’Algérie et la Mauritanie, notamment depuis la visite du président mauritanien en Algérie et la conclusion de l’accord intergouvernemental portant réalisation de la route devant relier le Sud de l’Algérie à la ville mauritanienne de Zouerat. Cette prétendue ’no go zone’ vise en particulier à contrer le rapprochement algéro-mauritanien, notamment dans le domaine des échanges commerciaux », a-t-il expliqué.

Selon lui, Rabat est conscient que le renforcement des échanges entre l’Algérie et la Mauritanie donnera à ce dernier pays une plus grande marge de manœuvre concernant la question stratégique de la diversification de ses courants d’échanges.

« Actuellement, le marché domestique mauritanien est dépendant des agrumes et autres produits de consommation marocains qui transitent par le passage illégal et contesté de Guerguerat », a-t-il fait savoir, convaincu que « le Maroc redoute sérieusement que cette carte de quasi-monopole ne soit démonétisée par la route entre Tindouf et Zouerat, projet qui devrait permettre à la Mauritanie de prendre ses distances vis-à-vis d’un régime expansionniste qui rêve toujours d’un Grand Maroc dont les frontières fantasmées bordent le fleuve Sénégal ».

« Ces assassinats planifiés et prémédités froidement par le gouvernement marocain ne resteront pas sans conséquences », menace le diplomate algérien. Et de mettre en garde le Maroc : « Un éventuel débordement de ces actions bellicistes sur le territoire national algérien sera considéré comme un casus belli même si l’Algérie proclame qu’elle ne fera la guerre qu’en état de légitime défense

Bladi.net